Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CIA-Venezuela: séquences d'un plan visant le chaos
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2017

La CIA qui est en charge de la déstabilisation du régime bolivariste au Venezuela a échafaudé un plan dont les séquences qui sont discernables démontrent qu'elle veut rééditer dans ce pays un scénario à la syrienne. Tout comme en Syrie, l'institution subversive américaine a en effet d'abord suscité une opposition intérieure à Maduro et à son régime qu'elle a parée des qualificatifs de « modérée » et de « démocratique » dont les revendications sont conformes aux attentes du peuple vénézuélien.
Elle l'a ensuite encouragée à durcir sa contestation du pouvoir bolivariste qu'elle a traduit par le recours à la violence dans ses manifestations anti-Maduro. Laquelle violence est systématiquement imputée aux forces de l'ordre fidèles au président vénézuélien, lequel se voit ainsi accusé d'être responsable d'une sanglante répression contre ses opposants et présenté comme un « dictature » déterminé à massacrer son peuple pour rester au pouvoir. Parallèlement, l'administration américaine a décrété contre le Venezuela et certains responsables clefs du régime une batterie de sanctions par laquelle elle a attendu leur retournement contre le président Maduro et la révolution bolivariste.
L'ingérence américaine s'exerçant de cette façon n'ayant pas atteint l'objectif voulu par Washington à savoir le délitement et la chute du régime vénézuélien, la CIA tente désormais de susciter une rébellion armée dont les Etats-Unis se prévaudront pour intervenir militairement dans le pays. L'assaut avorté récemment contre une caserne de l'armée vénézuélienne par un groupe d'hommes armés indique que cette option a bel et bien été arrêtée par Washington et l'opposition vénézuélienne incitée à en créer dans le pays le climat qui servirait de prétexte à son lancement.
Le scénario à la syrienne pour le Venezuela pour l'exécution duquel s'active la subversive CIA prévoit tout comme cela s'est produit dans le cas qui l'a inspiré, la mise en place d'une coalition internationale sous commandement états-unien à laquelle prendraient part les Etats voisins du Venezuela ayant en exécration la révolution bolivariste et rien à refuser au puissant voisin nord-américain qui n'a pas été pour peu dans l'arrivée au pouvoir chez eux de régimes oligarchiques et corrompus qu'effraye la contagion par cette révolution. Ce front belliciste anti-bolivariste à l'étranger a déjà pris corps, de l'aveu même du directeur de la CIA qui a déclaré en avoir discuté la constitution avec les plus hauts responsables d'au moins trois pays latino-américains qui sont le Brésil, la Colombie et l'Argentine. Au moins deux des chefs d'Etat de ces pays, le Brésilien et l'Argentin, sont réputés avoir été d'actifs relais agissants de la centrale américaine de renseignement et totalement soumis à son influence.
Face à ces menées qui préfigurent la menace publiquement proférée vendredi par Donald Trump d'une intervention militaire contre Maduro et son régime, il ne fait aucun doute que la crise vénézuélienne va se radicaliser avec le risque de se transformer en un conflit qui embraserait certes le pays mais à coup sûr le continent latino-américain où la révolution bolivariste n'est pas aussi isolée et rejetée que le prétendent ses détracteurs. Ses développements font en tout cas apparaître que l'Amérique de Donald Trump a renoué avec la tentation de traiter ses voisins latinos comme des vassaux qui ne doivent considérer de bonne politique que celle qu'elle leur dicte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.