La nouvelle dynamique du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «AMILA» et gel de l'activité de la société productrice    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Une victoire et des regrets pour les Constantinois    «Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer»    Sacrée, la fête de fin d'année…    Mouwatana : « La prolongation du mandat présidentiel est un attentat à la morale »    ORAN : Les constructions illicites envahissent les ‘'ZET''    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Le mercenariat journalistique au Maghreb    Je suis présidentielle 2019 !    Prochaine révision de la Constitution    Abid Charef auditionné par la FAF    Le Libyen Muaid Ellafi usmiste pour 30 mois    14 clubs sur un total de 23 boycottent la compétition    Sahli se démarque de l'initiative de Ghoul    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Les psychologues décident de privilégier le dialogue    Les réserves d'Alger    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Oran : Des habitants demandent la délocalisation d'un marché informel    Salon de l'Automobile: Présence remarquée de Global Motors Industries    Présent au congrès de TAJ: Bouchareb défend le bilan de Bouteflika    Blida: Pluies, neige et inondations    15 morts sur les routes en 48 heures    Filière ovine: La préservation des souches nobles et rares au cœur du débat    Equipe nationale: Lakhel donne son accord en attendant Aouar    FAF - Coupe d'Algérie: Un quatrième changement autorisé en prolongations    Election présidentielle: Le candidat de la «continuité» et l'option Brahimi    La «bonne» disponibilité sauve le Salon Autowest 2018: Près de 100.000 visiteurs et entre 500 et 600 voitures vendues    Chantage aux sentiments    Les travaux de réhabilitation en phase d'achèvement: La salle Marhaba livrée cet été    L'Union des Français de l'étranger: 49 artisans prennent part au «Marché de Noël»    OnePlus lancerait son premier mobile 5G avant fin mai 2019    Huawei Nova 4 : Des fuites avant l'annonce du 17 décembre    L'option des sanctions financières écartée    Prix de l'or noir : Le pétrole monte, les stocks américains et l'Arabie saoudite sous surveillance    Oran : Plus de 2.020 accidents de travail en 2018, 26 décès signalés    Zone euro : La BCE rengaine son arme anti-crise malgré les risques    Algerie - Corée du Sud : Le Premier ministre, M. Lee Nak-Yeon, en visite officielle ce dimanche à Alger    Le ministère interdit le Docetaxel pour sa dangerosité !    Meilleur joueur africain (BBC) : Mohamed Salah sacré pour la 2e fois de suite    Huawei : Un juge canadien se prononce sur la libération de la directrice financière    ONU : Adoption de 36 résolutions dont une relative au conflit du Sahara occidental    Washington "frustré " que le conflit ne soit pas réglé    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CNES : Menace de grève à l'université
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 11 - 2015

Le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES) avertit et menace la tutelle de recourir à une grève nationale.
Une éventualité qui pourrait être décidée à partir du 15 novembre prochain si rien n'est entrepris pour ouvrir les portes du dialogue et régler les problèmes des universitaires. Le CNES, dans un communiqué rendu public, fait endosser l'entière responsabilité des blocages qui peuvent survenir par la suite au ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Le CNES, lors de sa session ordinaire, dresse un bilan sévère sur l'Université algérienne, constatant sa déliquescence à l'ombre d'une politique de bricolage dans sa gestion. Il dénonce également la fuite en avant du ministère à travers le non-respect de ses promesses et de sa recherche à gagner du temps en négligeant les propositions du CNES. Le Conseil national dénonce aussi les recteurs et les doyens qui ont fait de l'improvisation et la non application des lois un mode de gestion, ce qui a eu une influence néfaste sur l'université. Le communiqué évoque aussi la chasse aux sorcières à l'encontre des enseignants, en général, et les syndicalistes en particulier citant le cas de certains départements sous le coup de poursuites judiciaires (universités de Constantine, Laghouat, Saïda…) ou encore le dossier de l'enseignante à l'université de Béjaïa, doublement victime de harcèlement sexuel et de blocage administratif. Contacté par téléphone, Azzi Abdelmalek, le chargé d'information du CNES, nous apprendra que la justice lui a donné gain de cause concernant son action administrative en attendant la suite à donner à sa plainte pour harcèlement. Le CNES affirme leur apporter tout son soutien demandant à la tutelle de mettre fin à ces poursuites et à sanctionner les responsables. Le communiqué évoque aussi la situation précaire des 40 000 enseignants universitaires et réaffirme son engagement irrévocable à ne pas céder ses droits légitimes. Ce rappel à l'ordre du CNES augure d'un nouveau bras de fer entre ministère et partenaire social et d'une année universitaire problématique comme annoncée par Abdelmalek Rahmani, le coordinateur du CNES. Dans un premier temps, le Conseil avait estimé que cette rentrée sera l'une des plus difficiles qu'a connues l'Université algérienne, déplorant un manque flagrant d'enseignants. Le système LMD est également pointé du doigt dans la régression de l'Université. «Les anciens problèmes refont surface encore cette année», avait regretté le CNES qui n'excluait pas avant la rentrée universitaire plus un mouvement de grève «au cas où la tutelle ne répond pas favorablement aux revendications socioprofessionnelles». Un choix exprimé lors du conseil national de juin dernier et conditionné par «le recul clair et net de la tutelle de toute initiative de partenariat». «Du temps de l'ancien ministre, nous avions signé un traité dans ce sens après plusieurs mois de négociations. Le ministre de l'Enseignement supérieur fait la sourde oreille et ferme toutes les portes du dialogue», expliquait encore le coordinateur du CNES qui rappelle que le syndicat avait signé un P.V avec l'ancien ministre Mebarki que «l'actuel ne veut pas reconnaître». En avril dernier, le CNES avait entamé trois jours de grève pour dénoncer le nouveau statut de l'enseignant-chercheur, considéré comme «une régression» par rapport au texte en vigueur.
Parmi la plateforme revendicatrice des universitaires, on retrouve les exigences socioprofessionnelles comme la question de la revalorisation salariale ou encore le dossier du logement et sa prise en charge «effective» et la débureaucratisation de l'université, entre autres revendications.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.