Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aux abonnés absents
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 12 - 2017

Le front social commence à donner des signes d'extrême nervosité, de retour à la protesta. Hausse des prix annoncée avec l'entrée en vigueur de la LF 2018, marasme social, colère des milieux professionnels, grèves et marches de protestation en cascade. En face, le gouvernement fait ce qu'il peut, c'est-à-dire rien, pour calmer ou rassurer les citoyens sur sa politique sociale et économique en instaurant un débat sur toutes les questions qui touchent directement à la vie publique. Il laisse ce privilège aux partis politiques, auxquels il laisse « la patate chaude », pour rester à l'abri des bourrasques sociales.
Car si les lois impopulaires passent aussi facilement à l'Assemblée nationale, si le gouvernement mène parfois une politique économique impopulaire, c'est qu'en face il n'y a pratiquement aucune vie politique ni débat sur les grands dossiers de l'heure. Rien, les partis politiques se sont inscrits aux abonnés absents à un moment de fortes turbulences sociales. D'importants enjeux économiques, en particulier le nouveau modèle de partenariat public-privé qui est passé sans que l'on enregistre la moindre réaction des partis politiques. Même le parti de Louiza Hanoune, qui a été de toutes les batailles pour la préservation de l'outil de production dans le giron du secteur public, s'est distingué par un silence déconcertant.
Faut-il croire que les partis politiques algériens ne se réveillent que lors des échéances électorales, ou pour aller poinçonner les lois de finances, pour après entrer dans une longue période de sommeil éveillé ? En réalité, les partis politiques restent à l'écart de la vie politique, la vie publique qui les interpellent sur tous les dossiers chauds. Le gouvernement Ouyahia, comme les précédents d'ailleurs, a beau jeu devant une opposition pratiquement inexistante. Sinon, comment interpréter le mutisme assourdissant de ces partis, ils sont plus d'une soixantaine, dont les majors comme le RCD, le FFS ou le PT et même Talaie El Hourriet, face à la grève des médecins résidents, l'affaire du tifo d'Aïn M'lila, les marches de protestation à Bouira, la privatisation lente et déguisée des entreprises publiques, ou cette politique commerciale aventuriste ?
En fait, le plus troublant dans ce silence des partis politiques est que l'exécutif n'a pas été attaqué ni recadré sur les grands dossiers sociaux et économiques, ce qui aurait en réalité aidé ce gouvernement à corriger ses erreurs. Sinon à éviter les dérapages, comme ces sempiternelles mesures de réduction des importations qui étranglent le secteur productif en limitant l'accès aux intrants et demi-produits sur le marché international, alors que la facture n'a jamais été vraiment réduite et cette année encore le montant sera de plus de 42 milliards de dollars d'importations. Entre-temps, les licences d'importation ont été supprimées, les médicaments entrent au compte-gouttes et la facture à la fin de l'année reste encore dans les cimes des 40 milliards de dollars.
Le rôle des partis politiques aurait été salutaire pour aller demander les yeux dans les yeux au gouvernement à quel jeu il joue lorsqu'il annonce la suppression de plus de 800 positions tarifaires sans que certains produits superflus et fabriqués localement ne soient concernés. Car apparemment, et en dehors des périodes électorales, accessoirement durant les débats sur les lois de finances, les partis politiques algériens ont construit un mur infranchissable entre eux et le peuple pour se désintéresser à ce point de la vie publique. Comment, dès lors, le gouvernement pourrait-il être recadré dans ses choix sociaux et économiques quand l'opposition est absente ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.