Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le président tunisien mercredi à Alger
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 01 - 2012

La Tunisie renaît à la vie et a célébré hier, peut-être pour la première fois depuis la fin du Protectorat français en 1956, sa véritable «indépendance» politique. Et c'est aux cris de «Bon débarras Benali» que des milliers de Tunisiens, rassemblés dans la très emblématique avenue Bourguiba (Habib), ont fêté l'an I de la révolution de Jasmin. Ils étaient en fait des milliers à se donner rendez-vous tout le long de cette avenue commerçante du Vieux Tunis pour célébrer l'avènement d'une nouvelle Tunisie, née d'une révolution populaire qui a fait tomber le régime de Benali. «Bon débarras Ben Ali!», chantaient des manifestants avant de reprendre en chœur le célèbre «Dégage» qui a marqué la révolution tunisienne. «Travail, liberté et dignité», «Le travail est un droit», «Tunisiens, restez debout», «Nous allons continuer la bataille», étaient les slogans les plus usités par les manifestants, parfois venus en famille, avec des petits enfants enroulés dans le drapeau tunisien.
Des festivités officielles ont également marqué cet anniversaire de la révolution tunisienne, avec la présence de chefs d'Etat et de représentants de pays arabes, dont le président Abdelaziz Bouteflika, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz, le chef du CNT libyen Mustapha Abdeldjallil ou l'Emir de Qatar. Devant ses hôtes et le peuple tunisien, le président Moncef Marzouki, dans son discours, a affirmé que la Tunisie poursuivrait «sa marche vers la liberté».
Lors de la cérémonie officielle, il a déclaré que «le 14 janvier est une journée qui marque la fin d'une période sombre, d'un régime autoritaire et corrompu (...), et la révolution tunisienne nous a ouvert les portes d'un avenir rayonnant». Il a, en outre, assuré que «la Tunisie va poursuivre sa marche vers la liberté», avant de relever que le peuple tunisien voulait «la construction d'un nouveau régime, la démocratie, le respect de la loi et la fin des sit-in anarchiques». Mais, à l'adresse des «impatients», il répond que «nous avançons pas à pas», et a salué l'armée tunisienne en estimant qu'elle «a protégé le peuple». De son côté, le président Abdelaziz Bouteflika a rendu hommage au peuple tunisien «pour ce qu'il a réalisé afin d'ouvrir une nouvelle page de son histoire». «Nous, les Algériens, nous sommes optimistes après votre victoire», a-t-il encore dit dans son allocution au palais des Congrès de Tunis. Quant à l'émir du Qatar, il a souligné que «les peuples de la nation arabe aspirent à des jours meilleurs, et je suis sûr qu'ils vont s'inspirer de la révolution tunisienne qui promeut la liberté et la dignité». «Il faut que tout le monde comprenne qu'il s'agit de révolution, pas de coup d'Etat», avant d'ajouter que «vos martyrs sont les nôtres». Il a annoncé la volonté du Qatar de «participer au fonds de solidarité» pour les victimes de la révolution tunisienne. Mustapha Abdeldjalil, le chef du Conseil national de transition libyen (CNT), a pour sa part relevé que «la réussite de la révolution tunisienne a été un facteur essentiel pour le succès de la révolution en Libye», et a remercié la Tunisie pour avoir accueilli des dizaines de milliers de Libyens durant les six mois de conflit qui ont abouti à la chute du régime de Kadhafi en août dernier.
PAS DE FETE A SIDI BOUZID
A Sidi Bouzid, petit village de l'arrière-pays tunisien d'où est parti la révolution de Jasmin avec l'immolation de Mohamed Bouazizi, ce n'était pas jour de fête hier samedi, encore moins l'an I de la révolution. Les écoles avaient ouvert leurs portes normalement, et l'activité économique y était celle de tous les jours. A Sidi Bouzid, on considère en effet que la révolution tunisienne doit être célébrée le 17 décembre, jour de l'immolation par le feu de Mohamed Bouazizi, le marchand ambulant qui s'était révolté contre le système, l'injustice et la marginalisation. Et, à cette occasion, des habitants de la ville et des représentants de partis politiques ont organisé à Sidi Bouzid une marche pacifique pour réclamer la réhabilitation de la région. Les manifestants, qui ont sillonné les principales artères de la ville, ont appelé à la révision de la date de la célébration de la révolution tunisienne, soulignant que le 14 janvier, malgré son importance dans l'histoire du pays, ne représente que la date de la fuite du président déchu. Des parties de la société civile locale avaient publié plusieurs communiqués pour la reconnaissance officielle de la date du déclenchement de la révolution, le 17 décembre.
UGTT: NON A L'INGERENCE ETRANGERE
Par ailleurs, devant le siège de la centrale syndicale tunisienne (UGTT), plusieurs travailleurs et syndicalistes se sont rassemblés à l'appel du syndicat pour célébrer le 1er jour de la révolution. Les syndicalistes portaient des banderoles sur lesquelles étaient inscrits «le peuple tunisien est libre, non à l'ingérence qatarie et américaine», «A quand une reconnaissance des martyrs du bassin minier», «Plus jamais peur». Ils ont également scandé des slogans contre «la normalisation avec l'entité sioniste» et exigé un article dans la nouvelle constitution incriminant cette normalisation, selon l'agence TAP. Le secrétaire général de l'UGTT, Houcine Abbassi, a, dans une allocution, mis en garde contre toute ingérence étrangère dans les affaires du pays, soulignant que «la Tunisie qui a déclenché l'avènement du printemps arabe sait mener à bien sa politique économique et sociale en toute indépendance». Quant aux familles des victimes de la répression des forces de l'ordre lors des manifestations anti-régime, elles ont observé un sit-in devant l'ambassade saoudienne à Tunis pour revendiquer l'extradition du président tunisien déchu afin qu'il soit jugé pour meurtre «des martyrs de la révolution de la dignité et de la liberté». Hier samedi, la Tunisie fêtait Sa Révolution, même si les lendemains sont durs. Quant au président Merzouki, les choses sérieuses commencent avec une tournée dans plusieurs pays de la région, à commencer par l'Algérie mercredi prochain puis le Maroc et la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.