AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    Rien que la présidentielle...    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    RC Relizane: Le président Hamri jette l'éponge    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    Une attitude pour le moins équivoque    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel pour une enquête sur les failles dans la distribution des médicaments
Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine
Publié dans La Tribune le 08 - 02 - 2011

Par la voix de son président Messaoud Belambri, le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo) a demandé, hier, le lancement d'une enquête pour «localiser les failles» dans la distribution des médicaments. «Nous exhortons le ministère de la Santé à mener un travail d'investigation en vue de localiser les failles qui ont mené à la rupture de médicaments dans les officines à l'échelle nationale», a déclaré à l'APS M. Belambri, précisant qu'il avait déjà soulevé ce problème au ministère. «Il faut des investigations sur le terrain et que les gens qui font dans la mauvaise pratique en matière de distribution et de rétention de stock soient identifiés et sanctionnés», a-t-il ajouté.M. Belambri donnera quelques indications sur les mauvaises pratiques en usage dans le secteur du médicament en indiquant qu'il y a «des distributeurs qui détiennent une sorte d'exclusivité, exerçant pratiquement un monopole pour un nombre de produits et qui font de la vente concomitante». C'est pour cette raison, a-t-il expliqué, qu'il existe une pénurie de certains médicaments, qu'ils soient de production locale ou importés. En effet, de nombreux producteurs et distributeurs (grossistes) utilisent des produits d'entraînement pour écouler des surstocks de médicaments sur lesquels la demande est faible. Mais, ce que ne dit pas le Snapo, c'est qu'il existe aussi des pharmaciens qui se rendent coupables de rétention en privilégiant le princeps ou le produit d'un laboratoire étranger sur lequel ils ont des ristournes et/ou des cadeaux au détriment du générique ou du médicament fabriqué localement. Nous en avons nous-mêmes fait l'expérience en demandant un médicament produit localement : 8 officines sur 10 nous ont proposé son équivalent fabriqué par un laboratoire étranger. Parmi les produits en manque dans les officines, le président du Snapo citera la pilule contraceptive, les corticoïdes injectables, mais également des médicaments traitant la tension artérielle. Quelque 230 médicaments, dont 170 nécessaires aux malades chroniques, «demeurent introuvables» dans certaines officines du pays, avait déclaré un représentant du Snapo, le Dr Fayçal Abed, en marge de la première conférence nationale sur la politique de santé. Il avait expliqué cette «rupture» de médicaments par une «mauvaise» gestion dans la distribution. Des pharmaciens à Alger ont précisé avoir déjà soulevé ce problème à leur syndicat, alors, assurent-ils, qu'il n'y a pas «véritablement» de rupture. Parmi les produits en manque sur le marché, ils citent, entre autres, des médicaments contre la nausée pour enfants, ceux destinés aux diabétiques et ceux pour les personnes atteintes de la goutte, ainsi que des vaccins contre les allergies. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, avait assuré dimanche dernier que l'Algérie dispose d'un stock de six mois de vaccins, au lieu de trois mois. Il a néanmoins souligné que les vaccins «n'arrivent pas aux utilisateurs parce qu'il y a un problème de dysfonctionnements dans la distribution». «Ce n'est pas l'Institut Pasteur qui distribue mal les vaccins, mais ce sont nos responsables au niveau des structures de santé, à l'intérieur du pays, qui ne font pas les commandes selon la population à vacciner», avait-il fait savoir. Pour parer à ces problèmes de distribution, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait promulgué, à la fin de l'année 2010, une instruction exigeant de tous les producteurs de se doter de leurs propres réseaux de distribution. L'instruction devrait entrer en vigueur en 2012. Mais cette nouvelle organisation, si elle résout les difficultés de la distribution, ne va pas pour autant solutionner le problème de la disponibilité qui demeurera tant que les laboratoires étrangers, leurs représentants et leurs complices au niveau des différentes strates et sphères de l'administration continueront à user de procédés à la limite de la légalité pour promouvoir leurs produits et abattre ceux produits localement.
H. G.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.