Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





BOUMERDES: Les déchets hospitaliers posent problème
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 01 - 2012

Confrontées depuis toujours au traitement et à la gestion des déchets d'activité de soins à risque infectieux (DASRI), les entreprises publiques hospitalières (EPH) de la wilaya, au nombre de trois, à savoir Thenia, Bordj Menaïel et Dellys, croulent sous ces déchets. Parfois, certains gestionnaires utilisent des décharges existantes ; mais depuis quelque temps, des citoyens, conscients des risques de ces déchets, s'opposent catégoriquement au déchargement des camions des hôpitaux. Les élus communaux, de peur de subir la foudre de leurs concitoyens, s'alignent et opposent un niet catégorique aux doléances des directeurs d'hôpitaux.
Certains hôpitaux disposent d'incinérateurs mais ne peuvent, là aussi, les utiliser sous la pression des résidents de Boumerdès, ou encore de Bordj Menaïel.
Seule alternative aujourd'hui, le recours au banaliseur : ce nouvel appareil, qui se généralise en Europe ces dernières années et dont certains hôpitaux algériens ont fait l'acquisition il y a peu, permet de gérer efficacement et proprement les différents déchets d'activité quotidienne des soins à risques infectieux des services des urgences et blocs opératoires. Le banaliseur, dont rêve chaque directeur d'hôpital, est un procédé qui remplace le classique incinérateur. La nouvelle technique permet, selon un technicien de la prévention au niveau de l'entreprise publique de santé de proximité de Thenia, M. Faradji, de réduire à néant les germes. En outre, ajoute notre interlocuteur, « cette technique permet aussi la stérilisation des déchets qui deviennent par la suite des déchets ménagers, d'où la facilité de les accueillir dans les décharges ou dans les centres d'enfouissement technique (CET), sans risque pour l'environnement et la santé du citoyen ». Alors, à quand cet appareil au niveau de nos hôpitaux ?
L'investissement dans ce procédé, selon un économe d'un des hôpitaux de Boumerdès, est à la portée des établissements hospitaliers. D'ailleurs, il est recommandé de doter les nouveaux centres de Boumerdès, Thenia et Khemis el-Khechna de banaliseurs et mettre ainsi fin aux incinérateurs, qui, même s'ils existent, sont tous à l'arrêt.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.