Le Real Madrid communique au sujet de l'Inter et Hakimi    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Remise de 527 microcrédits pour la création de projets    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Le secteur sur un brasier    Benjamin Stora. Spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Algérie : «Il y a une histoire sur laquelle on peut s'appuyer pour trouver du commun»    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    CHAN-2021 : La décantation tarde à se faire    Fonds de garantie des crédits FGAR: Accompagnement d'une trentaine de PME en 2020    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    "Ni repentance ni excuses"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Appelés à opérer des césariennes: Protesta de chirurgiens généralistes à Skikda
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 10 - 2017

La crise couvait déjà depuis un certain temps au sein des chirurgiens généralistes de l'Etablissement hospitalier (EH) Abderrezak-Bouhara de Skikda, qui refusent de cautionner, à leurs dépens, les errements des responsables locaux du secteur de la santé publique.
En effet, s'appuyant sur une circulaire du ministère de la Santé qui instruit de recourir dans les cas d'urgence au service des chirurgiens généralistes pour effectuer des césariennes, en l'absence de gynécologues obstétriciens, la direction de la santé de Skikda semble avoir trouvé le palliatif idoine pour combler le déficit de l'hôpital en matière de gynécologues obstétriciens.
Or, ce n'est pas l'avis des chirurgiens généralistes de l'hôpital qui ont décidé d'un sit-in, hier à la mi-journée, en compagnie des sages-femmes, pour exprimer leur refus de se soumettre à cette instruction qu'ils jugent vague et insuffisante pour les couvrir auprès de la justice en cas de «pépins» résultant d'une intervention qui n'est pas du domaine de leur compétence.
Pour le Dr Bouregaa, le chirurgien généraliste n'est pas habilité à pratiquer des césariennes sur des parturientes, des interventions qui restent du domaine exclusif de spécialistes en la matière, à savoir des gynécologues obstétriciens. Le fait que l'hôpital de Skikda n'en dispose pas ne les dédouane pas d'éventuelles poursuites judiciaires, en cas de complications graves ou de décès. Les sages-femmes semblent également désarmées face à l'absence de gynécologues obstétriciens, une situation anormale qui ramène la question de savoir quelle est l'utilité d'un service de gynécologie, doté d'un effectif de 27 sages-femmes, si l'hôpital ne dispose d'aucun spécialiste en la matière et qui se contente de recourir au service de chirurgiens généralistes uniquement ?
Le Dr Zaarour a cité «un cas qui s'est produit à Aïn Beïda où un chirurgien généraliste a été condamné par la justice pour avoir pratiqué une césarienne sur une parturiente, décédée par la suite, au motif de manque de qualification…».
Du coup, on comprend aisément l'inquiétude fondée des douze chirurgiens généralistes de l'hôpital de Skikda qui se voient exposés aux risques d'être poursuivis pénalement et qui travaillent avec la peur au ventre, vivant le dilemme de se voir accuser, soit pour non-assistance à personne en danger, en cas de refus de prise en charge d'une parturiente ou bien d'un manque de qualification si une patiente décède après l'intervention d'un chirurgien généraliste. Le plus curieux dans l'affaire, affirment les chirurgiens frondeurs, c'est que les hôpitaux d'Azzaba et d'El Harrouch disposent bien de 2 gynécologues obstétriciens chacun, alors que le chef-lieu en est dépourvu.
Ils ont soulevé en outre le suivi des femmes enceintes qui s'effectue pendant les 9 mois de leur grossesse chez des gynécologues privés et qui se présentent à la fin à l'hôpital pour accoucher, munies d'un dossier consistant comportant des échographies pour se voir prendre en charge, dans les cas d'urgence, par un chirurgien généraliste non habilité. C'est pour cette raison que la solution préconisée demeure la réquisition par l'autorité habilitée des spécialistes et d'autre part, d'opérer un redéploiement judicieux des gynécologues obstétriciens.
Il est clair qu'à défaut d'une solution, l'hôpital de Skikda risque de perdre ses compétences car, d'ores et déjà, certains chirurgiens confrontés au stress au quotidien songent à partir vers des cieux plus cléments… Pour l'heure, ils ont décidé d'exprimer leur ras-le-bol pour mettre fin à une situation qui n'a que trop duré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.