Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Palestine occupée: Sauver ce qui reste de sa dignité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 12 - 2017

Après l'avoir transformée en «question humanitaire», la communauté internationale vient de réduire la cause palestinienne à une simple promesse électorale que le président américain a faite et a tenue.
Depuis jeudi dernier, jour où le président américain a déclaré El Qods, capitale de l'entité sioniste, les dirigeants arabes font semblant de réfléchir à comment réagir à un tel affront. Il est certain que ce n'est pas l'arrivée de Donald Ttrump à la Maison Blanche ni les promesses électorales qu'il a tenues qui pousseront les Arabes et les Musulmans dans leur ensemble, à tenter de sauver ce qui reste de leur dignité. Il y a longtemps qu'ils s'y sont départis, au profit d'intérêts bassement matériels et d'hégémonie contingente et éphémère. Les monarchies du Golfe le savent et le pratiquent depuis leur existence, en tant que telles. Des pays du Moyen-Orient ne font pas moins pour juste être considérés comme «leaders» le temps d'une négociation de surcroît très partielle entre Arabes et Israéliens.
Arthur Balfour n'est pas mort. Le monde occidental le sait et l'approuve. La déclaration de Balfour du 2 novembre 1917 concernant la décision de la Grande-Bretagne de permettre la construction d'un foyer juif en Palestine, a était reprise, étayée et élargie à d'autres concessions de taille que la communauté internationale a, toujours, réussi à imposer au peuple palestinien sous le silence délateur des dirigeants arabes.
La déclaration du ministre britannique des Affaires étrangères de l'époque a été, en effet, relayée et actualisée, à cet effet, tout au long de l'histoire avec leur complicité parfois sournoise, très souvent agissante. Dernier fait renégat en date, la décision de la Ligue arabe de considérer le Hezbollah de Nasr Allah le libanais «organisation terroriste.»
Les Arabes, de compromissions en compromissions
Réunis au Caire, en novembre dernier, les dirigeants arabes ou leurs représentants n'ont pas hésité, en effet, à qualifier de terroristes les seuls Arabes qui combattent, militairement, Israël. Les Etats-Unis avaient pris le soin avant, de brandir la menace de retirer ses aides militaires aux pays du Golfe, tout en faisant agiter le spectre de l'Iran, sur la région. Seul parti à tenir tête à l'entité sioniste, le Hezbollah est, aujourd'hui, aussi le seul à déclarer être prêt à soutenir militairement l'appel des Palestiniens à une nouvelle Intifadah et à recommander «l'intensification de la résistance», unique moyen, dit Nasr Allah, pour combattre Israël. Il sait que la fronde et la pierre des enfants palestiniens valent bien plus qu'une agitation de responsables arabes. Parce que le reste des réactions des Etats arabes n'est que verbiage… Ils se sont tus trop longtemps pour pouvoir relever l'échine devant un acte prémédité, annoncé et voulu, depuis de longues années par pratiquement tous les officines et présidents américains. Les dirigeants arabes ont, de tout temps, sacrifié la Palestine sur l'autel de leurs intérêts desquels dépend leur survie.
Balfour n'est pas mort
C'est ainsi qu'ils ont fermé les yeux devant les accords de Camp David conclus par l'Egyptien Anouar Essadat, le 17 septembre 1978 et ceux d'Oslo, liant Arafat et Rabin le 13 septembre 1993. Accords par lesquels le peuple palestinien a vu rétrécir ses territoires et la totalité de ses droits, en premier celui de se nourrir et de se soigner. Tout au long de l'histoire, il y a eu les pendaisons de M'Hamed Jamjoum, Fouad Hjazi, la liquidation d'El Kassam et des fidayins, il y a eu les massacres de tel Ezaatar, de Sabra et Chatila, de Kafr Kassam, de Qana la libanaise, il y a eu la guerre contre le Sud-Liban contre le Hezbollah, tout récemment. Ils ont accepté l'exclusion de l'OLP de Yasser Arafat et de ses troupes de Beyrouth, par la force d'un blocus militaire israélien, l'assassinat d'Abou Djihad, en exil en Tunisie, la fermeture par la Jordanie, de la Mer morte face aux fidayins, les empêchant ainsi de faire des attentats en Israël, de la construction de milliers de colonies juives sur les territoires palestiniens. En 1967, les sionistes ont incendié la mosquée de Omar, ils ont provoqué des fouilles sous prétexte de déterrer leur temple juif. Les dirigeants arabes ont accepté que les Palestiniens soient désarmés et aient un semblant d'autonomie à Ghaza où ils ont été parqués pour être transformés en bombe à retardement contre leur propre existence.
Les dirigeants arabes se sont tus devant le génocide du peuple palestinien à Ghaza. Ils se sont bouchés les oreilles devant les appels et les pleurs des enfants qui sont gazés, à chaque fois que l'entité sioniste le décide. Ils ont accepté que la Cause palestinienne pour l'indépendance de leurs territoires soit convertie en question humanitaire. Toute la communauté internationale s'est mise alors à défendre l'acheminement d'aliments, de vêtements et de couvertures pour un peuple qui périssait sous le joug colonial sioniste. Ils ont laissé assassiner Saddam Hussein, Maamar El Kadafi, Ali Abdallah Salah… pour des raisons de leadership.
Quand la dignité s'effrite
Ils ont cautionné la politique israélienne de «partager pour régner», séparer par la force de l'argent et le crime chiite et sunnite, tout en exécutant des plans machiavéliques pour livrer l'Iran à la folie guerrière américaine et sioniste.
Bien que dans l'air depuis quelque temps, la décision certes dangereuse et ségrégationniste que vient de prendre le président américain, concernant El Qods, doit en principe projeter le monde au-devant d'une situation tout à fait différente -en terme de périls- de celles qui ont marqué jusque-là la Cause palestinienne. Il faut, cependant, avouer qu'elle n'est pas pire que toutes les autres qui l'ont précédée depuis la déclaration de Balfour et par lesquelles la Palestine occupée est de plus en plus recluse. Les réactions à tous ces crimes de l'entité sioniste ont été juste populaires par lesquelles les peuples arabes, crient, jurent et promettent vengeance. Sans plus. Ce que l'Occident a appelé «Printemps arabes», suivi de la colonisation de la Libye et de la Syrie après celle de l'Irak bien avant, a réduit à néant le peu de dignité que le monde arabe avait préservé. Totalement dénudés par le diktat des Américains et les puissants lobbys de la juiverie, les dirigeants arabes sont allés jusqu'à accepter de se coaliser pour s'éliminer mutuellement. Le cas du Yémen n'est pas le seul à en faire foi. Certains pays du Golfe ont même soudoyé des élites arabes pour faire tomber Bachar Al Assad et pourrir la situation en Syrie.
A une question à Abdelaziz Belkhadem, alors ministre des Affaires Etrangères, sur la possibilité de réinventer la guerre de 1973 où les pays arabes se sont associés pour combattre Israël, il répondra sans hésiter «ce n'est plus possible parce qu'il n'y a plus de leaders (zouâama) !»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.