Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 11 - 2018

Les praticiens spécialistes de la santé ont exprimé leur indignation au sujet d'une série de doléances qui sont restées sans suite depuis 2015, comme ils ont exprimé leur « colère » au sujet de la question de l'octroi de la prime dite « de service civil aux spécialistes durant la seule durée de ce service ». Les spécialistes qualifient cette mesure dite « incitative » d'inacceptable et de « dangereuse ». Dans la mesure où elle va entraîner, estime-t-on, un désert médical dans les régions éloignées et enclavées et poussera, à coup sûr, les praticiens spécialistes à l'exode que ce soit vers le secteur privé ou vers l'étranger. Sachant que pas moins de 7.000 praticiens ont quitté le pays. Sans parler, selon le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), de certaines spécialités qui ont été désertées par les spécialistes en citant, à tire d'exemple, la gynécologie, la radiologie et la cardiologie.
Intervenant, hier, lors d'une conférence de presse animée au siège de son syndicat, le président du SNPSSP a affirmé que la prime décidée par le gouvernement d'Ahmed Ouyahia, crée une situation inédite où des praticiens spécialistes exerçant dans des conditions identiques percevront des salaires différents, au profit des derniers arrivés, avec une différence de 20 à 60 000 dinars. Puisque affirme-t-il , cette prime est accordée pour la durée d'une année ou deux ans du service civil, tout dépend de la région et elle est accordée exclusivement aux nouveaux arrivants. Une mesure illogique qui favorisera l'instabilité dans ces régions pour ne pas dire « le désert médical » puisque les spécialistes qui sont déjà sur place et qui veulent rester dans ces régions vont ainsi déserter les lieux. Et de préciser que cette prime a une incidence financière très minime d'où la nécessité de la généraliser sur l'ensemble des spécialistes, si on veut réellement lutter « contre le désert médical ». Mohamed Yousfi regrette le fait que le gouvernement agit « en réponse aux grèves » et regrette le fait que l'exode des spécialistes de la santé soit institutionnalisé par des mesures décourageantes qui font fuir les compétences de ce pays.
La base qui a fait preuve de patience depuis 2013, est aujourd'hui « en colère » notamment par rapport à des revendications qui sont restées en suspens, précise Yousfi, et ce malgré les promesses et les engagements des ministres successifs de la Santé et des plus hautes autorités du pays. Il cite parmi les revendications qui sont restées sans réponses, l'organisation des concours de passage de grade pour les praticiens spécialistes de santé publique, qui accuse un retard de trois années, alors que tous les autres corps ont vu leur concours se dérouler dans la même période, en certains cas par deux fois. Et également le versement de la prime d'intéressement pour uniquement le premier grade des praticiens spécialistes, au lieu d'évoluer avec les trois grades. Le syndicat déplore la discrimination en matière d'imposition (35 et 10 %) qui frappe des primes versées aux praticiens spécialistes dans la santé publique, par rapport aux autres corps exerçant eux aussi dans le secteur de la santé et percevant les mêmes primes. Cette anomalie, précise le syndicat, est contraire à toute logique entraînant ainsi un différentiel de salaire qui ne repose sur aucun argument rationnel et qui contribue à la dévalorisation de la carrière de santé.
Tout en appelant à une intervention urgente du Premier ministre Ahmed Ouyahia, le conseil national du SNPSSP appelle à l'organisation d'assemblées générales locales à travers le pays pour informer les adhérents et recueillir les décisions de la base, concernant l'attitude à adopter face à cette situation. Le SNPSSP n'écarte aucune possibilité de protestations si jamais le syndicat n'obtient pas de réponses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.