Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Belaïli met les points sur les «I»    Le CRB confirme    Belatoui espère un véritable départ    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le poids du passé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 05 - 2018

Des pays arabes qui ne condamnent que du bout des lèvres l'assassinat de sang-froid de dizaines de Palestiniens ou qu'ils se préoccupent tardivement d'une décision de nature à provoquer de nouvelles tensions au Moyen-Orient, d'autres qui se réveillent soudain devant la tragédie au quotidien d'un peuple spolié de ses terres et condamné à errer sous les balles de son oppresseur, ou des organisations internationales qui n'ont aucun pouvoir pour arrêter et condamner les auteurs de multiples crimes contre l'humanité. C'est ce scénario terrible, inhumain, démentiel qui est imposé à la face du monde par deux puissances nucléaires qui ont décidé de s'allier dans la terreur pour imposer au monde libre, au peuple palestinien, leur propre logique de la force, leur propre idée du monde.
Plus que jamais, Israël montre qu'il est un Etat terroriste, qu'il n'hésite pas à massacrer les manifestants palestiniens, aujourd'hui que les Etats-Unis, son protecteur depuis toujours, ont tourné le dos à toute retenue dans le soutien à une politique génocidaire au Moyen-Orient de leur protégé, l'entité sioniste. Certes, le monde moderne, civilisé, épris d'humanisme et de compassion a réagi, un peu tard pour la vie de milliers de Palestiniens, mais cette réaction ne peut absoudre les nations et les Etats, européens ou autres, y compris et surtout les Etats arabes, d'une quelconque volonté à postériori de condamner, sinon de faire cesser les agressions meurtrières d'une entité sioniste qui, dans sa folie meurtrière et sous le fallacieux prétexte de protéger ses « colonies », là où il y a eu vol caractérisé de terres de Palestiniens, s'arroge tous les droits, y compris de tuer.
La tentation est forte d'applaudir cette soudaine compassion internationale pour un peuple spolié de tout, y compris de ce qu'il a de plus cher, sa terre, mais il ne faut pas dans le même temps verser des « larmes de crocodile » et fermer les yeux sur les crimes contre l'humanité commis par Israël sous le fallacieux prétexte de lutter contre le terrorisme. D'autant que les Etats-Unis, qui jouent sur plusieurs tableaux, ont réussi avec Trump à annihiler deux adversaires potentiels de l'hégémonisme sioniste au Proche-Orient : plonger la Syrie dans une effroyable guerre civile et isoler sur le plan international l'Iran. Trump, en sortant de l'accord sur le nucléaire et en déplaçant l'ambassade US à Al Qods occupée, a joué coup double et est manifestement en train de changer dangereusement la donne dans la région. Il a d'une part renforcé l'hégémonisme d'Israël en mettant sous le boisseau, sinon en domestiquant les monarchies du Golfe, qui ne sont plus un « souci » pour tout le monde dans la région, et en éliminant de l'échiquier politique régional l'Iran. D'abord en l'accusant de vouloir développer l'arme nucléaire, ensuite en limitant son expansion en lui réimposant les sanctions économiques.
Certes, la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne tiennent tête aux Etats-Unis en refusant de le suivre en fuyant ses responsabilités historiques par rapport à l'accord sur le nucléaire iranien. Par contre, quand il s'agit de condamner la politique aventuriste, irresponsable, dangereuse et franchement belliqueuse de tous les gouvernements israéliens qui se sont succédé depuis la « Nakba », le ton est bien inaudible dans toutes les capitales européennes. Exiger des comptes et traduire les génocidaires israéliens devant le TPI est une chose impensable, inimaginable, tant que les Européens, notamment Français et Allemands, ne s'affranchiront pas d'un passé honteux et d'un besoin permanent de chercher le pardon des juifs, quitte à tolérer des massacres pires que ceux des nazis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.