14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon le DG de la CNAS: La carte Chifa ne remet pas en cause la gratuité des soins
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 09 - 2018

La Caisse nationale d'assurances sociales (CNAS) est «en bonne santé financière», a déclaré hier mercredi son directeur général, Tidjani Hassan Haddam, qui a également rassuré sur l'accès aux soins, même sans carte Chifa dans les hôpitaux. Le premier responsable de la CNAS est revenu ainsi sur les récentes déclarations du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mourad Zemali, relatives à la détention d'une carte Chifa pour l'accès aux soins dans les structures hospitalières. «Le ministre a fait un diagnostic sur le système de gestion de la sécurité sociale, et on a constaté qu'un des effet du déséquilibre de la sécurité sociale est le manque de cotisants pour la CNR, qui a des difficultés de gestion et pour pérenniser la pension de nos retraités», a-t-il expliqué à la radio nationale. «La Caisse a un problème de gestion, et c'est la CNAS, au détriment de sa trésorerie, qui a aidé pendant trois ans la CNR a pérenniser les pensions». «Pour revenir, a-t-il dit, aux propos du ministre, il faut savoir que le système de sécurité sociale doit être pérennisé, et ce que le ministre a dit, c'est que dans les hôpitaux on doit présenter la carte Chifa». Mais, ajoute-t-il, «la carte Chifa ne remet nullement en cause la gratuité des soins et le libre accès aux soins dans les structures de santé. La carte Chifa est une identification des assurés, et une des causes du déséquilibre de notre système de sécurité sociale est l'informel».
Prenant la défense du ministre du Travail, le DG de la CNAS affirme que la présentation de la carte Chifa aux établissements hospitaliers «est une manière pour connaître l'identité de l'assuré», car, souligne-t-il, «le système de sécurité sociale en Algérie est généreux, il prend en charge toutes les catégories de nos concitoyens, et quand la carte Chifa est demandée dans les hôpitaux, c'est pour identifier les personnes, mais ne remet pas en cause l'accès aux soins». Quant à l'accès aux structures de santé des non-détenteurs de carte Chifa, M. Haddam a botté en touche, affirmant que la demande de présentation d'une carte Chifa «c'est pour lutter contre l'informel». Selon le DG de la CNAS, il y a 14 millions de carte Chifa qui couvrent 39 millions de citoyens, et «la quasi-totalité de la population est prise en charge par la sécurité sociale. Il reste l'informel, précise-t-il, et les entreprises qui ne déclarent pas leur employés. «Nous voulons identifier ces entreprises, et on fait de la pédagogie et de la sensibilisation pour lutter contre l'informel».
Selon son directeur général, la CNAS recouvre à peu près 1.000 milliards (Md) de DA par an, dont 52% vont à la CNR, 42% à la CNAS, et le reste est ventilé entre l'assurance chômage et le fonds national de péréquation sociale. Entre 2015 et 2017, la CNAS a, dans le cadre du soutien inter-caisses, financé à hauteur d'un peu plus de 800 Md de DA la CNR, et en 2018, c'est l'Etat qui a débloqué une subvention de 500 Md de DA au profit des retraités.
Par ailleurs, M. Haddam a assuré que la situation financière de la CNAS est «bonne», indiquant qu'elle a assuré près de 300 Md de DA par an en prestations médicales, dont une hausse de 10% pour les dépenses en assurances, alors que «les remboursements pour le médicament représentent 65% de nos dépenses». «Cela veut dire que la facture du médicament dépasse 200 Md de DA, et que dans les 65% des dépenses il y a 96% qui vont au tiers payant», a expliqué le DG de la CNAS. «Il n'est pas question de remettre en cause le tiers payant», a-t-il affirmé.
La CNAS est, par ailleurs, en train de lutter contre les fraudeurs, a-t-il déclaré, notamment contre les sous-déclaration des employeurs, mais également les non-déclarations. «Nous sommes en train d'auditer notre système de recouvrement pour les non-déclarations, car notre recouvrement est important pour pérenniser le système de sécurité sociale, dans la mesure où tout employeur est obligé de déclarer ses employés au salaire juste», en plus des «employeurs qui ne s'acquittent pas de leurs cotisations et ne déclarent pas leurs employés». Selon M. Haddam, il y a actuellement en Algérie 355.000 employeurs tous secteurs confondus, alors que la CNAS ne compte que 600 contrôleurs. «En 2017, on a fait plus de 75.000 missions de contrôle et on a trouvé 760.000 infractions, et on a fait un peu plus de 65.000 actions de recouvrement forcé», a-t-il expliqué. Le DG de la CNAS a confirmé d'autre part qu'il y a environ 90.000 cartes Chifa bloquées ou blacklistées pour fraude, mais «c'est un chiffre presque insignifiant, et très faible par rapport à la quantité de cartes Chifa produites». Enfin, il a indiqué que «pour les arrêts de travail, on a indemnisé plus de 14 millions de journées par an, cela coûte un peu plus de 16 Md de DA» ; «nous avons mis les instruments nécessaires pour contrôler ces arrêts de travail».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.