Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 11 - 2018

Les praticiens spécialistes de la santé ont exprimé leur indignation au sujet d'une série de doléances qui sont restées sans suite depuis 2015, comme ils ont exprimé leur « colère » au sujet de la question de l'octroi de la prime dite « de service civil aux spécialistes durant la seule durée de ce service ». Les spécialistes qualifient cette mesure dite « incitative » d'inacceptable et de « dangereuse ». Dans la mesure où elle va entraîner, estime-t-on, un désert médical dans les régions éloignées et enclavées et poussera, à coup sûr, les praticiens spécialistes à l'exode que ce soit vers le secteur privé ou vers l'étranger. Sachant que pas moins de 7.000 praticiens ont quitté le pays. Sans parler, selon le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), de certaines spécialités qui ont été désertées par les spécialistes en citant, à tire d'exemple, la gynécologie, la radiologie et la cardiologie.
Intervenant, hier, lors d'une conférence de presse animée au siège de son syndicat, le président du SNPSSP a affirmé que la prime décidée par le gouvernement d'Ahmed Ouyahia, crée une situation inédite où des praticiens spécialistes exerçant dans des conditions identiques percevront des salaires différents, au profit des derniers arrivés, avec une différence de 20 à 60 000 dinars. Puisque affirme-t-il , cette prime est accordée pour la durée d'une année ou deux ans du service civil, tout dépend de la région et elle est accordée exclusivement aux nouveaux arrivants. Une mesure illogique qui favorisera l'instabilité dans ces régions pour ne pas dire « le désert médical » puisque les spécialistes qui sont déjà sur place et qui veulent rester dans ces régions vont ainsi déserter les lieux. Et de préciser que cette prime a une incidence financière très minime d'où la nécessité de la généraliser sur l'ensemble des spécialistes, si on veut réellement lutter « contre le désert médical ». Mohamed Yousfi regrette le fait que le gouvernement agit « en réponse aux grèves » et regrette le fait que l'exode des spécialistes de la santé soit institutionnalisé par des mesures décourageantes qui font fuir les compétences de ce pays.
La base qui a fait preuve de patience depuis 2013, est aujourd'hui « en colère » notamment par rapport à des revendications qui sont restées en suspens, précise Yousfi, et ce malgré les promesses et les engagements des ministres successifs de la Santé et des plus hautes autorités du pays. Il cite parmi les revendications qui sont restées sans réponses, l'organisation des concours de passage de grade pour les praticiens spécialistes de santé publique, qui accuse un retard de trois années, alors que tous les autres corps ont vu leur concours se dérouler dans la même période, en certains cas par deux fois. Et également le versement de la prime d'intéressement pour uniquement le premier grade des praticiens spécialistes, au lieu d'évoluer avec les trois grades. Le syndicat déplore la discrimination en matière d'imposition (35 et 10 %) qui frappe des primes versées aux praticiens spécialistes dans la santé publique, par rapport aux autres corps exerçant eux aussi dans le secteur de la santé et percevant les mêmes primes. Cette anomalie, précise le syndicat, est contraire à toute logique entraînant ainsi un différentiel de salaire qui ne repose sur aucun argument rationnel et qui contribue à la dévalorisation de la carrière de santé.
Tout en appelant à une intervention urgente du Premier ministre Ahmed Ouyahia, le conseil national du SNPSSP appelle à l'organisation d'assemblées générales locales à travers le pays pour informer les adhérents et recueillir les décisions de la base, concernant l'attitude à adopter face à cette situation. Le SNPSSP n'écarte aucune possibilité de protestations si jamais le syndicat n'obtient pas de réponses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.