Révision du code de l'information, Chaîne TV, publicité...: Les chantiers de Belhimer    Tlemcen: L'APW au cœur d'une polémique    L'INFORMEL    Cession des biens immobiliers de l'Etat: Plus de 747.000 dossiers régularisés    Lettres anonymes: Tebboune instruit les membres du gouvernement et responsables des corps de sécurité    Libye, la rue imposera-t-elle sa solution?    NA Husseïn Dey : Chaâbane Merzkane, le «messie» du Nasria    USM Bel-Abbès: Le wali à l'écoute des supporters    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Bouira: Examens de rattrapage: plus de 600 étudiants concernés    Six corps repêchés et des dizaines de personnes secourues: Drame près des côtes algériennes    MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DIPLOMATIQUE : Le président Tebboune opère un changement    REVISION EXCEPTIONNELLE DES LISTES ELECTORALES : Début de l'opération dimanche    Le général Medjahed quitte la Présidence de la République    REDJEM DEMOUCHE (SIDI BEL ABBES) : Des bénéficiaires de lots à bâtir réclament les travaux de viabilisation    FORMATION PROFESSIONNELLE A MOSTAGANEM : Cap sur le secteur agricole    Le juge chargé du dossier ‘'Kamel El Bouchi'' inculpé    BENBOUZID AFFIRME : ‘'La situation sanitaire en Algérie est stable''    SAF SAF (MOSTAGANEM) : Les habitants du douar ‘'El Mgarnia'' demandent le revêtement de la route    Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    Les 4 samedis    L'alopécie    Fraude au Bac: des peines de prison à l'encontre de plusieurs individus    La Facebook-Solidarité !    Projet de musée dédié au costume traditionnel    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    CORONA, l'ennemi sans nom    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Paix et subterfuges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Washington et Ryad se concertent pour faire passer les vessies pour des lanternes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 10 - 2018

Plus ennuyé qu'indigné par l'assassinat désormais certain du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le président américain ne pouvait faire moins qu'inciter Ryad à reconnaître sa responsabilité dans ce crime devenue manifeste aux yeux du monde entier. Ce qu'il va probablement obtenir des autorités saoudiennes avec lesquelles il a préalablement convenu de la version qu'elles donneront à ce qui se serait passé ayant conduit à l'élimination du journaliste qui soit la moins incriminante pour le pouvoir monarchique wahhabite. Cette version, l'inénarrable et cynique occupant de la Maison Blanche en a suggéré le contour en avançant pince-sans-rire que l'assassinat peut avoir été commis par des «éléments incontrôlables». Il a de la sorte tendu la perche aux autorités de Ryad qui après avoir nié toute implication saoudienne dans la disparition et l'assassinat maintenant certain de Khashoggi ne savent plus comment se dépêtrer à moindre coût du scandale international suscité par l'affaire.
Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo s'est rendu à Ryad pour peaufiner avec le roi Salman, son fils et leurs conseillers les termes d'une déclaration saoudienne reconnaissant enfin qu'il y a eu effectivement mort provoquée du journaliste Jamal Khashoggi mais les en dédouanant de la responsabilité. Selon CNN, il va être déclaré par Ryad que ce qui est advenu au consulat général d'Arabie Saoudite à Istanbul aurait été «un interrogatoire qui a mal tourné» mené sans «autorisation ni transparence». Par leur connivence éhontée, Washington et Ryad espèrent persuader l'opinion mondiale que l'élimination de Khashoggi n'a pas eu pour commanditaire le Palais royal saoudien mais l'a été à l'initiative d'électrons libres.
Il faut être un débile gogo pour accorder le moindre crédit à une aussi insane version. Aucun responsable saoudien ne se serait avisé de concocter le scénario de l'assassinat du journaliste Khashoggi, qui plus est a été perpétré dans l'enceinte du consulat général du pays en Turquie, sans en avoir été instruit par le plus haut du pouvoir monarchique despotique. A quelque niveau que ce soit, il n'y a pas «d'éléments incontrôlables» dans ce pouvoir despotique, surtout «incontrôlables» au point de prendre une décision dans la conséquence prévisible est l'ébranlement auquel est soumise la monarchie.
Les menaces proférées par Donald Trump à l'encontre de Ryad n'ont été qu'un leurre destiné à cacher qu'en réalité il se fout comme de l'an quarante de l'assassinat du journaliste saoudien. Il met au contraire toute sa perverse imagination au service des potentats de Ryad pour leur sauver la face et les dépêtrer de l'infâme situation dans laquelle ils se sont mis. En leur tendant ostensiblement l'ignoble bouée de sauvetage du crime commis à «l'insu de leur plein gré», Donald Trump s'attend en salivant à un retour d'ascenseur de leur part sous la forme d'un monceau de dollars et une soumission sans réserve à ses projets pour le monde arabe. Continuer à croire en la fiction d'une Amérique morale et intraitable sur la question des droits de l'homme, c'est être plus trumpiste que Trump lui-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.