Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Santé: 10 000 tonnes de médicaments périmés dans les pharmacies
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 06 - 2011

Rétentions de stocks, ventes concomitantes, discriminations entre officines, pénuries récurrentes. Le président du Syndicat national des pharmaciens d'officines (SNAPO), Messaoud Belambri, dénonce «les pratiques immorales de certains importateurs de médicaments qui cumulent aussi la fonction de distributeurs du médicament». M. Belambri, qui s'exprimait, jeudi dernier, sur les ondes de la radio chaîne 3, a lancé un véritable cri de détresse du secteur du médicament en proie à des disfonctionnement forts préjudiciables pour la santé publique.
Invité à expliquer les raisons des pénuries récurrentes de certains médicaments sur le marché national, M. Belambri indique que les ruptures de stocks concernent 230 médicaments, dont 170 sont indispensables. C'est le cas, notamment, selon lui, des corticoïdes, de la pilule contraceptive et des antidouleurs pour les cancéreux. Depuis au moins trois ans, le marché du médicament est affecté par des pénuries récurrentes. «Ces pénuries sont dues, explique-t-il, à une mauvaise gestion dans la chaîne de distribution marquée par la discrimination exercée par les distributeurs qui sont aussi des importateurs». «Ces derniers exercent une position dominante et de monopole préjudiciable aux officines et par ricochet aux malades», poursuit-il. «Les médicaments ne sont pas livrés de la même façon entre les petites et les grandes officines », déplore M. Belambri, qui fustige des pratiques «immorales» imposées par les distributeurs, ce qui a induit à un dysfonctionnement du marché national qui est à l'origine de la pénurie des médicaments. Le président du SNAPO trouve «urgent de réformer le système d'importation et de distribution». Il plaide, par ailleurs, en faveur de «l'activation de l'Agence nationale des produits pharmaceutiques». Le représentant des pharmaciens d'officines réitère ainsi la proposition de son syndicat visant à mettre fin à ces pénuries et qui n'est autre que «l'encouragement de la production nationale». «L'Algérie est capable d'égaler ses voisins (Tunisie et Maroc) qui produisent 80% de leurs besoins en médicaments», dit-il. «Faut-il pour cela que les autorités sanitaires mettent le cap sur la formation des compétences en industrie pharmaceutique, préalable indispensable à tout essor de la production nationale», plaide-t-il. M. Belambri affirme, dans la foulée, que le SNAPO avait «demandé l'autorisation de créer des groupements de pharmacies pour permettre un écoulement plus fluide de la production nationale et assurer un système de régularisation et de suivi efficace du circuit de distribution».
Evoquant la disponibilité de l'insuline, il reconnaît l'existence de «perturbations» et déplore le fait que «la production par SAIDAL de l'insuline n'a pas reçu l'aide nécessaire des pouvoirs publics». L'Algérie importe 70 % de ses médicaments. Ses importations sont passées de 500 millions de dollars, il y a dix ans, à 2 milliards de dollars en 2010, selon les douanes algériennes. Le pays compte interdire à l'importation 800 médicaments en 2012 contre 300 actuellement. Des négociations sont en cours avec des producteurs étrangers pour produire en Algérie les quantités suffisantes à même de satisfaire les besoins du pays. Un accord a été signé avec le groupe pharmaceutique français Sanofi Aventis et des pourparlers sont déclarés comme «avancés» avec particulièrement des firmes américaines. Enfin, sur un autre volet, le président du SNAPO révèle qu' «environ 10 000 tonnes de médicaments périmés sont stockés dans les 8 400 officines pharmaceutiques implantées à travers le pays». Cette situation est imputable, selon lui, au «manque de moyens pour les incinérer, ce qui constitue un sérieux problème de pollution de l'environnement». M. Belambri évoque une insuffisance criarde en nombre d'incinérateurs. «Il faut au moins un incinérateur par wilaya», affirme-t-il. Il rassure, toutefois, que ces importantes quantités de médicaments périmés «ne sont en aucun cas vendues par les pharmaciens».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.