La Soummam toujours dans le sillon d'Avril    SA PLACE N'EST PAS EN PRISON    Le président de SOS Bab El-Oued sous mandat de dépôt    Hausse au premier trimestre 2021    la liste des membres sélectionnés approuvée    Les marchés optimistes    Idriss Déby tué au front    Sécurité régionale et relance de l'UMA au menu    Porsche signe son meilleur premier trimestre    Pourquoi il faut rester vigilants    Les travailleurs de l'éducation maintiennent la pression    Béni Douala célèbre ses héros    La Chaîne II inaudible sur la bande FM    La chanson surprise de Lounis Aït Menguellet    Coupe de la CAF. Coton Sport – JS Kabylie (14h) : Un match chaud pour les Canaris    Coupe arabe de la FIFA 2021 : L'Algérie sera présente au rendez-vous qatari    CR Belouizdad : Manojlovic nouvel entraîneur    A partir de la citadelle d'Alger : Coup d'envoi des festivités du mois du patrimoine    Tiaret: La ville croule sous les ordures    Aïn El Turck: Une dizaine de baraques de fruits et de légumes démantelées    Education: Nouvelles protestations annoncées    Economie de la connaissance: Une feuille de route et des orientations    Coupe de la CAF: Orlando Pirates-ESS, aujourd'hui à 14h00: L'Entente à quitte ou double    El-Bayadh: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Eviter l'effet boule de neige    La tomate n'a pas partout le même goût    Pérez sort de son silence    Brèves    Sur une courbe ascendante    Incompréhensible décision    Fin des poursuites dans une affaire de déstabilisation de l'Etat    L'Algérie condamne l'attaque terroriste du village de Gaigorou    Attaque terroriste sur une base militaire dans le Nord-Est    L'ONU face à ses responsabilités    Les explications de ministre de l'Agriculture    Huit personnes arrêtées à Alger    La patate qui menace la République    Les oligarques sont-ils de retour?    Air Algérie vers le crash    Marche pacifique à Béjaïa    La Turquie maintient le flou    187 nouveaux cas et 5 décès en 24h    Le patrimoine et la spiritualité à l'affiche    «Le livre en tamazight a fait des pas de géant»    L'ONDA a versé plus de 50 millions DA    Nahda participera avec une trentaine de listes    Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des riverains de St Germain et Claire-Fontaine dénoncent la bidonvilisation des plages: Une visite du wali attendue… en vain
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2018


Dans un souci de dénoncer la dégradation de leur cadre de vie, notamment le squat de vastes espaces par des constructions illicites, les habitants de la localité de St Germain, comme ceux de Claire-Fontaine, attendaient avec impatience la visite du wali d'Oran, en fin de semaine dernière pour constater de visu, l'ampleur qu'a pris le phénomène de la bidonvilisation sur leurs plages. En effet, le wali d'Oran, a inspecté, dans le cadre des préparatifs de la saison estivale, plusieurs plages, notamment ‘Les Andalouses', ‘Madagh', la plage ‘St Michel' à Arzew, sans, toutefois, faire une escale sur des plages confrontées au phénomène des constructions illicites, notamment les localités allant de St Rock à Ain El Turck. Selon des habitants des localités de St Germain et Claire-Fontaine, cette visite était très attendue, car elle devait permettre au chef de l'Exécutif de constater la déchéance de certaines plages, à quelques jours de l'ouverture de la saison estivale. En effet, le phénomène de la bidonvilisation des plages de la contrée d'Aïn El Turck, prend une ampleur presque incontrôlable, au vu du constat établi sur le terrain et, comble de l'ironie, ne semble, à priori, plus émouvoir quiconque. Ce déplorable état de fait a, allègrement, contribué, au fil des jours, à la disparition quasi-totale de grandes superficies de sable. Des riverains de la localité de St Germain et Claire-Fontaine, sur le territoire de la municipalité d'Aïn El Turck, se sont rapprochés du ‘Quotidien d'Oran' pour exprimer leur vive désapprobation contre l'insidieuse invasion qui va crescendo, de la bidonvilisation sur la plage de leur lieu de résidence. A St Germain, nos interlocuteurs ont dénoncé « l'apparition, du jour au lendemain ,d'une demi-douzaine de masures, qui auraient été construites, à la hâte, nuitamment » avant de renchérir avec une pointe de dépit « nous avons signalé cette transgression aux responsables concernés mais malheureusement aucune opération n'a été menée pour y mettre un terme. Evidement cela encourage les contrevenants à participer à ce massacre à ciel ouvert, qui est à l'origine de la dégradation de notre cadre de vie et par ricochet celui du séjour pour les vacanciers ». Notons, que deux années auparavant, une opération de démolition de masures érigées sur cette plage, a été menée par les services de l'APC, mais d'autres baraques, faisant office d'habitation, proposées à la location ou à la vente, et/ou de local commercial, ont été construites illicitement, depuis. Il faut dire, aussi, que le laxisme avéré des uns et des autres a accouché de cette désuétude, dans laquelle végète la plage de St Germain à l'instar de presque toutes les plages de cette contrée. « Nous sommes disposés à apporter aide et assistance si le wali désigne une commission de la wilaya d'Oran pour un constat des lieux, qui sera suivi de mesures répressives contre les auteurs de cette infraction, afin de donner l'exemple et de décourager tout éventuel contrevenant » ont, encore, fait remarquer des riverains de la localité de St Germain. Dans les prestigieuses localités de Paradis-plage et Claire-fontaine, qui sont, considérablement, loin de refléter l'image du nom pour lequel elles ont été baptisées, les baraques érigées en parpaing et tôle ondulée, constituant un immense bidonville, ont entamé, insidieusement, le grignotement du sable. A Beau Séjour s'est, carrément, un alignement d'une dizaine de masures répugnantes, qui trônent, hideusement, depuis des années, sur le sable à proximité du rivage. « Une visite du wali permettrait de prendre les mesures qui s'imposent. Nous attendons avec impatience sa visite » conclut un habitant de Claire-Fontaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.