Situation des prisonniers sahraouis: le Polisario alerte Human Rights Watch    PSG : La condition de la femme d'Icardi    Le président du CNDH fait don d'un mois de son salaire    Le général Kaidi nommé à la tête du DEP    COMMUNICATION : Belhimer promet "l'assainissement" du secteur de la publicité    LA SPECULATION ET LA FRAUDE : Rezig annonce la radiation des commerçants coupables    MESURES PREVENTIVES CONTRE LECOVID-19 : Les visites dans les maisons de retraite interdites    45 nouveaux cas confirmés et 20 nouveaux décès en Algérie    Report des examens d'attestation de niveau    « Casser » RAJ en condamnant Abdelouahab Fersaoui    Lutte antiterroriste: découverte d'un pistolet mitrailleur et trois bombes artisanale à Boumerdes et Djelfa    Plus de 186.000 entreprises dotées d'un NIS au premier semestre 2019    Ouargla/Covid-19: divers programmes à distance au profit des enfants durant le confinement    Chay : "La JSK a toujours fait preuve de solidarité dans les moments difficiles"    Moscou et Riyad "proches" d'un accord    Les avocats demandent l'annulation du verdict de la Cour d'Alger    Abdelouahab Fersaoui condamné à une année de prison ferme    Les feuilles de l'automne    Les écoles privées aux abonnés absents    L'infrangible lien…    Des dizaines d'artistes prennent part à la campagne #WeAreItaly    Diffusion d'un riche programme pour petits et grands    Report du colloque national sur les balcons du Ghoufi    JS Kabylie : Solidarité au profit des communes    Onu : Guterres exhorte les Etats à protéger les femmes    Les réfugiés embauchés dans l'agriculture    Impact de la pandémie de coronavirus sur les Etats africains : Les sombres prévisions du Quai d'Orsay    Industrie et pandémie de Covid-19 : Les groupes économiques publics augmentent leurs capacités de production    Impact de la pandémie de Covid-19 : Allégement des mesures fiscales pour les entreprises    Elle était la première femme parachutiste de l'Algérie post-indépendance : Décès de Mme El Moussaoui Fatima    Larbi Ounoughi installé à la tête de l'anep    Arabie Saoudite : Sanction financière pour le défenseur Benlamri    NAHD : Pas de ponctions sur salaires    Festival du film virtuel : Appel à candidature    Concours de Photographie : En connexion directe avec l'Espagne    Oran : Concours du meilleur conte pour enfants sur internet    «Le crépuscule des contours d'un nouveau monde»    Le président du RAJ condamné à un an de prison    Blida: Le lourd tribut payé par le corps médical    Les horaires des administrations fixés de 8 h à 14 h dans neuf wilayas    90 kilogrammes de kif saisis après une course-poursuite    Division nationale amateur - Ouest: Entre satisfactions et déceptions    Les professionnels de la presse "concernés par le confinement"    Les prix flambent sur les marchés internationaux    Sahara occidental: le retard dans la désignation d'un envoyé spécial de l'ONU conduira vers un dérapage certain    Coronavirus : report du colloque national sur les balcons de Ghoufi prévu initialement à Biskra    Un député français saisit le procureur de Paris    3 personnes interpellées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN et la pole position
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 05 - 2018

Les soutiens, sinon les promoteurs d'un 5ème mandat du président Bouteflika ont commencé leur campagne et ratissent large pour convaincre non pas les «indécis», mais le concerné lui-même. C'est en fait, dans ce registre, le SG du FLN, Ould Abbès, qui mène le bal et les tambours pour que la candidature de M. Bouteflika à un 5ème mandat soit non seulement entérinée par un large consensus national, en dépit des observations de l'opposition sur son état de santé, mais officialisée par un «oui» du candidat du FLN.
Il y a quelques semaines, Ould Abbès, on se rappelle, avait annoncé que M. Bouteflika est le candidat du FLN pour l'élection présidentielle de 2019 et, à ce titre, il l'avait invité à annoncer officiellement sa candidature. Un scénario bien huilé, puisqu'après avoir formellement interdit à ses militants de parler d'un 5ème mandat, le SG du FLN dégaine un chiffre ahurissant, celui de ses 700.000 militants qui soutiennent et appellent le président Bouteflika à se représenter pour un 5ème mandat. La machine est ainsi lancée, puisque les festivités de la Journée internationale des travailleurs ont fatalement débouché sur une autre invitation au président de se porter candidat à l'élection de 2019. Cette fois-ci c'est le SG d'une UGTA distancée par les syndicats indépendants, et donc tellement absente sur le front social depuis que son leader a fait un pacte avec le patronat, qui s'allie à Ould Abbès pour assurer le président Bouteflika du soutien des «masses laborieuses», s'il vient à briguer un 5ème et dernier mandat.
Ces invitations et ces appels non pas du pied mais avec une très grande sollicitation à un 5ème mandat sont devenus, à la limite, fatigants et sans grand intérêt pour les électeurs, bien plus préoccupés par des conditions de vie de plus en plus difficiles. Au renchérissement du coût de la vie, du recul de l'emploi, de la précarité sociale, il faut également ajouter les dernières hausses des prix des produits de large consommation qui hypothèquent pratiquement les conditions de vie des Algériens. Le SG du FLN tout comme ceux qui se pressent au portillon pour que le président Bouteflika se présente à un 5ème mandat sont prodigieusement loin des réalités sociales et montrent qu'ils sont non seulement déconnectés de la réalité, mais qu'ils ne s'en soucient guère. Au demeurant, il n'y a qu'à voir la rapidité avec laquelle des lois antipopulaires, décriées par les partis et la société civile, dont la dernière loi sur la santé, ou les lois de finances, sont adoptées au sein d'un hémicycle dominé par le FLN et le RND, soutiens infatigables pour un 5ème mandat de Bouteflika.
Certes, celui-ci ou son entourage se sont bien gardés de tomber dans le jeu du SG du FLN, mais le silence observé jusque-là ne veut nullement dire un «non» tout comme un «oui». Le fait est qu'Ould Abbès et le FLN semblent s'être investis d'une mission hors normes, presque divine, convaincre le président Bouteflika à briguer un 5ème et dernier mandat. Derrière cette probable candidature que l'on veut présenter à des électeurs qui voient leur niveau de vie baisser, il y a un bilan, des chiffres, des bons et moins bons, des avancées et des reculs, en matière de respect des droits de l'homme, de bonne gouvernance, de démocratie, de justice sociale dans le partage des effets de la crise financière… Hélas ! Tout cela ne fait pas partie de l'univers du FLN, dont le seul souci est que son candidat dise «oui». Pour autant, Ould Abbès oublie une chose importante, M. Bouteflika n'appartient pas au FLN, mais il est le président de tous les Algériens.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.