Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des changements et des postures
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2018

La fin de fonction des généraux Hamel et Nouba, respectivement de la Sûreté et de la Gendarmerie nationales, a mis en branle un étrange processus de changements à la tête de plusieurs services névralgiques notamment de la police nationale, dont le patron des renseignements généraux et plusieurs chefs de sûreté de wilaya. A la Gendarmerie nationale, le mouvement est moins important et, surtout, moins médiatisé. Si le mot «purge» n'est pas approprié, beaucoup s'interrogent cependant sur les raisons de ces changements dans le sillage du départ de deux responsables qui étaient pourtant crédités de «bonnes notes» de leurs supérieurs.
Alors, pourquoi ces changements rapides au sein de la police nationale d'hommes qui seraient, selon des «gorges profondes», proches de Hamel ? De quels hommes de son entourage aurait peur le nouveau patron de la DGSN ou aurait-il des soupçons, auquel cas il doit les porter à celui qui l'a nommé, c'est-à-dire le chef de l'Etat, sur des dysfonctionnements à la tête de la DGSN ? Car changer plusieurs patrons de sûreté de wilaya en un court laps de temps, sans que le nouveau DGSN n'ait pris le temps de connaître ses collaborateurs, serait-il lié à une opération de reprise en main au sein de la police nationale ? Sinon dégommer les hommes de Hamel ? Et, si le changement au sein du corps de la magistrature opéré par le président Bouteflika est classique, car il s'effectue chaque année, son «timing» avec le changement à la tête des chefs de sûreté prête à beaucoup d'interprétations en l'absence de communiqué officiel expliquant à l'opinion publique les raisons de ces changements.
En toute transparence, si du moins ce principe qui est l'ADN de la démocratie est respecté, pour en expliquer les raisons aux citoyens, aux Algériens que l'on mobilise lors des opérations électorales. Car ces changements au plus haut niveau sécuritaire, en particulier pour le poste des RG à la DGSN, sont directement liés, d'une manière ou d'une autre, aux retombées politiques de cette troublante affaire de la cocaïne. Il est clair que les centres de décision au sein de la police nationale seront remaniés en profondeur, avec comme priorité de mettre de côté les «proches» de Hamel ou ceux ayant bénéficié d'une ascension rapide. Mais, la discrétion dans laquelle la police nationale est en train de faire sa mue, pas encore remise de l'affaire de l'assassinat de son ex-directeur Ali Tounsi, ne peut occulter un principe cardinal de son nouveau patron : la communication.
Il est tout à fait étrange de constater que Mustapha Lehbiri, très courtois et proche de la presse nationale, qui a sorti la Protection civile du ghetto grâce à une excellente politique de communication, est soudain devenu, à la tête de la DGSN, très réservé, muet. Le nouveau patron de la DGSN est dans une position délicate. Et, surtout, sait parfaitement qu'il n'a que peu de temps et de marge de manœuvre pour stabiliser de nouveau un corps de sécurité qui peine encore à se relever après l'assassinat de Tounsi. Le départ de Hamel, s'il n'a pas encore livré tous ses secrets, n'en est pas moins un triste épisode de ces luttes intestines au sein du sérail, étonnamment mises en branle à quelques mois de la présidentielle d'avril prochain. Et que l'affaire de la cocaïne n'a fait qu'exacerber, avec des «pions» que l'on sacrifie pour la bonne cause. Les Algériens, eux, ne sauront que ce que l'on veut leur communiquer sur cette affaire et que la lutte contre la corruption ne peut faire de bavures. C'est un peu la mission du nouveau patron de la DGSN qui s'apprête à célébrer les 56 années de la police nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.