Accord OPEP+: le taux de conformité est largement satisfaisant    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadrice de la République d'Indonésie en Algérie    Alger: relogement des familles des bidonvilles "Bendjida" et "Bouchakour"    Annaba: installation de Madjid Aknouche à la tête de la sûreté de wilaya    Condoléances    Quatre cadres, dont l'ex-directeur des ressources en eau, placés en détention préventive pour corruption    Les précisions d'Air Algérie    Panique et inquiétude des clients    Une alternative familiale    Nouvelle offensive de Seat    Les avancées de Hyundai Trucks    23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Le nouveau record du Real Madrid    Anthar Yahia conseille Benchaâ à l'ES Tunis    Tahkout condamné à 16 ans de prison ferme    Le feu de forêt de Raouna maîtrisé    Coup d'épée dans l'eau    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Le directeur de l'hôpital n'a dû son salut qu'en sautant depuis la fenêtre de son bureau    10 décès et 527 nouveaux cas en 24 heures    Du débarquement des forces alliées en Algérie en 1942 et des dommages collatéraux causés aux populations autochtones    Jouer cartes sur table !    Au Cameroun, Alioum Moussa peint la fragilité du monde face au coronavirus    Une commission interministérielle chargée du suivi des projets de traitement des déchets    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Dangereuses confluences régionales    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Le gouvernement maintient le cap, les syndicats sceptiques    La communauté internationale au chevet du Mali    Le cas Prince Ibara réglé    Sonatrach rassure Cherif El-Ouazzani    Les explications de Azzedine Arab    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UA: un sommet marqué par «l'humiliation» de la crise libyenne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2012

Le dossier libyen sera pour deux raisons au menu des travaux du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine qui débutent à Addis-Abeba. Dans un premier temps, les participants vont devoir tirer les leçons de « l'humiliation » - le mot est du président en exercice de la commission de l'UA, Jean Ping - infligée à l'Union africaine par les grandes puissances sous la forme du rejet du plan de paix qu'elle a proposé en guise de résolution de cette crise libyenne. En deuxième lieu, pour tenter de trouver des réponses aux questions sécuritaires qui se posent à une bonne partie du continent après le pillage des arsenaux du Colonel Kadhafi et la dissémination des armes de guerre dans tous les pays voisins ou pas de la Libye.
Sur le problème de la crise libyenne et des avanies essuyées par l'UA dans sa tentative avortée de jouer le rôle de médiatrice entre les protagonistes, de chaudes empoignades sont à prévoir à Addis-Abeba. L'humiliation de l'Union africaine a été facilitée parce que, si officiellement son plan de paix avait l'appui de tous ses pays membres, certains d'entre eux l'ont rendu caduc en donnant leur caution à la solution mise en œuvre dans les conditions discutables que l'on sait par ces grandes puissances. Il va falloir que les chefs d'Etat et de gouvernement africains conviennent d'en finir avec le double langage qui caractérise la voix du continent et donc que certains d'entre eux cessent de contredire les positions officielles de l'Union adoptées avec leur accord, en défendant celles émanant de puissances extra continentales. Ce double langage auquel certains Etats africains se livrent s'est vérifié dans d'autres crises ou affaires concernant le continent.
Il en est de même, par exemple, concernant le conflit sahraoui. Dans celui-ci, officiellement, l'Union africaine reconnaît sans ambiguïté la légitimité de l'Etat sahraoui, représenté par le Polisario, et lui accorde le statut de membre de l'Union. Dans les faits, si le Maroc - qui a pour cette raison quitté l'OUA, ancêtre de l'UA - s'obstine à nier l'existence de cet Etat sahraoui et continue l'occupation de son territoire, c'est en partie parce qu'il bénéficie de la complicité diplomatique d'Etats africains qui appuient sa thèse annexionniste dans les forums et arènes internationaux. Il est temps par conséquent que les Etats africains rompent avec la pratique du double langage, s'ils veulent que leur Union soit prise au sérieux sur la scène internationale et que ses plans et initiatives n'aient pas à subir le discrédit de n'être pas expressifs d'une volonté africaine commune.
C'est dans ce contexte international et continental - qui a valu à l'Union africaine l'humiliation de se voir signifier son inconsistance et sa faiblesse à s'imposer en tant qu'acteur agissant dans les conflits dont le continent africain est le théâtre -, que le sommet de ses chefs d'Etat et de gouvernement va devoir procéder à l'élection du nouveau président de sa commission exécutive, à choisir entre le sortant Jean Ping, qui brique sa propre succession, et sa compétitrice, la Sud-Africaine Nkhozazana Dlamini Zuma, représentante d'un pays qui a fait feu de tout bois pour faire accepter à la communauté internationale le plan de paix pour la Libye de l'Union africaine.
A tort où a raison, Jean Ping essuye le reproche formulé contre lui par certains Etats membres d'avoir une part de responsabilité dans « l'affront et l'humiliation » subis par l'Union dans la crise libyenne. C'est dire que sa reconduction va faire débat au sommet, ce qui fait présager aux observateurs que le vote sera en l'occurrence très serré.
Concernant la position qu'exprimera sur ce sujet l'Algérie, que représente au sommet son Premier ministre, il semble qu'elle sera celle du soutien à Jean Ping pour s'assurer la reconduction de son représentant, Ramtane Lamamra, au poste stratégique de Commissaire à la paix et à la sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.