Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    "L'Algérie accueillera les pourparlers interlibyens"    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    La classe politique sort de sa léthargie    Covid-19: Approvisionnement des wilayas concernées par l'interdiction de la circulation    De nouvelles mesures prises à Oran    8 décès et 470 nouveaux cas en 24 heures    Un réseau de trafic de stupéfiants démantelé à Oued Fodda    Un recrutement en catimini    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Ce que se ronger les ongles dit de votre personnalité    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rahouia: Une commune dans l'impasse
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 04 - 2011

Longtemps considérée comme le grenier à blé de toute la région de Tiaret, l'ex-Montgolfier a beaucoup de pain sur la planche pour se voir (un jour qui viendra) arrachée à ses multiples ornières. Même ses nombreux saints tutélaires natifs de la région (une quarantaine selon la légende) ne semblent pas l'aider à rattraper un retard «obérant» son développement dans nombre de segments de la vie locale.
Mais comme un malheur ne vient jamais seul, la daïra de Rahouia est sans maire ni élus locaux depuis plus d'une année, au plus grand dam d'une population qui s'estime «abandonnée» à ses propres «démons». Erigé au rang de daïra en 1984, l'ex-Montgolfier traîne plusieurs longueurs de retard sur des localités à potentiel équivalant comme Frenda, Mahdia ou encore Aïn Dheb. Forte d'une population de quarante mille âmes, Rahouia était pourtant promise à un bel avenir au vu de ses richesses agricoles énormes et son emplacement géographique stratégique puisque située sur la RN 23, carrefour entre le nord et le sud du pays. Mais la ville aux quarante marabouts se trouve dans un tunnel depuis plus d'une année après la suspension du maire (poursuivi en justice) par le wali de la wilaya. Le retrait de confiance formulé par-devant un huissier de justice par le reste des élus et leur volonté de procéder à l'élection d'un nouveau P/APC n'a toujours pas trouvé de réponse auprès de qui de droit. Conséquence logique de ce blocage, la commune de Rahouia est aujourd'hui dans l'impasse. Outre les retards considérables qu'elle cumule dans nombre de segments importants de la vie locale, les problèmes de la population locale sont légion. «Depuis la réalisation d'une voie de contournement de la ville, Rahouia ne ressemble plus qu'à une cité fantôme, que même ses propres occupants ne reconnaissent plus «, soupire un commerçant dont les chiffres d'affaires s'est divisé par cinq en trois années. Chez le vaillant peuple des Flitas, même l'eau vient à manquer cruellement, la région étant considérée comme la plus pauvre en eau potable de toute la wilaya. «Ici, on fait plus attention au bruissement des robinets qu'aux vagissements de nos bébés», ironise un autre habitant d'un quartier du nord de la ville.
Ajoutez à cela l'état dégradé des rues et ruelles et la poussière qui enveloppe la ville d'un épais voile ocre, Rahouia n'en finit pas de geindre et de (re) geindre en lançant des cris de citoyens issus de l'ex-Montgolfier, c'est manifestement la difficulté monstre à emprunter cette route défoncée, tous les jours que Dieu fait, pour rejoindre la capitale de la wilaya. Pour Ali, son «calvaire quotidien, c'est de mettre sa voiture «fatiguée» sur ce «tronçon maudit» de 35 kilomètres reliant Rahouia à Tiaret. «Toutes les routes de la wilaya ont été réhabilitées sauf cette route de tous les malheurs qui attend depuis des lustres d'être retapée», tempête un conducteur de taxi qui se dit engloutir la moitié de sa recette dans la pièce de rechange.
Ces derniers jours, le chef de l'exécutif de wilaya, prenant sérieusement le dossier en charge, la route reliant Tiaret à Rahouia a commencé à être réhabilitée au plus grand soulagement des habitants de toute la wilaya, surtout pour ceux qui se rendent à Oran.
Dans une dernière tentative d'arracher l'ex-Mongolfier à ses ornières, six élus viennent d'adresser une lettre au président de la République (dont nous détenons une copie) qu'ils importent de «sauver leur commune en aidant à la désignation d'un nouveau maire pour présider à sa destinée détournée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.