L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des changements et des postures
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 07 - 2018

La fin de fonction des généraux Hamel et Nouba, respectivement de la Sûreté et de la Gendarmerie nationales, a mis en branle un étrange processus de changements à la tête de plusieurs services névralgiques notamment de la police nationale, dont le patron des renseignements généraux et plusieurs chefs de sûreté de wilaya. A la Gendarmerie nationale, le mouvement est moins important et, surtout, moins médiatisé. Si le mot «purge» n'est pas approprié, beaucoup s'interrogent cependant sur les raisons de ces changements dans le sillage du départ de deux responsables qui étaient pourtant crédités de «bonnes notes» de leurs supérieurs.
Alors, pourquoi ces changements rapides au sein de la police nationale d'hommes qui seraient, selon des «gorges profondes», proches de Hamel ? De quels hommes de son entourage aurait peur le nouveau patron de la DGSN ou aurait-il des soupçons, auquel cas il doit les porter à celui qui l'a nommé, c'est-à-dire le chef de l'Etat, sur des dysfonctionnements à la tête de la DGSN ? Car changer plusieurs patrons de sûreté de wilaya en un court laps de temps, sans que le nouveau DGSN n'ait pris le temps de connaître ses collaborateurs, serait-il lié à une opération de reprise en main au sein de la police nationale ? Sinon dégommer les hommes de Hamel ? Et, si le changement au sein du corps de la magistrature opéré par le président Bouteflika est classique, car il s'effectue chaque année, son «timing» avec le changement à la tête des chefs de sûreté prête à beaucoup d'interprétations en l'absence de communiqué officiel expliquant à l'opinion publique les raisons de ces changements.
En toute transparence, si du moins ce principe qui est l'ADN de la démocratie est respecté, pour en expliquer les raisons aux citoyens, aux Algériens que l'on mobilise lors des opérations électorales. Car ces changements au plus haut niveau sécuritaire, en particulier pour le poste des RG à la DGSN, sont directement liés, d'une manière ou d'une autre, aux retombées politiques de cette troublante affaire de la cocaïne. Il est clair que les centres de décision au sein de la police nationale seront remaniés en profondeur, avec comme priorité de mettre de côté les «proches» de Hamel ou ceux ayant bénéficié d'une ascension rapide. Mais, la discrétion dans laquelle la police nationale est en train de faire sa mue, pas encore remise de l'affaire de l'assassinat de son ex-directeur Ali Tounsi, ne peut occulter un principe cardinal de son nouveau patron : la communication.
Il est tout à fait étrange de constater que Mustapha Lehbiri, très courtois et proche de la presse nationale, qui a sorti la Protection civile du ghetto grâce à une excellente politique de communication, est soudain devenu, à la tête de la DGSN, très réservé, muet. Le nouveau patron de la DGSN est dans une position délicate. Et, surtout, sait parfaitement qu'il n'a que peu de temps et de marge de manœuvre pour stabiliser de nouveau un corps de sécurité qui peine encore à se relever après l'assassinat de Tounsi. Le départ de Hamel, s'il n'a pas encore livré tous ses secrets, n'en est pas moins un triste épisode de ces luttes intestines au sein du sérail, étonnamment mises en branle à quelques mois de la présidentielle d'avril prochain. Et que l'affaire de la cocaïne n'a fait qu'exacerber, avec des «pions» que l'on sacrifie pour la bonne cause. Les Algériens, eux, ne sauront que ce que l'on veut leur communiquer sur cette affaire et que la lutte contre la corruption ne peut faire de bavures. C'est un peu la mission du nouveau patron de la DGSN qui s'apprête à célébrer les 56 années de la police nationale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.