Dans un message à l'occasion du 19 mars.. Bouteflika maintient le cap    Gaid Salah : «A chaque problème existe une solution, voire plusieurs»    Invitant la classe politique à faire des concessions.. Ouyahia se range du côté du peuple !    Prévue avril prochain.. La réunion de l'Opep pourrait être annulée    Chlef.. L'abattage clandestin de volailles prend de l'ampleur    Les champs Elysées seraient interdits aux «gilets jaunes»    Action sociale pendant le ramadhan à Sidi Bel-Abbés.. Plus de 31 milliards de centimes dégagés    Djelfa et Khenchela.. Contrebande de boissons alcoolisées    Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Abderrahmane Mebtoul appelle à privilégier les intérêts supérieurs de l'Algérie    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Canada Et si la corruption au Québec était la face cachée de la crise que traverse Trudeau ?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une campagne d'information pour expliquer la nouvelle organisation
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 11 - 2018

La réorganisation du Baccalauréat qui sera effective à partir de la session de 2020 va faire l'objet d'une campagne d'information pour en expliquer le contenu et garantir à l'opinion publique des informations vraies et fiables sur ce projet. La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a fait état dans un entretien à l'APS, de la tenue, dès le premier trimestre de l'année scolaire 2018/2019, de «tables rondes et de conférences en associant toutes les catégories à ce débat pour formuler des propositions».
A ce propos, Mme Benghabrit a évoqué «un consensus avec le partenaire social (syndicats et associations de parents d'élèves) sur la réduction des jours d'examen de cinq à trois jours», indiquant que l'objectif principal est «le confort de l'élève». Elle a ajouté qu'il a été convenu, également, l'inclusion de l'évaluation continue en 2ème et 3ème année secondaire, faisant savoir que les matières d'éducation islamique et d'histoire feront partie des épreuves écrites du Baccalauréat. Concernant les autres matières, la ministre a indiqué que «certaines épreuves seront incluses dans l'évaluation continue à partir de la 2ème année secondaire avec la pondération nécessaire entre les matières. La moyenne du Baccalauréat comprendra ainsi la note de cette évaluation continue (pour chaque matière) et celle des épreuves écrites de l'examen.
Dans l'immédiat, les épreuves du Baccalauréat 2019 seront «les mêmes que celles des années précédentes», a précisé Nouria Benghabrit. En décembre dernier, en marge d'une conférence qu'elle a présentée devant les étudiants de l'Ecole nationale d'administration (ENA), la ministre avait déclaré à la presse, que le dossier de la révision de l'examen du baccalauréat était «fin prêt» et qu'il serait soumis au gouvernement «en temps opportun». Elle avait ajouté que les propositions contenues dans ce projet ont été préparées avec les différentes instances institutionnelles et partenaires sociaux (syndicats, associations de parents d'élèves).
A la même occasion, la ministre avait fait savoir que le débat porte sur les différents aspects du baccalauréat, comme les matières des différentes filières, les matières dites complémentaires, les types d'épreuves, la durée et le nombre d'épreuves par jour, ainsi la méthode de correction et de notation, la conception et la réalisation des sujets d'examens, la place de l'évaluation continue et sa valorisation, le système de coefficients ainsi que le principe de la mise en œuvre graduelle de la réforme. Plus récemment, en juillet, la ministre avait tenu à préciser qu'il s'agit, non pas d'une refonte totale du bac mais de son réaménagement envisagé à partir de la remarque émanant de la société à propos de la longueur de la durée des épreuves (cinq jours).
La ministre faisait déjà savoir qu'il y avait un consensus consistant à n'exclure aucune matière et à agir sur les modalités d'examen pour ces matières (prendre en ligne de compte le contrôle continu sur deux années pour valoriser les efforts faits durant cette période). Le choix, avait insisté la ministre, n'est pas d'aller vers des examens anticipés mais de prendre en compte toutes les matières au niveau de la 2ème AS puis, au niveau de la 3ème AS, et prendre en compte les matières complémentaires qui sont différentes selon les filières. Les rumeurs qui ont entouré ce réaménagement, avait amené le ministère de l'Education à réaffirmer que dans le projet final, résultant du travail d'une commission ministérielle, les matières d'histoire et des sciences islamiques sont maintenues au niveau des épreuves écrites du Bac.
Sur le volet pédagogique, l'évaluation en permanence de l'élève à partir de la deuxième année secondaire englobant toutes les matières sans exception, fait partie des outils pédagogiques suggérés en vue d'accompagner la réduction de la durée de l'examen. Par ailleurs, dans sa déclaration à l'APS, la ministre a évoqué le système d'évaluation des cadres et ses principaux indicateurs dont l'évaluation administrative, pédagogique, relationnelle et de prospective, outre la disponibilité permanente requise pour les fonctionnaires exerçant des fonctions et postes supérieurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.