Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pacte self-service
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018

L'adoption, hier, à Marrakech du Pacte mondial sur les migrations des Nations unies, devant quelque 150 pays réunis en conférence intergouvernementale, ne peut-être qu'une bonne chose pour l'Algérie, représentée à ce rendez-vous par son ministre de l'Intérieur. S'il doit encore faire l'objet d'un ultime vote de ratification, le 19 décembre prochain, à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, ce Pacte malgré son caractère de «non contraignant» a déchaîné les passions dans une quinzaine de pays qui ont fait part de leur retrait ou du gel de leur décision sur le texte.
L'Autriche, l'Australie, la République tchèque, la République dominicaine, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie se sont retirées du processus, après avoir approuvé le texte le 13 juillet à New York, et sept autre Etats ont souhaité plus de consultations internes (Belgique, Bulgarie, Estonie, Italie, Slovénie et Suisse). L'Amérique de Trump, ayant annoncé la couleur depuis décembre 2017 en le jugeant contraire à la politique d'immigration de la Maison Blanche, est passée à l'offensive en lançant une nouvelle salve contre le Pacte et contre toute forme de «gouvernance mondiale». Ceci dit, Alger ne peut qu'être satisfaite de cette adoption qu'elle estime qu'il ne peut être efficace que s'il «bénéficie de l'adhésion et de l'appui de tous, sur la base d'une solidarité internationale agissante».
Parmi les premières étapes à prendre en compte, le chef de la diplomatie algérienne Messahel avait indiqué «mesurer l'impact sur les communautés et les pays d'accueil de la présence des réfugiés, notamment le cas de pays abritant un grand nombre de réfugiés pour des périodes prolongées».
Pourtant, ce Pacte, censé apporter des solutions concrètes au dossier des réfugiés, est critiqué, particulièrement par Amnesty International, dont le responsable des droits des réfugiés et des migrants, Charmain Mohamed, a estimé que «les leaders mondiaux ne se sont pas montrés à la hauteur pour proposer les solutions audacieuses et courageuses dont le monde a tant besoin». Il a déclaré, entre autres, que «le texte final ne fait que valider l'approche actuelle, intenable : les Etats les plus riches peuvent choisir quelles mesures ils prennent ou non en vue de partager les responsabilités.
Les défenseurs des droits de l'homme le trouvant insuffisant, notamment sur l'accès des migrants à l'aide humanitaire et aux services de base ou sur les droits des travailleurs migrants. Ce «non contraignant» n'engage en rien la responsabilité des pays ayant ratifié l'accord, leur laissant le libre choix dans un menu self-service où les principes, entre défense des droits de l'homme, des enfants et la reconnaissance de la souveraineté nationale en passant par l'intégration des migrants et l'interdiction des détentions arbitraires, ne sont en effet que facultatifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.