Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rahouia: Une commune dans l'impasse
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 04 - 2011

Longtemps considérée comme le grenier à blé de toute la région de Tiaret, l'ex-Montgolfier a beaucoup de pain sur la planche pour se voir (un jour qui viendra) arrachée à ses multiples ornières. Même ses nombreux saints tutélaires natifs de la région (une quarantaine selon la légende) ne semblent pas l'aider à rattraper un retard «obérant» son développement dans nombre de segments de la vie locale.
Mais comme un malheur ne vient jamais seul, la daïra de Rahouia est sans maire ni élus locaux depuis plus d'une année, au plus grand dam d'une population qui s'estime «abandonnée» à ses propres «démons». Erigé au rang de daïra en 1984, l'ex-Montgolfier traîne plusieurs longueurs de retard sur des localités à potentiel équivalant comme Frenda, Mahdia ou encore Aïn Dheb. Forte d'une population de quarante mille âmes, Rahouia était pourtant promise à un bel avenir au vu de ses richesses agricoles énormes et son emplacement géographique stratégique puisque située sur la RN 23, carrefour entre le nord et le sud du pays. Mais la ville aux quarante marabouts se trouve dans un tunnel depuis plus d'une année après la suspension du maire (poursuivi en justice) par le wali de la wilaya. Le retrait de confiance formulé par-devant un huissier de justice par le reste des élus et leur volonté de procéder à l'élection d'un nouveau P/APC n'a toujours pas trouvé de réponse auprès de qui de droit. Conséquence logique de ce blocage, la commune de Rahouia est aujourd'hui dans l'impasse. Outre les retards considérables qu'elle cumule dans nombre de segments importants de la vie locale, les problèmes de la population locale sont légion. «Depuis la réalisation d'une voie de contournement de la ville, Rahouia ne ressemble plus qu'à une cité fantôme, que même ses propres occupants ne reconnaissent plus «, soupire un commerçant dont les chiffres d'affaires s'est divisé par cinq en trois années. Chez le vaillant peuple des Flitas, même l'eau vient à manquer cruellement, la région étant considérée comme la plus pauvre en eau potable de toute la wilaya. «Ici, on fait plus attention au bruissement des robinets qu'aux vagissements de nos bébés», ironise un autre habitant d'un quartier du nord de la ville.
Ajoutez à cela l'état dégradé des rues et ruelles et la poussière qui enveloppe la ville d'un épais voile ocre, Rahouia n'en finit pas de geindre et de (re) geindre en lançant des cris de citoyens issus de l'ex-Montgolfier, c'est manifestement la difficulté monstre à emprunter cette route défoncée, tous les jours que Dieu fait, pour rejoindre la capitale de la wilaya. Pour Ali, son «calvaire quotidien, c'est de mettre sa voiture «fatiguée» sur ce «tronçon maudit» de 35 kilomètres reliant Rahouia à Tiaret. «Toutes les routes de la wilaya ont été réhabilitées sauf cette route de tous les malheurs qui attend depuis des lustres d'être retapée», tempête un conducteur de taxi qui se dit engloutir la moitié de sa recette dans la pièce de rechange.
Ces derniers jours, le chef de l'exécutif de wilaya, prenant sérieusement le dossier en charge, la route reliant Tiaret à Rahouia a commencé à être réhabilitée au plus grand soulagement des habitants de toute la wilaya, surtout pour ceux qui se rendent à Oran.
Dans une dernière tentative d'arracher l'ex-Mongolfier à ses ornières, six élus viennent d'adresser une lettre au président de la République (dont nous détenons une copie) qu'ils importent de «sauver leur commune en aidant à la désignation d'un nouveau maire pour présider à sa destinée détournée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.