Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fausse lune de miel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 08 - 2018

De nouveau, les nuages se sont dissipés sur l'état des relations tumultueuses entre les principaux soutiens à un 5ème mandat du président Bouteflika. Moins de deux semaines après des déclarations «inamicales» de Djamel Ould Abbès sur les conditions qu'aurait posées le RND pour le soutien du candidat Bouteflika, les deux hommes forts du FLN et du Rassemblement se sont rencontrés lundi pour vraisemblablement mettre un terme à une étrange polémique sur le rôle des uns et des autres dans l'élection présidentielle de 1999. Au Palais du gouvernement, la tension est tombée et l'ambiance était plutôt bonne et l'incident clos, selon les déclarations des secrétaires généraux du RND et du FLN. Finis alors les moments d'incompréhension entre les deux responsables politiques ?
Il faut le croire, car les déclarations faites à l'issue de cette rencontre ouvrent la voie à un raffermissement des liens stratégiques entre les deux partis qui ont un seul objectif: convaincre leur candidat, le président Bouteflika, à briguer une 5ème mandature et «à se sacrifier» une fois de plus pour l'Algérie. L'incident sur les propos de Ould Abbès sur ce qui s'est passé en 1999 serait clos et les deux responsables politiques appellent leurs troupes au ralliement, mais également pour raffermir le front du soutien à une dernière mandature du président Bouteflika. Les deux partis, en dépit des sorties médiatiques souvent hasardeuses de Djamel Ould Abbès, qui voit des ennemis politiques et des adversaires au 5ème mandat partout, y compris au sein de sa majorité, sont en phase pour aller avec leurs alliés, des partis-satellites, préparer l'élection de 2019 avec une candidature de Bouteflika qu'ils appellent de leurs vœux.
Mais, au-delà de l'image idyllique de deux partis du pouvoir qui font semblant de se réconcilier après une brouille conjoncturelle, c'est de l'élection présidentielle et de ce qu'elle augure pour les Algériens qu'ils ont surtout parlé. De leur alliance stratégique, de leur soutien indéfectible à une candidature de Bouteflika, de la continuité politique et de l'état de la Nation. C'est comme si, et cela en a toutes les apparences, le FLN et le RND montrent à ceux qui en doutent qu'ils sont en réalité au sommet de la décision politique et qu'ils sont à la source des décisions stratégiques qui font tourner le pays. Leur appel répété à un 5ème mandat du président Bouteflika est, par ailleurs, un autre signe que ces deux partis ne veulent pas d'une autre configuration politique pour le pays autre que celle qu'ils défendent. C'est de bonne guerre, mais à condition que les termes de cette présidentielle remplissent les conditions que ne manquera pas de poser l'opposition.
Le moment n'est pas encore venu pour ces jeux de coulisses et il suffit pour l'instant de relever que le FLN tout comme le RND sont de grands comédiens et jaloux de défendre leur audience auprès du chef de l'Etat dans la conduite de leurs affaires, car après quelques escarmouches sans lendemain, ce sont des retrouvailles un peu trop médiatisées. Comme s'ils jouent une partition qui leur a été préparée et qu'ils exécutent comme de simples acteurs d'un opéra qui a été écrit ailleurs, dans d'autres cercles, sans eux. A partir de là, on pourrait comprendre leur insistance à appeler le chef de l'Etat «à se sacrifier une fois encore» pour le pays. Alors qu'en face, l'opposition reste engluée sur des postures éculées et n'arrive pas à se rassembler pour rassembler un électorat qui ferait la différence pour une réelle alternance au pouvoir. Le tandem FLN-RND et leurs satellites peuvent déjà crier victoire, tellement les antagonismes brident l'action de l'opposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.