La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    Le vieux de mon village    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Dimanche, le pic!    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    L'Union africaine se penche sur le Tchad    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Accompagner le projet d'amélioration de la production et de la commercialisation du lait de chamelle    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    CAN-2023 (U23) (qualifications): tirage au sort jeudi au Caire    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Jeux de la Solidarité Islamique/Natation: Syoud décroche une 2ème médaille d'or    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Salman Rushdie sous respirateur après avoir été poignardé    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Il recommande des réformes courageuses: Les mises en garde du FMI à l'Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2018

La forte dépréciation des prix du brut en 2014, accompagnée d'une contraction de sa production pétrolière, mettent l'Algérie devant des «problèmes importants», et des «défis de taille», estime le Conseil d'administration du FMI, dans ses conclusions, au titre de l'Article IV, avec l'Algérie. Dans un communiqué, diffusé vendredi, le Conseil d'administration du Fonds estime que l'Algérie «reste confrontée à des problèmes importants». Pour lui, ces problèmes «résultent de la chute des prix du pétrole, il y a quatre ans», et, «en dépit d'un assainissement considérable des finances publiques, en 2017, les déficits budgétaire et courant demeurent élevés», alors que la croissance du PIB, note t-il, «a fortement ralenti, en raison, principalement, d'une contraction de la production d'hydrocarbures».
Malgré une croissance stable du secteur hors hydrocarbures, «le chômage s'est hissé à 11,7%, en septembre 2017, contre 10,5%, un an plus tôt, et reste particulièrement élevé chez les jeunes (28,3%) et chez les femmes (20,7%)», explique le FMI selon lequel «le taux d'inflation moyen s'est établi à 5,6%, contre 6,4%, en 2016, du fait du ralentissement de l'inflation pour les produits manufacturés et les services, et il était de 3,4%, en glissement annuel, en avril 2018.»
Dans son évaluation de l'Economie algérienne, le Conseil d'administration du Fonds relève, par ailleurs, que «si les réserves de change restent abondantes, elles ont diminué de 17 milliards de dollars, pour s'établir à 96 milliards de dollars (hors DTS)», alors que si «la dette extérieure reste négligeable», «la dette publique intérieure a considérablement, augmenté, depuis 2016, tout en demeurant modérée.» Dès lors, «les administrateurs relèvent que l'Algérie est confrontée à des défis de taille, en raison de la baisse des prix pétroliers, depuis 2014 et du ralentissement de son activité économique», note le communiqué du Fonds, selon lequel les administrateurs du FMI, «tout en saluant les efforts des autorités pour gérer le processus d'ajustement, prônent la poursuite de l'assainissement des finances publiques et l'application de réformes structurelles ambitieuses, en vue de faciliter la diversification du modèle de croissance et de soutenir le développement du secteur privé.»
En outre, les administrateurs du Fonds «prennent bonne note du dosage de mesures, prévu par les autorités, à savoir : une augmentation des dépenses budgétaires, en 2018, suivie de la reprise de l'assainissement des finances publiques, à moyen terme, le financement monétaire des déficits budgétaires, des restrictions temporaires aux importations, ainsi que des réformes structurelles, visant à diversifier l'Economie». Mais, estiment-ils, si «cette approche pourrait, certes, offrir un répit à l'Economie algérienne, à court terme», elle peut «également faire peser des risques considérables sur les perspectives économiques». Selon les administrateurs du Fonds, cette approche «aura, comme conséquence probable, d'exacerber les déséquilibres budgétaires et extérieurs, d'alimenter l'inflation, d'accélérer la diminution des réserves de change, d'aggraver les risques pour la stabilité financière et, en fin de compte, de ralentir la croissance».
Financement non conventionnel: Mauvaise décision
Le FMI, qui doute du bien-fondé du recours au financement non conventionnel pour éponger le déficit du Trésor, recommande aux autorités algériennes «une approche susceptible de donner de meilleurs résultats, tout en étant plus viable», et «conviennent dans l'ensemble qu'il serait possible de mener un assainissement progressif des finances publiques dès 2018, sans recourir au financement par la Banque centrale, mais en s'appuyant sur une variété de mécanismes de financement, dont l'emprunt extérieur pour financer des projets d'investissement sélectionnés avec soin.» « Une dépréciation progressive du taux de change, accompagnée de mesures visant à éliminer le marché des changes parallèle, favoriserait les mesures d'ajustement», relève, par ailleurs, le FMI. Bien plus, les administrateurs du FMI «encouragent les autorités à se tenir prêtes à durcir la politique monétaire si des tensions inflationnistes se manifestent», et «déconseillent le financement monétaire du déficit», c'est-à-dire le recours à «la planche à billets». Mais, si celui-ci se poursuit, «ils soulignent la nécessité de mettre en place des mesures de sauvegarde pour en atténuer l'impact négatif, dont des limites temporelles et quantitatives». Par ailleurs, le FMI a indiqué qu'il encourage les autorités algériennes dans leurs «efforts visant à mobiliser davantage de recettes hors hydrocarbures, à améliorer l'efficience et la gestion des dépenses publiques, ainsi qu'à élargir les réformes des subventions, tout en protégeant les populations pauvres», et «salue l'intention des autorités d'appliquer des réformes visant à encourager le développement du secteur privé, en améliorant le climat des affaires, en facilitant l'accès au crédit, ainsi qu'en renforçant la gouvernance, la transparence et la concurrence.»
Dans la foulée, les administrateurs du Fonds encouragent également, les autorités algériennes à améliorer le fonctionnement du marché du travail, accroître le taux d'activité des femmes et continuer d'ouvrir l'économie au Commerce extérieur et à l'Investissement direct étranger.» Enfin, «les administrateurs notent que le secteur bancaire continue de se porter relativement bien», et «soulignent que, eu égard aux risques macroéconomiques et aux liens financiers au sein du secteur public, il convient de renforcer le cadre macroprudentiel, notamment en menant plus régulièrement des tests de résistance et en établissant un dispositif de gestion des crises», conclut le FMI. Le Fonds avait déjà appelé l'Algérie à mettre en place «en urgence» des réformes économiques innovantes et courageuses pour surmonter l'onde de choc de la baisse des cours de pétrole. En visite, au dernier trimestre 2017, à Alger dans le cadre de la revue périodique des indicateurs macroéconomiques de l'Algérie, une mission du Fonds Monétaire International (FMI) avait relevé que le pays doit restaurer au plus vite «les équilibres macro-économiques et revoir son modèle de croissance pour réduire sa dépendance du secteur énergétique et de la dépense publique». Le chef du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI Jean-François Dauphin avait souligné que l'Algérie doit muscler son secteur privé, encourager les investissements privés et étrangers, et accélérer la mise en oeuvre de réformes pour changer son modèle économique».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.