Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une campagne d'information pour expliquer la nouvelle organisation
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 11 - 2018

La réorganisation du Baccalauréat qui sera effective à partir de la session de 2020 va faire l'objet d'une campagne d'information pour en expliquer le contenu et garantir à l'opinion publique des informations vraies et fiables sur ce projet. La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a fait état dans un entretien à l'APS, de la tenue, dès le premier trimestre de l'année scolaire 2018/2019, de «tables rondes et de conférences en associant toutes les catégories à ce débat pour formuler des propositions».
A ce propos, Mme Benghabrit a évoqué «un consensus avec le partenaire social (syndicats et associations de parents d'élèves) sur la réduction des jours d'examen de cinq à trois jours», indiquant que l'objectif principal est «le confort de l'élève». Elle a ajouté qu'il a été convenu, également, l'inclusion de l'évaluation continue en 2ème et 3ème année secondaire, faisant savoir que les matières d'éducation islamique et d'histoire feront partie des épreuves écrites du Baccalauréat. Concernant les autres matières, la ministre a indiqué que «certaines épreuves seront incluses dans l'évaluation continue à partir de la 2ème année secondaire avec la pondération nécessaire entre les matières. La moyenne du Baccalauréat comprendra ainsi la note de cette évaluation continue (pour chaque matière) et celle des épreuves écrites de l'examen.
Dans l'immédiat, les épreuves du Baccalauréat 2019 seront «les mêmes que celles des années précédentes», a précisé Nouria Benghabrit. En décembre dernier, en marge d'une conférence qu'elle a présentée devant les étudiants de l'Ecole nationale d'administration (ENA), la ministre avait déclaré à la presse, que le dossier de la révision de l'examen du baccalauréat était «fin prêt» et qu'il serait soumis au gouvernement «en temps opportun». Elle avait ajouté que les propositions contenues dans ce projet ont été préparées avec les différentes instances institutionnelles et partenaires sociaux (syndicats, associations de parents d'élèves).
A la même occasion, la ministre avait fait savoir que le débat porte sur les différents aspects du baccalauréat, comme les matières des différentes filières, les matières dites complémentaires, les types d'épreuves, la durée et le nombre d'épreuves par jour, ainsi la méthode de correction et de notation, la conception et la réalisation des sujets d'examens, la place de l'évaluation continue et sa valorisation, le système de coefficients ainsi que le principe de la mise en œuvre graduelle de la réforme. Plus récemment, en juillet, la ministre avait tenu à préciser qu'il s'agit, non pas d'une refonte totale du bac mais de son réaménagement envisagé à partir de la remarque émanant de la société à propos de la longueur de la durée des épreuves (cinq jours).
La ministre faisait déjà savoir qu'il y avait un consensus consistant à n'exclure aucune matière et à agir sur les modalités d'examen pour ces matières (prendre en ligne de compte le contrôle continu sur deux années pour valoriser les efforts faits durant cette période). Le choix, avait insisté la ministre, n'est pas d'aller vers des examens anticipés mais de prendre en compte toutes les matières au niveau de la 2ème AS puis, au niveau de la 3ème AS, et prendre en compte les matières complémentaires qui sont différentes selon les filières. Les rumeurs qui ont entouré ce réaménagement, avait amené le ministère de l'Education à réaffirmer que dans le projet final, résultant du travail d'une commission ministérielle, les matières d'histoire et des sciences islamiques sont maintenues au niveau des épreuves écrites du Bac.
Sur le volet pédagogique, l'évaluation en permanence de l'élève à partir de la deuxième année secondaire englobant toutes les matières sans exception, fait partie des outils pédagogiques suggérés en vue d'accompagner la réduction de la durée de l'examen. Par ailleurs, dans sa déclaration à l'APS, la ministre a évoqué le système d'évaluation des cadres et ses principaux indicateurs dont l'évaluation administrative, pédagogique, relationnelle et de prospective, outre la disponibilité permanente requise pour les fonctionnaires exerçant des fonctions et postes supérieurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.