Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Sept personnes sauvées in extremis d'une mort certaine    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Deux suspects arrêtés    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Ligue des champions d'Afrique : Le CSC depuis hier en Egypte    Coupe d'Algérie (1/4 de finale aller) : L'USM Annaba et le NA Hussein-Dey prennent option    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Réunion des partis de l'opposition    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    En un an, la facture a presque doublé    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Sommet de l'opposition pour une candidature unique.. Des tractations laborieuses    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Hockey sur gazon.. Nécessité d'accompagner les formateurs de demain    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Dernière roue de la charrette…    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    LOGEMENT SOCIAL : 2 millions de bénéficiaires ne paient pas leurs redevances    Braquage de Boumerdès : 4 convoyeurs de fonds arrêtés    PRESIDENTIELLE 2019 : Ouyahia exhorte ses partisans à voter Bouteflika    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Aux actionnaires de valider le passage sous Hyproc    Varsovie attend des excuses d'Israël    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 11 - 2018

La réorganisation du baccalauréat entrera en vigueur en 2020, avec, notamment, le retour à l'ancienne formule de trois jours au lieu de cinq jours, actuellement, a annoncé, hier mercredi, la ministre de l'Education nationale Nouria Benghabrit.
Elle a expliqué dans un entretien à l'APS qu'une campagne d'information sera lancée prochainement pour expliquer les changements qui seront introduits dans l'organisation de cet examen. «La campagne d'information sur le projet de réorganisation du baccalauréat sera lancée, au cours du 1er trimestre de l'année scolaire 2018/2019 pour expliquer son contenu à la société», a-t-elle indiqué, faisant état de la tenue de «tables rondes et de conférences, en associant toutes les catégories à ce débat pour formuler des propositions».
Mme Benghabrit a évoqué «un consensus avec le partenaire social (syndicats et associations de parents d'élèves) sur la réduction des jours d'examen de 5 à 3 jours», soulignant que l'objectif principal est «le confort de l'élève». Il a été, également, convenu, a-t-elle ajouté, l'inclusion de l'évaluation continue en 2ème et 3ème années secondaires, avant d'affirmer que les matières ‘Education islamique' et ‘Histoire' feront partie des épreuves écrites du Baccalauréat. Pour les autres matières, la ministre a expliqué que «certaines seront incluses dans l'évaluation continue à partir de la 2ème année secondaire, avec la pondération nécessaire entre les matières. La moyenne du baccalauréat comprendra, ainsi, la note de cette évaluation continue pour chaque matière et celle des épreuves écrites de l'examen». Quant aux épreuves du baccalauréat, elles se dérouleront en 3 jours au lieu de 5, précise la ministre, selon laquelle les épreuves du baccalauréat 2019 seront «les mêmes que celles des années précédentes».
Cette campagne, en direction des familles et de la société en général, a pour objectif d'informer l'opinion publique sur les nouveaux changements prévus dans l'organisation du baccalauréat, qui entreront en vigueur à partir de l'année 2020, insiste la ministre de l'Education nationale. A la dernière rentrée scolaire, Mme Benghabrit avait indiqué, concernant le projet de réforme du baccalauréat qu' «avec le partenaire social, on est arrivé à un consensus, et il est important de faire partager ce consensus avec la société.» Elle a, également, confirmé dans une intervention, à la Radio nationale, début septembre dernier, que «dans la réorganisation des examens nationaux, il y a la 5ème et le bac, et on va organiser les débats sur tout cela.»
De son côté, Nedjadi Messeguem, inspecteur général du ministère de l'Education nationale, avait donné un peu plus de détail sur ce projet, au mois de juillet dernier. «Le projet de réforme du baccalauréat attend son approbation par le gouvernement», avait-il indiqué, et «il porte sur deux propositions relatives à la réduction du nombre de jours des épreuves du baccalauréat de 5 jours actuellement à 2 jours et demi ou 3 jours et demi.» Sur le plan pédagogique, ajoute-t-il, «il y a le contrôle continu ou l'évaluation en permanence de l'élève à partir de la 2ème année secondaire, englobant toutes les matières sans exception.» Les syndicats ont déjà accepté ce projet de réforme du baccalauréat, qui attend son approbation par le gouvernement. Il restera, en outre, à définir le nombre de matières et leur durée, durant les 3 jours d'examen.
Par ailleurs, et sur le système d'évaluation des cadres du secteur, la ministre a cité comme critères «l'évaluation administrative, pédagogique, relationnelle et de prospective», outre la disponibilité permanente requise pour les fonctionnaires exerçant des fonctions et postes supérieurs. Ces postes exigent, a-t-elle dit, «la neutralité du responsable qui constitue un élément-clé, en matière de pilotage des établissements, entre autres.» Cette évaluation touchera, dans un premier temps, les hauts postes de responsabilité.» La ministre de l'Education nationale a, encore, détaillé que «l'évaluation des responsables, au niveau local, ne se réfèrera pas uniquement aux résultats obtenus aux examens scolaires, mais sur, également, d'autres critères introduits dans le système national d'évaluation, en cours d'élaboration», citant notamment «les efforts et le dynamisme» du responsable visant à trouver des solutions aux situations difficiles, voire complexes auxquelles est confronté, par exemple, le directeur de l'établissement éducatif». Il y a, également, a-t-elle poursuivi, d'autres critères qui concernent «l'ouverture de classes spéciales pour les enfants aux besoins spécifiques, l'intérêt accordé par le directeur à cette catégorie, son engagement à introduire des activités culturelles, artistiques et sportives, et à mobiliser l'équipe pédagogique pour construire un climat scolaire propice aux apprentissages».
Pour Mme Benghabrit, il ne s'agit pas, uniquement, d'une évaluation en soi, mais une sorte d'auto-évaluation, pour permettre au responsable d'avoir un «baromètre personnel» pour reconnaître ses points faibles et trouver leur résolution. Sur le partenariat avec les syndicats du secteur, elle a relevé qu'ils sont «partie prenante de l'équation pédagogique». Pour la ministre, «il est temps que les syndicats se mobilisent dans le processus d'amélioration du système éducatif».
Quant au dossier de la promotion, elle a rappelé l'organisation d'un examen professionnel pour la promotion des enseignants, prévu le 15 janvier prochain pour 40.894 postes, ainsi qu'un concours national pour le recrutement externe des enseignants après l'expiration du délai fixé pour l'exploitation de la plate-forme numérique de recrutement des enseignants des cycles moyen et secondaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.