Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Nice : Gouiri fait aussi bien que Benzema    Législature : tardive dissolution et scrutin sans changements perceptibles !    Une obligation, pas un choix    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Boughadou tient son AGO aujourd'hui    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Première mission pour Boughazi    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Bof !    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Le Béninois Jacques Bessan bloque le MOB    "Le MCA a ses points forts et ses points faibles"    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    "L'œuvre théâtrale de Mammeri doit être déconfinée"    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Béni Amrane : Détournement à la Cnas    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Célébration de la Journée internationale de la langue maternelle    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présidence de l'APN: Entre le quitus du gouvernement et la réintégration du SG limogé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 10 - 2018

Silencieux depuis le début de la crise de l'Assemblée populaire nationale (APN), en septembre dernier, le gouvernement vient d'acter l'élection d'un nouveau président, à la tête de l'institution parlementaire.
Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda, s'est prononcé, ce jeudi, sur la désignation de Mouâad Bouchareb, en succession de Saïd Bouhadja. La qualifiant d'« opération démocratique» puisque représentant « le choix de la majorité des membres de cette institution », le ministre a indiqué que les travaux de la Chambre basse reprendront, le plus normalement, demain avec la présentation de la loi de Finances 2019.
Par ailleurs, la première décision majeure du nouveau président du Parlement est la réintégration de Bachir Slimani dans ses fonctions de secrétaire général de l'APN. « La décision de réintégrer» le SG de l'APN a été prise, jeudi matin, par Mouâad Bouchareb, qui « consultait » mercredi dernier, le jour de son élection, le bureau de l'Assemblée, précise une source proche du dossier, à TSA.
Pour rappel, le 2 septembre dernier, le désormais ex-président de l'APN, Saïd Bouhadja avait limogé le secrétaire général de l'institution législative, désignant comme intérimaire à son poste Hachemi Adala. Officiellement, les raisons qui ont présidé à ce remplacement sont d'ordre organique. « Le président de l'Assemblée nationale veut donner un souffle nouveau, à l'APN, et la moderniser de telle façon à ce qu'elle se déleste des vieux réflexes d'une administration fonctionnant à l'ancienne», avait rapporté la presse.
L'été dernier, Bouhadja avait tenté d'élaborer un règlement intérieur obligeant les députés à la présence lors des séances plénières et des travaux de commission. Les députés, toutes tendances confondues, avaient refusé en bloc ce règlement intérieur, contraignant Bouhadja à en reporter, sine die, la discussion. En réaction à ce limogeage, les députés de la majorité parlementaire ont signé une pétition pour demander à Bouhadja de réintégrer Slimani, mais il avait refusé.
Et la bataille de commencer. Les députés de la majorité ont gelé les activités du Bureau de l'APN et des Commissions de l'Assemblée, avant de cadenasser la porte d'entrée de l'APN pour empêcher Bouhadja d'accéder à son bureau. Le 17 octobre dernier, était prononcée la vacance du poste de président de la 2ème Chambre. Un coup de force en contradiction, selon les spécialistes, avec la loi puisque ce scénario ne peut être évoqué qu'en cas de dissolution de l'Assemblée ou de décision d'organiser des élections législatives anticipées. Dans le même temps, Said Bouhadja n'a toujours pas remis sa démission. Mais avec cette bénédiction des pouvoirs publics, on voit mal une suite favorable à son combat, lui, qui refuse toujours de partir, choisissant d'occuper un bureau dans une annexe de l'APN. Alors que sur les réseaux sociaux, ses soutiens évoquent des suites judiciaires à l'affaire. Le président du MSP évoquant « un coup d'Etat » avait demandé au Conseil constitutionnel d'intervenir pour invalider la procédure. Du côté du RCD, on parle, également, de véritable putsch. La crise de l'APN prendra-t-elle fin avec le positionnement du gouvernement. Rien ne peut l'affirmer pour le moment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.