CAHIER DES CHARGES LIE A LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE : Le ministère de l'Industrie dément tout changement    Le Maroc dissimule ses pertes face à l'armée sarhaouie    Algérie-Italie : signature à Alger d'un mémorandum d'entente sur le dialogue stratégique    Les avions d'Air Algérie désinfectés    COMMENÇANTS IMPACTES PAR LE COVID-19 : Les conditions d'indemnisation fixées    EN VUE DE VENIR A BOUT DE CETTE PANDEMIE : L'Algérie appelle la communauté internationale à l'entraide    Djerad: la Zlecaf, un choix stratégique pour l'Algérie    L'artiste M'hamed Bouhaddaj expose ses nouvelles œuvres à Tlemcen après 30 ans d'exil à l'étranger    DGI: la souscription de la déclaration de l'impôt sur la fortune de 2020 prorogée à fin décembre courant    Juventus: Paratici visé par une enquête pour l'examen d'italien truqué de Suarez    Le niveau des barrages en nette hausse    Une récolte de 372 000 quintaux attendue    Ouverture d'un tronçon de 10 km aux véhicules légers    Incident à la station-service du Caroubier    Ferhat Aït-Ali Brahim montre la voie bancaire    Saidal signe un nouveau mémorandum    Spectre ou menace réelle ?    Seulement 8 députés pour 5 ministres    Yacine Mebarki se pourvoit en cassation    Fragile consensus politique en Libye    «Nous sommes en Europe, au milieu de deux extrémismes, qui, d'ailleurs, se nourrissent mutuellement»    La Chine, "plus grande menace pour la démocratie"    Vers un dénouement de la crise du Golfe    Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères jordanien et israélien    Le militant écologiste Karim Khima acquitté    LDC. MC Alger – Buffles FC (Bénin) : Le Doyen l'emporte sur tapis vert !    ES Sétif : Le retour de Fahd Halfaïa    Js kabylie : Mellal parle des objectifs du club    Benaraïbi, Baup et six joueurs atteints de coronavirus    USMBA-MCA mardi    Résultats Ligue 1    Quand le Parlement européen secoue le cocotier    Les «qui-tu-quistes» aux abois    Les militants de RAJ réclament la réhabilitation    Fin tragique pour le petit Yanis    7 arrestations pour trafic d'armes et de stupéfiants    Le président de l'APW interpelle le ministre de la Santé    "Le vaccin pour tous"    Rumeur et inquiétude : le convalescent et le syndrome du prédécesseur    Un hymne à l'amour et à la jeunesse    Une expérience unique dans le monde arabe    L'observation des oiseaux à Central Park, rare loisir en temps de Covid    Une «Histoire du fils» qui dure un siècle    Le théâtre britannique s'invite virtuellement au TNA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Sit-in annoncé devant les directions de l'éducation: Les directeurs des écoles en colère    LE LONG TUNNEL NOIR    Mgr Henri Teissier sera inhumé le 9 décembre à la basilique de Notre Dame d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinquante ans, le bel âge !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 03 - 2012


Cinquante ans après, les Accords d'Evian continuent toujours de susciter autant de passion de l'autre côté de la Méditerranée. Cinquante ans en arrière, la Guerre d'Algérie et après avoir précipité la chute de la IVe République, menaçait les fondements mêmes de la démocratie française avec le putsh des généraux à Alger. Cinquante ans plus tard, la Guerre d'Algérie s'invite dans un débat purement franco-français en devenant un thème de la campagne présidentielle. Sinon comment interpréter cette boulimie de déclarations, de procès d'intention et de tentatives de récupération d'une date symbole jalonnant l'indépendance algérienne. Paris a décidé, officiellement, de ne pas fêter la commémoration des Accords d'Evian, répondant ainsi aux désidératas des pieds-noirs, toujours nostalgiques d'une Algérie française. A un mois du premier tour de la présidentielle, Nicolas Sarkozy, fidèle à ses alliés qui réfutent l'idée d'une repentance, a, sans grande surprise, annoncé, par la voix de son secretaire d'Etat auprès du ministre de la Défense et des Anciens combattants, que la France n'organisera aucune commémoration nationale pour la circonstance. Dans cette tentative, que d'aucuns assimilent à une fuite en avant dans la logique de l'œuvre civilisatrice du colonialisme français en Algérie, il y a bien sûr le côté comptable électif qui entre en jeu. Les positions tranchées entre la droite, l'extrême droite et la gauche n'obéissent à aucun critère de reconnaissance de l'histoire mais s'inscrivent bel et bien dans un schéma électoral dont l'enjeu est d'engranger le plus de voix possible liées de près ou, par ricochet, à cette période commune entre les deux pays. Pour la droite, les rapatriés d'Algérie, qui ont porté De Gaulle sur les épaules avant de le vouer aux gémonies après avoir abandonné l'option d'une Algérie française, ainsi que les harkis sont une carte non négligeable à jouer en avril/mai. Cinquante ans sont passés et d'anciens sigles que l'on croyait à jamais entrés dans le musée de l'histoire ont été exhumés pour faire entendre leurs voix en jouant la carte des lobbies. La FNACA, organisation progressiste des Anciens combattants français en Algérie, l'OAS, l'Algérie française, reviennent en force, pas pour la commémoration en elle-même mais pour se faire entendre à un mois de la présidentielle. «Toutes les voix sont bonnes à prendre», semblent se dire les candidats à l'Elysée et les socialistes n'échappent pas à cette régle générale. Prenant le parti d'annoncer le contraire de son adversaire direct et vice-versa, la gauche joue sur la fibre patriotique en s'alliant aux rapatriés français progressistes. Jacques Floch, ancien député socialiste et secrétaire d'Etat aux Anciens combattants en 2001, s'inquiétait des relents de colonialisme qui ont accompagné la déclaration de l'Elysée de ne pas commémorer officiellement le 19 mars. A chacun ses objectifs. Quoi qu'il en soit et cinquante ans après, la France continue de vivre, même épisodiquement, avec la Guerre d'Algérie alors que chez nous, en Algérie, des pans de cette histoire continuent d'être tus.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.