Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    Rachat des entreprises publiques: Le FCE revient à la charge    Le jus en poudre «Amila» retiré du marché et l'activité de l'entreprise gelée    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    NA Hussein Dey: Le Nasria voyage bien en Afrique    FAF - Coupe d'Algérie - 32èmes de finale: Sous l'égide des nouveautés    JSVB Sougueur: Le président interpelle la Ligue de Saïda    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    L'usine fermée, les produits retirés du marché    23ème Journée de l'énergie : Consécration à la résilience de Sonatrach et les défis du futur    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'USM Bel-Abbès hypothèque ses chances de qualification    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Le wali annonce la création d'un guichet unique    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    «Toutes nos dettes sont payées depuis quatre ans»    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    Pour répondre aux besoins de l'environnement socioéconomique : Nécessite de renforcer la relation université-entreprise    La CNAS s'explique    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    france : Aprés les gilets jaunes Les policiers en colère    Entre Washington et Pékin: Des négociations commerciales à petits pas    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    Je suis présidentielle 2019 !    Plusieurs dégâts occasionnés par les dernières pluies    Traitement aux lentilles et pommes de terre    Mots d'hiver    Ouverture aujourd'hui du 3e salon national de la photo    Une algérienne au «pays des djinns et des anges»    Chantage aux sentiments    L'option des sanctions financières écartée    Le torchon brule entre Yasmina Khadra et Mihoubi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Praticiens spécialistes: La prime de service civil pointée du doigt
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 11 - 2018

Les praticiens spécialistes de la santé ont exprimé leur indignation au sujet d'une série de doléances qui sont restées sans suite depuis 2015, comme ils ont exprimé leur « colère » au sujet de la question de l'octroi de la prime dite « de service civil aux spécialistes durant la seule durée de ce service ». Les spécialistes qualifient cette mesure dite « incitative » d'inacceptable et de « dangereuse ». Dans la mesure où elle va entraîner, estime-t-on, un désert médical dans les régions éloignées et enclavées et poussera, à coup sûr, les praticiens spécialistes à l'exode que ce soit vers le secteur privé ou vers l'étranger. Sachant que pas moins de 7.000 praticiens ont quitté le pays. Sans parler, selon le président du Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique (SNPSSP), de certaines spécialités qui ont été désertées par les spécialistes en citant, à tire d'exemple, la gynécologie, la radiologie et la cardiologie.
Intervenant, hier, lors d'une conférence de presse animée au siège de son syndicat, le président du SNPSSP a affirmé que la prime décidée par le gouvernement d'Ahmed Ouyahia, crée une situation inédite où des praticiens spécialistes exerçant dans des conditions identiques percevront des salaires différents, au profit des derniers arrivés, avec une différence de 20 à 60 000 dinars. Puisque affirme-t-il , cette prime est accordée pour la durée d'une année ou deux ans du service civil, tout dépend de la région et elle est accordée exclusivement aux nouveaux arrivants. Une mesure illogique qui favorisera l'instabilité dans ces régions pour ne pas dire « le désert médical » puisque les spécialistes qui sont déjà sur place et qui veulent rester dans ces régions vont ainsi déserter les lieux. Et de préciser que cette prime a une incidence financière très minime d'où la nécessité de la généraliser sur l'ensemble des spécialistes, si on veut réellement lutter « contre le désert médical ». Mohamed Yousfi regrette le fait que le gouvernement agit « en réponse aux grèves » et regrette le fait que l'exode des spécialistes de la santé soit institutionnalisé par des mesures décourageantes qui font fuir les compétences de ce pays.
La base qui a fait preuve de patience depuis 2013, est aujourd'hui « en colère » notamment par rapport à des revendications qui sont restées en suspens, précise Yousfi, et ce malgré les promesses et les engagements des ministres successifs de la Santé et des plus hautes autorités du pays. Il cite parmi les revendications qui sont restées sans réponses, l'organisation des concours de passage de grade pour les praticiens spécialistes de santé publique, qui accuse un retard de trois années, alors que tous les autres corps ont vu leur concours se dérouler dans la même période, en certains cas par deux fois. Et également le versement de la prime d'intéressement pour uniquement le premier grade des praticiens spécialistes, au lieu d'évoluer avec les trois grades. Le syndicat déplore la discrimination en matière d'imposition (35 et 10 %) qui frappe des primes versées aux praticiens spécialistes dans la santé publique, par rapport aux autres corps exerçant eux aussi dans le secteur de la santé et percevant les mêmes primes. Cette anomalie, précise le syndicat, est contraire à toute logique entraînant ainsi un différentiel de salaire qui ne repose sur aucun argument rationnel et qui contribue à la dévalorisation de la carrière de santé.
Tout en appelant à une intervention urgente du Premier ministre Ahmed Ouyahia, le conseil national du SNPSSP appelle à l'organisation d'assemblées générales locales à travers le pays pour informer les adhérents et recueillir les décisions de la base, concernant l'attitude à adopter face à cette situation. Le SNPSSP n'écarte aucune possibilité de protestations si jamais le syndicat n'obtient pas de réponses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.