Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington et Ryad se concertent pour faire passer les vessies pour des lanternes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 10 - 2018

Plus ennuyé qu'indigné par l'assassinat désormais certain du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le président américain ne pouvait faire moins qu'inciter Ryad à reconnaître sa responsabilité dans ce crime devenue manifeste aux yeux du monde entier. Ce qu'il va probablement obtenir des autorités saoudiennes avec lesquelles il a préalablement convenu de la version qu'elles donneront à ce qui se serait passé ayant conduit à l'élimination du journaliste qui soit la moins incriminante pour le pouvoir monarchique wahhabite. Cette version, l'inénarrable et cynique occupant de la Maison Blanche en a suggéré le contour en avançant pince-sans-rire que l'assassinat peut avoir été commis par des «éléments incontrôlables». Il a de la sorte tendu la perche aux autorités de Ryad qui après avoir nié toute implication saoudienne dans la disparition et l'assassinat maintenant certain de Khashoggi ne savent plus comment se dépêtrer à moindre coût du scandale international suscité par l'affaire.
Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo s'est rendu à Ryad pour peaufiner avec le roi Salman, son fils et leurs conseillers les termes d'une déclaration saoudienne reconnaissant enfin qu'il y a eu effectivement mort provoquée du journaliste Jamal Khashoggi mais les en dédouanant de la responsabilité. Selon CNN, il va être déclaré par Ryad que ce qui est advenu au consulat général d'Arabie Saoudite à Istanbul aurait été «un interrogatoire qui a mal tourné» mené sans «autorisation ni transparence». Par leur connivence éhontée, Washington et Ryad espèrent persuader l'opinion mondiale que l'élimination de Khashoggi n'a pas eu pour commanditaire le Palais royal saoudien mais l'a été à l'initiative d'électrons libres.
Il faut être un débile gogo pour accorder le moindre crédit à une aussi insane version. Aucun responsable saoudien ne se serait avisé de concocter le scénario de l'assassinat du journaliste Khashoggi, qui plus est a été perpétré dans l'enceinte du consulat général du pays en Turquie, sans en avoir été instruit par le plus haut du pouvoir monarchique despotique. A quelque niveau que ce soit, il n'y a pas «d'éléments incontrôlables» dans ce pouvoir despotique, surtout «incontrôlables» au point de prendre une décision dans la conséquence prévisible est l'ébranlement auquel est soumise la monarchie.
Les menaces proférées par Donald Trump à l'encontre de Ryad n'ont été qu'un leurre destiné à cacher qu'en réalité il se fout comme de l'an quarante de l'assassinat du journaliste saoudien. Il met au contraire toute sa perverse imagination au service des potentats de Ryad pour leur sauver la face et les dépêtrer de l'infâme situation dans laquelle ils se sont mis. En leur tendant ostensiblement l'ignoble bouée de sauvetage du crime commis à «l'insu de leur plein gré», Donald Trump s'attend en salivant à un retour d'ascenseur de leur part sous la forme d'un monceau de dollars et une soumission sans réserve à ses projets pour le monde arabe. Continuer à croire en la fiction d'une Amérique morale et intraitable sur la question des droits de l'homme, c'est être plus trumpiste que Trump lui-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.