Barça : Koeman prend la défense de Messi    Saïd Chengriha lors de sa visite hier à Béchar : «Nous mettrons en échec tous les desseins hostiles»    Après 20 mois de détention, le sort de Ali Ghediri toujours pas connu    Prolongation de mandat    Enquête    Relaxe pour sept activistes du Hirak    Le projet discuté au conseil national fin janvier    Numérisation de la CNAS : Les arrêts de travail déclarés via le portail El Hanaa    L'Algérie concernée par la mise à jour de l'OMI    Le CPE en hibernation    Session de formation aux métiers de l'export    "Les étudiants doivent éviter les fausses déclarations"    Le prix du pétrole continuera d'augmenter en 2021    «Pour des raisons électorales ou intérêts calculés, les démocrates ont pactisé avec les islamistes»    Le Conseil de sécurité diffuse les propositions de l'UA    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Quand Suzanne Tamim crie justice !    Arrêt prématuré d'un test des moteurs de la fusée géante SLS    Les Européens appellent Téhéran à la raison    Affaire GB Pharma : Le procès en appel reporté    Mercato exceptionnel du 25 au 31 janvier    "Le plus difficile reste à venir"    Défaite de l'Algérie face à l'Islande    Le lieu de stockage du vaccin anticovid gardé secret    Caravane médico-sociale au profit des habitants    La radio locale sensibilise aux dangers du monoxyde de carbone    Un mort et 14 blessés dans un accident de la circulation    Arrestation de 2 personnes en possession de 263 700 euros en faux billets à Amizour    Résidences de formation pour les praticiens du 4e art dans le Sud algérien    Hommage à Abou Laïd Doudou, l'homme de lettres    Lancement prochain de fouilles archéologiques à Portus Magnus    À la découverte de la musique actuelle africaine    Une solidarité efficace et autonome    Une quête de l'Histoire d'un peuple    MC Oran: Le Mouloudia méritait mieux    Un citoyen tombe du 5èm étage d'un immeuble en construction    Mostaganem: Incendie sur un bateau de pêche    Formation professionnelle: Les ingénieurs-enseignants paralysent les instituts spécialisés    JS Saoura: Une efficacité à améliorer    Volleyball - Ligue de wilaya de Sidi Bel-Abbès: Sekrane Lahcene réélu à l'unanimité    LA TRITURE    Direction générale des impôts: Nouvelles modalités de radiation du registre de commerce    Pénétrante portuaire: Des instructions pour accélérer le projet et le livrer par tronçons    Principes et autres considérations    Est-ce la bonne statue?    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des riverains de St Germain et Claire-Fontaine dénoncent la bidonvilisation des plages: Une visite du wali attendue… en vain
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2018


Dans un souci de dénoncer la dégradation de leur cadre de vie, notamment le squat de vastes espaces par des constructions illicites, les habitants de la localité de St Germain, comme ceux de Claire-Fontaine, attendaient avec impatience la visite du wali d'Oran, en fin de semaine dernière pour constater de visu, l'ampleur qu'a pris le phénomène de la bidonvilisation sur leurs plages. En effet, le wali d'Oran, a inspecté, dans le cadre des préparatifs de la saison estivale, plusieurs plages, notamment ‘Les Andalouses', ‘Madagh', la plage ‘St Michel' à Arzew, sans, toutefois, faire une escale sur des plages confrontées au phénomène des constructions illicites, notamment les localités allant de St Rock à Ain El Turck. Selon des habitants des localités de St Germain et Claire-Fontaine, cette visite était très attendue, car elle devait permettre au chef de l'Exécutif de constater la déchéance de certaines plages, à quelques jours de l'ouverture de la saison estivale. En effet, le phénomène de la bidonvilisation des plages de la contrée d'Aïn El Turck, prend une ampleur presque incontrôlable, au vu du constat établi sur le terrain et, comble de l'ironie, ne semble, à priori, plus émouvoir quiconque. Ce déplorable état de fait a, allègrement, contribué, au fil des jours, à la disparition quasi-totale de grandes superficies de sable. Des riverains de la localité de St Germain et Claire-Fontaine, sur le territoire de la municipalité d'Aïn El Turck, se sont rapprochés du ‘Quotidien d'Oran' pour exprimer leur vive désapprobation contre l'insidieuse invasion qui va crescendo, de la bidonvilisation sur la plage de leur lieu de résidence. A St Germain, nos interlocuteurs ont dénoncé « l'apparition, du jour au lendemain ,d'une demi-douzaine de masures, qui auraient été construites, à la hâte, nuitamment » avant de renchérir avec une pointe de dépit « nous avons signalé cette transgression aux responsables concernés mais malheureusement aucune opération n'a été menée pour y mettre un terme. Evidement cela encourage les contrevenants à participer à ce massacre à ciel ouvert, qui est à l'origine de la dégradation de notre cadre de vie et par ricochet celui du séjour pour les vacanciers ». Notons, que deux années auparavant, une opération de démolition de masures érigées sur cette plage, a été menée par les services de l'APC, mais d'autres baraques, faisant office d'habitation, proposées à la location ou à la vente, et/ou de local commercial, ont été construites illicitement, depuis. Il faut dire, aussi, que le laxisme avéré des uns et des autres a accouché de cette désuétude, dans laquelle végète la plage de St Germain à l'instar de presque toutes les plages de cette contrée. « Nous sommes disposés à apporter aide et assistance si le wali désigne une commission de la wilaya d'Oran pour un constat des lieux, qui sera suivi de mesures répressives contre les auteurs de cette infraction, afin de donner l'exemple et de décourager tout éventuel contrevenant » ont, encore, fait remarquer des riverains de la localité de St Germain. Dans les prestigieuses localités de Paradis-plage et Claire-fontaine, qui sont, considérablement, loin de refléter l'image du nom pour lequel elles ont été baptisées, les baraques érigées en parpaing et tôle ondulée, constituant un immense bidonville, ont entamé, insidieusement, le grignotement du sable. A Beau Séjour s'est, carrément, un alignement d'une dizaine de masures répugnantes, qui trônent, hideusement, depuis des années, sur le sable à proximité du rivage. « Une visite du wali permettrait de prendre les mesures qui s'imposent. Nous attendons avec impatience sa visite » conclut un habitant de Claire-Fontaine.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.