CAN 2022 (dames) Victoire historique de l'Algérie face au Soudan (14-0)    le Barça peut oublier Sterling    Affaire Djabelkhir : procès reporté jusqu'à décision de la cour constitutionnelle    Cour d'Alger : le procès en appel d'Abdelghani Hamel reporté au 17 novembre    «Je suis contre le projet d'autoroutes à étages à Alger»    La Cour suprême approuve le pourvoi en cassation    Sonatrach ouvre des discussions sur les contrats gaziers    Un programme d'urgence pour atténuer l'impact du stress hydrique    Conférence internationale sur la protection sociale    Nouveau tir d'un missile balistique    Les "entorses" à la justice dans l'affaire Karim Tabbou    Le FFS en colère !    Douze ans après, Yahia Chérif de retour au RC Kouba    Paqueta augmente la charge de travail    Le Libyen Shuhoub Abdulbasit au sifflet    Quand les parents et les enfants jouent avec la mort    Raccordement de plus de 450 foyers au réseau d'électricité en deux mois    SmaIl Yefsah L'inoubliable voix    Ken Loach a opté pour "La Bataille d'Alger"    Constantine contredit Medaouar    Barcelone pour redémarrer, Manchester pour se rassurer    «La concurrence entre Sidi Salah et Doukha sera bénéfique pour l'équipe»    Grande rencontre sur la microentreprise    Branle-bas de combat chez les partis    Le Premier ministre confirme    Entre fermeture et menus réduits    Saisie de 6 263 unités de produits pyrotechniques    Astuces pour une meilleure visibilité    L'état d'exception : une dictature constitutionnelle ?    Dbeyba et ses alliés font tout pour se maintenir au pouvoir : Doutes sur les élections du 24 décembre en Libye    Editions Média-Plus. Ici, on noya les Algériens de Fabrice Riceputi : Silence, on tue des Algériens    Jaoudet Gassouma-écrivain, journaliste, plasticien, réalisateur et enseignant : «Mes sujets sont en quête de reconstruction et de résilience»    Une union truffée de non-dits    Filière lait: Les producteurs appellent à une solution concernant la marge bénéficiaire    Premier ministre: L'Algérie déterminée à accélérer les réformes structurelles    Hamdoullah dima la baisse !    Virée au Palais de justice    Neuf éditions déjà!    La nuit du pétard    Les pétards ont «mis le feu»    La face «cachée» du «Bâtiment»    La Tunisie sollicite l'aide de l'Algérie    L'armée française tue une femme pendant une poursuite    Les dirigeants unis contre l'enquête, pour maintenir l'impunité    Des émissaires de Sassou Nguesso en mission de «conciliation»    Belabed appelle à inculquer la lecture aux enfants    Documentaire sur la solidarité Algéro-Chilienne    Assia Djebar: le manuscrit inachevé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appelés à opérer des césariennes: Protesta de chirurgiens généralistes à Skikda
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 10 - 2017

La crise couvait déjà depuis un certain temps au sein des chirurgiens généralistes de l'Etablissement hospitalier (EH) Abderrezak-Bouhara de Skikda, qui refusent de cautionner, à leurs dépens, les errements des responsables locaux du secteur de la santé publique.
En effet, s'appuyant sur une circulaire du ministère de la Santé qui instruit de recourir dans les cas d'urgence au service des chirurgiens généralistes pour effectuer des césariennes, en l'absence de gynécologues obstétriciens, la direction de la santé de Skikda semble avoir trouvé le palliatif idoine pour combler le déficit de l'hôpital en matière de gynécologues obstétriciens.
Or, ce n'est pas l'avis des chirurgiens généralistes de l'hôpital qui ont décidé d'un sit-in, hier à la mi-journée, en compagnie des sages-femmes, pour exprimer leur refus de se soumettre à cette instruction qu'ils jugent vague et insuffisante pour les couvrir auprès de la justice en cas de «pépins» résultant d'une intervention qui n'est pas du domaine de leur compétence.
Pour le Dr Bouregaa, le chirurgien généraliste n'est pas habilité à pratiquer des césariennes sur des parturientes, des interventions qui restent du domaine exclusif de spécialistes en la matière, à savoir des gynécologues obstétriciens. Le fait que l'hôpital de Skikda n'en dispose pas ne les dédouane pas d'éventuelles poursuites judiciaires, en cas de complications graves ou de décès. Les sages-femmes semblent également désarmées face à l'absence de gynécologues obstétriciens, une situation anormale qui ramène la question de savoir quelle est l'utilité d'un service de gynécologie, doté d'un effectif de 27 sages-femmes, si l'hôpital ne dispose d'aucun spécialiste en la matière et qui se contente de recourir au service de chirurgiens généralistes uniquement ?
Le Dr Zaarour a cité «un cas qui s'est produit à Aïn Beïda où un chirurgien généraliste a été condamné par la justice pour avoir pratiqué une césarienne sur une parturiente, décédée par la suite, au motif de manque de qualification…».
Du coup, on comprend aisément l'inquiétude fondée des douze chirurgiens généralistes de l'hôpital de Skikda qui se voient exposés aux risques d'être poursuivis pénalement et qui travaillent avec la peur au ventre, vivant le dilemme de se voir accuser, soit pour non-assistance à personne en danger, en cas de refus de prise en charge d'une parturiente ou bien d'un manque de qualification si une patiente décède après l'intervention d'un chirurgien généraliste. Le plus curieux dans l'affaire, affirment les chirurgiens frondeurs, c'est que les hôpitaux d'Azzaba et d'El Harrouch disposent bien de 2 gynécologues obstétriciens chacun, alors que le chef-lieu en est dépourvu.
Ils ont soulevé en outre le suivi des femmes enceintes qui s'effectue pendant les 9 mois de leur grossesse chez des gynécologues privés et qui se présentent à la fin à l'hôpital pour accoucher, munies d'un dossier consistant comportant des échographies pour se voir prendre en charge, dans les cas d'urgence, par un chirurgien généraliste non habilité. C'est pour cette raison que la solution préconisée demeure la réquisition par l'autorité habilitée des spécialistes et d'autre part, d'opérer un redéploiement judicieux des gynécologues obstétriciens.
Il est clair qu'à défaut d'une solution, l'hôpital de Skikda risque de perdre ses compétences car, d'ores et déjà, certains chirurgiens confrontés au stress au quotidien songent à partir vers des cieux plus cléments… Pour l'heure, ils ont décidé d'exprimer leur ras-le-bol pour mettre fin à une situation qui n'a que trop duré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.