Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aux abonnés absents
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 12 - 2017

Le front social commence à donner des signes d'extrême nervosité, de retour à la protesta. Hausse des prix annoncée avec l'entrée en vigueur de la LF 2018, marasme social, colère des milieux professionnels, grèves et marches de protestation en cascade. En face, le gouvernement fait ce qu'il peut, c'est-à-dire rien, pour calmer ou rassurer les citoyens sur sa politique sociale et économique en instaurant un débat sur toutes les questions qui touchent directement à la vie publique. Il laisse ce privilège aux partis politiques, auxquels il laisse « la patate chaude », pour rester à l'abri des bourrasques sociales.
Car si les lois impopulaires passent aussi facilement à l'Assemblée nationale, si le gouvernement mène parfois une politique économique impopulaire, c'est qu'en face il n'y a pratiquement aucune vie politique ni débat sur les grands dossiers de l'heure. Rien, les partis politiques se sont inscrits aux abonnés absents à un moment de fortes turbulences sociales. D'importants enjeux économiques, en particulier le nouveau modèle de partenariat public-privé qui est passé sans que l'on enregistre la moindre réaction des partis politiques. Même le parti de Louiza Hanoune, qui a été de toutes les batailles pour la préservation de l'outil de production dans le giron du secteur public, s'est distingué par un silence déconcertant.
Faut-il croire que les partis politiques algériens ne se réveillent que lors des échéances électorales, ou pour aller poinçonner les lois de finances, pour après entrer dans une longue période de sommeil éveillé ? En réalité, les partis politiques restent à l'écart de la vie politique, la vie publique qui les interpellent sur tous les dossiers chauds. Le gouvernement Ouyahia, comme les précédents d'ailleurs, a beau jeu devant une opposition pratiquement inexistante. Sinon, comment interpréter le mutisme assourdissant de ces partis, ils sont plus d'une soixantaine, dont les majors comme le RCD, le FFS ou le PT et même Talaie El Hourriet, face à la grève des médecins résidents, l'affaire du tifo d'Aïn M'lila, les marches de protestation à Bouira, la privatisation lente et déguisée des entreprises publiques, ou cette politique commerciale aventuriste ?
En fait, le plus troublant dans ce silence des partis politiques est que l'exécutif n'a pas été attaqué ni recadré sur les grands dossiers sociaux et économiques, ce qui aurait en réalité aidé ce gouvernement à corriger ses erreurs. Sinon à éviter les dérapages, comme ces sempiternelles mesures de réduction des importations qui étranglent le secteur productif en limitant l'accès aux intrants et demi-produits sur le marché international, alors que la facture n'a jamais été vraiment réduite et cette année encore le montant sera de plus de 42 milliards de dollars d'importations. Entre-temps, les licences d'importation ont été supprimées, les médicaments entrent au compte-gouttes et la facture à la fin de l'année reste encore dans les cimes des 40 milliards de dollars.
Le rôle des partis politiques aurait été salutaire pour aller demander les yeux dans les yeux au gouvernement à quel jeu il joue lorsqu'il annonce la suppression de plus de 800 positions tarifaires sans que certains produits superflus et fabriqués localement ne soient concernés. Car apparemment, et en dehors des périodes électorales, accessoirement durant les débats sur les lois de finances, les partis politiques algériens ont construit un mur infranchissable entre eux et le peuple pour se désintéresser à ce point de la vie publique. Comment, dès lors, le gouvernement pourrait-il être recadré dans ses choix sociaux et économiques quand l'opposition est absente ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.