Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enfin la répartition des tâches !    Le monoxyde de carbone enregistre sa première victime de l'année    Plus de 2 000 enseignants au concours de promotion au grade de professeur principal et formateur    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    FAF: Ould Zmirli démissionne pour se consacrer à la politique    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pacte self-service
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 12 - 2018

L'adoption, hier, à Marrakech du Pacte mondial sur les migrations des Nations unies, devant quelque 150 pays réunis en conférence intergouvernementale, ne peut-être qu'une bonne chose pour l'Algérie, représentée à ce rendez-vous par son ministre de l'Intérieur. S'il doit encore faire l'objet d'un ultime vote de ratification, le 19 décembre prochain, à l'Assemblée générale des Nations unies à New York, ce Pacte malgré son caractère de «non contraignant» a déchaîné les passions dans une quinzaine de pays qui ont fait part de leur retrait ou du gel de leur décision sur le texte.
L'Autriche, l'Australie, la République tchèque, la République dominicaine, la Hongrie, la Lettonie, la Pologne et la Slovaquie se sont retirées du processus, après avoir approuvé le texte le 13 juillet à New York, et sept autre Etats ont souhaité plus de consultations internes (Belgique, Bulgarie, Estonie, Italie, Slovénie et Suisse). L'Amérique de Trump, ayant annoncé la couleur depuis décembre 2017 en le jugeant contraire à la politique d'immigration de la Maison Blanche, est passée à l'offensive en lançant une nouvelle salve contre le Pacte et contre toute forme de «gouvernance mondiale». Ceci dit, Alger ne peut qu'être satisfaite de cette adoption qu'elle estime qu'il ne peut être efficace que s'il «bénéficie de l'adhésion et de l'appui de tous, sur la base d'une solidarité internationale agissante».
Parmi les premières étapes à prendre en compte, le chef de la diplomatie algérienne Messahel avait indiqué «mesurer l'impact sur les communautés et les pays d'accueil de la présence des réfugiés, notamment le cas de pays abritant un grand nombre de réfugiés pour des périodes prolongées».
Pourtant, ce Pacte, censé apporter des solutions concrètes au dossier des réfugiés, est critiqué, particulièrement par Amnesty International, dont le responsable des droits des réfugiés et des migrants, Charmain Mohamed, a estimé que «les leaders mondiaux ne se sont pas montrés à la hauteur pour proposer les solutions audacieuses et courageuses dont le monde a tant besoin». Il a déclaré, entre autres, que «le texte final ne fait que valider l'approche actuelle, intenable : les Etats les plus riches peuvent choisir quelles mesures ils prennent ou non en vue de partager les responsabilités.
Les défenseurs des droits de l'homme le trouvant insuffisant, notamment sur l'accès des migrants à l'aide humanitaire et aux services de base ou sur les droits des travailleurs migrants. Ce «non contraignant» n'engage en rien la responsabilité des pays ayant ratifié l'accord, leur laissant le libre choix dans un menu self-service où les principes, entre défense des droits de l'homme, des enfants et la reconnaissance de la souveraineté nationale en passant par l'intégration des migrants et l'interdiction des détentions arbitraires, ne sont en effet que facultatifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.