Benflis propose un programme pour la construction d'une économie sociale de marché    4EME REGION MILITAIRE : Gaid Salah, aujourd'hui, en visite de travail à Ouargla    La MINURSO "devient progressivement une mission de consolidation de l'occupation marocaine"    Badminton: l'Algérie décroche quatre médailles de bronze    TRAFIC DE DROGUE DANS UN BUREAU FLN : Quatorze personnes impliquées dont un policier    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 6 morts dans 5 accidents en 24 h    Un nouveau programme doté de 40 milliards DA pour la réfection des chemins de wilayas et vicinaux    ECOLES PRIMAIRES : La grève des enseignants se poursuit    Chergui met en avant "le rôle pionnier" de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste    Sûreté d'Alger: Arrestation en octobre de plus de 3.400 individus impliqués dans plusieurs affaires à Alger    Le parquet de Sidi M'hamed requiert 2 ans de prison pour les 20 détenus d'opinion    Le cas Benzema divise les Français    Entrepreneuriat féminin en Algérie : La frilosité des banques mise à l'index    Un nouveau directeur de campagne pour Tebboune    Belmadi : «Ne croyez pas que le Botswana est un adversaire facile»    Ifticène, nouvel entraîneur    Y a-t-il un malaise au Mouloudia ?    L'Olympiakos menace de quitter la Super League    Brahimi, meilleur joueur des mois d'octobre et novembre    «De nouveaux Hassi-Messaoud et Hassi-R'mel, c'est fini !»    18 mois de prison requis contre le hirakiste Abdellaoui Ahmed    Le régime des ayatollahs ébranlé à Téhéran    Deux enfants blessés par les forces d'occupation israéliennes près de Ramallah    Marches à Paris et à Bruxelles le 1er décembre    Plus de 40 nouveaux cas de diabète par mois à Ouargla    ACTUCULT    Retour à Amoudé, la Brûlée    Arezki Metref hôte de la ville de Mascara    Le "hirak" s'invite à Marseille    Linda Hamed refuse de présenter le 19 heures de la Chaîne III    Report au 1er décembre du verdict dans deux affaires distinctes de Hassan Hammar    Belaid: ''le peuple seul habilité à conduire l'Algérie à bon port''    CAN-2021 (2e journée). Botswana – Algérie (ce soir, 20h) : Les Verts veulent confirmer leurs débuts en fanfare    M'sila: 475 quintaux de blé tendre destinés à la contrebande saisis    Les portraits géants des présidents portent malheur    Elogia et Home Design Algérie: Deux salons dans une mixité professionnelle    Nouvelle opération de rapatriement: 70 Subsahariens en situation irrégulière transférés vers leur pays    Une activité de proximité à Alger    Déclaration de l'origine des fonds en devises aux étrangers :    ANNABA Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Hausse des ventes au détail sur Internet lors de la frénésie d'achats du "Double 11"    Prises de fonctions Aymane Benabderrahmane désigné nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Chili : Accord historique pour une nouvelle Constitution    USA : Donald Trump et le chaos diplomatique permanent    Shanghai : Macron appelle la Chine à s'ouvrir davantage    Fica: Projection d'un documentaire en hommage au maître du diwane Mohammed Bahaz    CONSTANTINE Festival international Dimajazz: oud et sonorités électro au menu de la 4e soirée    Tunisie : Habib Jemli choisi pour être Premier ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appel pour une enquête sur les failles dans la distribution des médicaments
Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine
Publié dans La Tribune le 08 - 02 - 2011

Par la voix de son président Messaoud Belambri, le Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (Snapo) a demandé, hier, le lancement d'une enquête pour «localiser les failles» dans la distribution des médicaments. «Nous exhortons le ministère de la Santé à mener un travail d'investigation en vue de localiser les failles qui ont mené à la rupture de médicaments dans les officines à l'échelle nationale», a déclaré à l'APS M. Belambri, précisant qu'il avait déjà soulevé ce problème au ministère. «Il faut des investigations sur le terrain et que les gens qui font dans la mauvaise pratique en matière de distribution et de rétention de stock soient identifiés et sanctionnés», a-t-il ajouté.M. Belambri donnera quelques indications sur les mauvaises pratiques en usage dans le secteur du médicament en indiquant qu'il y a «des distributeurs qui détiennent une sorte d'exclusivité, exerçant pratiquement un monopole pour un nombre de produits et qui font de la vente concomitante». C'est pour cette raison, a-t-il expliqué, qu'il existe une pénurie de certains médicaments, qu'ils soient de production locale ou importés. En effet, de nombreux producteurs et distributeurs (grossistes) utilisent des produits d'entraînement pour écouler des surstocks de médicaments sur lesquels la demande est faible. Mais, ce que ne dit pas le Snapo, c'est qu'il existe aussi des pharmaciens qui se rendent coupables de rétention en privilégiant le princeps ou le produit d'un laboratoire étranger sur lequel ils ont des ristournes et/ou des cadeaux au détriment du générique ou du médicament fabriqué localement. Nous en avons nous-mêmes fait l'expérience en demandant un médicament produit localement : 8 officines sur 10 nous ont proposé son équivalent fabriqué par un laboratoire étranger. Parmi les produits en manque dans les officines, le président du Snapo citera la pilule contraceptive, les corticoïdes injectables, mais également des médicaments traitant la tension artérielle. Quelque 230 médicaments, dont 170 nécessaires aux malades chroniques, «demeurent introuvables» dans certaines officines du pays, avait déclaré un représentant du Snapo, le Dr Fayçal Abed, en marge de la première conférence nationale sur la politique de santé. Il avait expliqué cette «rupture» de médicaments par une «mauvaise» gestion dans la distribution. Des pharmaciens à Alger ont précisé avoir déjà soulevé ce problème à leur syndicat, alors, assurent-ils, qu'il n'y a pas «véritablement» de rupture. Parmi les produits en manque sur le marché, ils citent, entre autres, des médicaments contre la nausée pour enfants, ceux destinés aux diabétiques et ceux pour les personnes atteintes de la goutte, ainsi que des vaccins contre les allergies. Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Djamel Ould Abbès, avait assuré dimanche dernier que l'Algérie dispose d'un stock de six mois de vaccins, au lieu de trois mois. Il a néanmoins souligné que les vaccins «n'arrivent pas aux utilisateurs parce qu'il y a un problème de dysfonctionnements dans la distribution». «Ce n'est pas l'Institut Pasteur qui distribue mal les vaccins, mais ce sont nos responsables au niveau des structures de santé, à l'intérieur du pays, qui ne font pas les commandes selon la population à vacciner», avait-il fait savoir. Pour parer à ces problèmes de distribution, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, avait promulgué, à la fin de l'année 2010, une instruction exigeant de tous les producteurs de se doter de leurs propres réseaux de distribution. L'instruction devrait entrer en vigueur en 2012. Mais cette nouvelle organisation, si elle résout les difficultés de la distribution, ne va pas pour autant solutionner le problème de la disponibilité qui demeurera tant que les laboratoires étrangers, leurs représentants et leurs complices au niveau des différentes strates et sphères de l'administration continueront à user de procédés à la limite de la légalité pour promouvoir leurs produits et abattre ceux produits localement.
H. G.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.