La démonstration des Forces navales    Le procès a failli «dégénérer»    Elle m'a battu, puis m'a devancé...    La méthode Ankara    L'Algérie peaufine sa stratégie africaine    Les raisons de l'union patronale    «Nous sommes un partenaire fiable de l'Afrique»    L'ONU entame sa visite au Xinjiang    Des dizaines de colons envahissent la Mosquée Al-Aqsa    Al-Khelaïfi va annoncer de grands changements    Erik ten Hag annonce la couleur    Nouveau test    Cher pèlerinage!    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Un réseau national tombe à Berrahal    Un long fleuve tranquille    Accueil triomphal pour Amin Zaoui    29 titres retenus par le jury    L'armée sahraouie mène de nouvelles attaques sur les sites des forces marocaines aux secteurs de Mahbes et El Farsya    Réunion du gouvernement: examen du projet d'extension du port de Djen-Djen    Algérie-Italie: des relations économiques en constante évolution    Incendies de forêts: un dispositif opérationnel de mobilisation générale et d'alerte maximale    Judo: le parc sportif d'Oran est en mesure d'accueillir le championnat du monde    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tizi Ouzou: ouverture du 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni    Saïda: décès du président de l'APC de Youb    Ligue 1/WAT-ESS: les Sétifiens en quête de rachat    Affaire GB Pharma: Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal condamnés à 3 ans de prison ferme    Journée mondiale de l'Afrique: face aux défis de la paix, santé et agroalimentaire    Sahara occidental: une délégation US arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Agression du domaine public et forestier: Des instructions pour intensifier la lutte contre les constructions illicites    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Des mentalités à formater    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ELLE DANSE FACE A LA LAVE DU VOLCAN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 05 - 2016

Nous en sommes toujours au même point d'arrêt, dans l'ivresse permanente que nous imposent la guerre des mots et les manœuvres basses trop puériles pour offrir un itinéraire profitable, sûr et rassurant pour tous les enfants de l'Algérie. Ils sont des millions armés d'une incommensurable patience à frapper à une porte hermétique et blindée derrière laquelle des aînés sourds se chamaillent sans retenue autour d'un tribut dont la consistance n'a que la valeur de l'instant. La force des ornières d'acier déforme la vision, pour peu qu'elle existe, pour donner à ceux qui ne veulent voir que leurs bouts du nez une éternité à leurs vies. Pourtant, nous tous nous ne faisons que passer. Traverser un petit bout d'existence qui n'a de sens que si chaque pas accompli s'accompagne d'une humble semaille de quelque chose de tenant pour les générations qui nous suivront.
D'où sortent-ils donc ces frères algériens qui oublient que la vie a une fin et qu'elle n'a de valeur que si la mort est contrariée par les empreintes indélébiles et éternelles du progrès que ceux qui partent laissent derrière eux ?
Une minorité, fausse élite et acteurs limités autoproclamés, armés d'un populisme creux, s'accapare le devant de la scène pour prétendre configurer la destinée d'un peuple ne se rendant pas compte du phénoménal chancre qui touche l'humanité entière. L'observation des paniques sociales répétitives surgissant de plus en plus fortes au cœur des pays pourtant autrement plus aguerris que le nôtre indique chaque jour avec instance que les chamailleries terre à terre et les crêpages de chignons sont les plus inopportunes et dérisoires recettes pour qu'une nation se mette au diapason du nouveau siècle.
La majorité de la classe politique algérienne se fourvoie dans un infantilisme périlleux. Elle donne l'impression de se déhancher avec une danse débile devant l'avancée inexorable d'une lave incontrôlable d'un terrifiant volcan que le temps présent a libérée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.