Bouteflika persiste et signe    «L'ANP demeurera le rempart du peuple et de la Nation»    La volte-face de Ouyahia    Les réserves obligatoires des banques passent de 8% à 12%    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    Journée de marche ce mardi    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    Mila-Net paralysée par une grève des travailleurs    ACTUCULT    Sit-in des journalistes de l'ENTV    Si ! Si ! Mais chut !    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    19 Mars : les marsiens et la planète Algérie    Eviter les creux de l'histoire    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Constantine - Début de distribution de 4.254 logements    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    Incidents à Aïn-M'lila et Béjaïa: Revoilà la bête immonde !    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Rien de nouveau à l'horizon    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    «The wall», chanté par les Algériens    Une AG extraordinaire prochainement pour baliser le terrain à l'Hyproc    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Ouverture du Four Points By Sheraton Sétif en Algérie    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Les conservateurs de tomate se concertent    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Les syndicats autonomes rejettent l'offre de Bedoui    MILA : Plus de 5 500 hectares réservés pour la culture des légumes secs    Abderrahmane Mebtoul s'exprime au micro de Souhila Hachemi de la Radio Chaine 3 : " Manifestations populaires et perspectives "    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CNES : Menace de grève à l'université
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 11 - 2015

Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) avertit et menace la tutelle de recourir à une grève nationale.
Une éventualité qui pourrait être décidée à partir du 15 novembre prochain si rien n'est entrepris pour ouvrir les portes du dialogue et régler les problèmes des universitaires. Le CNES, dans un communiqué rendu public, fait endosser l'entière responsabilité des blocages qui peuvent survenir par la suite au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le CNES, lors de sa session ordinaire, dresse un bilan sévère sur l'Université algérienne, constatant sa déliquescence à l'ombre d'une politique de bricolage dans sa gestion. Il dénonce également la fuite en avant du ministère à travers le non-respect de ses promesses et de sa recherche à gagner du temps en négligeant les propositions du CNES. Le Conseil national dénonce aussi les recteurs et les doyens qui ont fait de l'improvisation et la non application des lois un mode de gestion, ce qui a eu une influence néfaste sur l'université. Le communiqué évoque aussi la chasse aux sorcières à l'encontre des enseignants, en général, et les syndicalistes en particulier citant le cas de certains départements sous le coup de poursuites judiciaires (universités de Constantine, Laghouat, Saïda…) ou encore le dossier de l'enseignante à l'université de Béjaïa, doublement victime de harcèlement sexuel et de blocage administratif. Contacté par téléphone, Azzi Abdelmalek, le chargé d'information du CNES, nous apprendra que la justice lui a donné gain de cause concernant son action administrative en attendant la suite à donner à sa plainte pour harcèlement. Le CNES affirme leur apporter tout son soutien demandant à la tutelle de mettre fin à ces poursuites et à sanctionner les responsables. Le communiqué évoque aussi la situation précaire des 40 000 enseignants universitaires et réaffirme son engagement irrévocable à ne pas céder ses droits légitimes. Ce rappel à l'ordre du CNES augure d'un nouveau bras de fer entre ministère et partenaire social et d'une année universitaire problématique comme annoncée par Abdelmalek Rahmani, le coordinateur du CNES. Dans un premier temps, le Conseil avait estimé que cette rentrée sera l'une des plus difficiles qu'a connues l'Université algérienne, déplorant un manque flagrant d'enseignants. Le système LMD est également pointé du doigt dans la régression de l'Université. «Les anciens problèmes refont surface encore cette année», avait regretté le CNES qui n'excluait pas avant la rentrée universitaire plus un mouvement de grève «au cas où la tutelle ne répond pas favorablement aux revendications socioprofessionnelles». Un choix exprimé lors du conseil national de juin dernier et conditionné par «le recul clair et net de la tutelle de toute initiative de partenariat». «Du temps de l'ancien ministre, nous avions signé un traité dans ce sens après plusieurs mois de négociations. Le ministre de l'Enseignement supérieur fait la sourde oreille et ferme toutes les portes du dialogue», expliquait encore le coordinateur du CNES qui rappelle que le syndicat avait signé un P.V avec l'ancien ministre Mebarki que «l'actuel ne veut pas reconnaître». En avril dernier, le CNES avait entamé trois jours de grève pour dénoncer le nouveau statut de l'enseignant-chercheur, considéré comme «une régression» par rapport au texte en vigueur.
Parmi la plateforme revendicatrice des universitaires, on retrouve les exigences socioprofessionnelles comme la question de la revalorisation salariale ou encore le dossier du logement et sa prise en charge «effective» et la débureaucratisation de l'université, entre autres revendications.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.