Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pacte mondial sur les migrants mort-né
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2018

Profitant de la célébration de la Journée internationale de la Déclaration internationale des droits de l'Homme, proclamée en 1948, il y a à présent 70 ans, et pourtant, les droits les plus élémentaires, et des plus inaliénables, sont quotidiennement bafoués à travers les cinq continents, et fait nouveau, par les pays se réclamant dépositaires des valeurs humaines les plus élémentaires.
Pourtant, à en croire les discours souvent vides d'intentions de les mettre en pratique, et qu'ils placent comme fondamentaux de leurs actions, envers leurs propres compatriotes, comme envers les migrants, force est de constater que les idéaux figurant dans la déclaration universelle de droits de l'Homme appelant à la paix, au respect de la dignité humaine, à la justice, à la liberté, à l'éradication de la traite des humains, au progrès, à l'accès pour tous à la culture, et à l'instruction, ne sont pas pris en considération, et que les objectifs du développement durable est sérieusement compromis, malgré les intentions bienveillantes des politiciens. Aujourd'hui 10 décembre, le Pacte mondial des Nations unies sur les migrations a été approuvé par les pays participants à la conférence de Marrakech, au Maroc, et quoique ce document sur les migrations ne soit pas contraignant, beaucoup de pays ont manifesté leurs réserves sur la possibilité de mieux gérer les mouvements des candidats à l'exil. Emmanuel Macron qui devait participer aux travaux de Marrakech n'y est pas allé à cause probablement des manifestations massives des gilets jaunes, qui réclament un traitement plus digne de leur condition sociale.
Le président Macron, aurait apporté son soutien au «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières». De source diplomatique, écrit L'Opinion, on souligne la «simplicité» du soutien français au pacte : «On le soutient pour ce qu'il est, c'est-à-dire une déclaration politique qui est juridiquement non contraignante, qui se fait à droit constant et qui ne crée aucunement un ‘'droit à la migration'' comme on peut l'entendre». «La migration sera d'autant plus acceptée qu'elle se fera dans le respect des règles. En dépit des réserves formulées par plusieurs délégations, les réticences aux 23 objectifs de coopération ont été politiquement entachés de xénophobie et de politique de repli sur soi. Ainsi, plusieurs pays comme le note ‘'L'Opinion'' : tels Israël, l'Australie, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Bulgarie, l'Autriche et la Pologne ont déjà annoncé qu'ils ne le signeraient pas.
Le Chili s'est ajouté dimanche à la liste des pays qui refusent de signer le texte. Le pacte a, par ailleurs, provoqué une crise politique en Belgique où les nationalistes flamands de la N-VA ont quitté le gouvernement de coalition du Premier ministre Charles Michel qui se retrouve en minorité. Quand aux USA, ils ont décidé de se retirer du Pacte mondial devant améliorer la gestion internationale de la question des migrants et réfugiés, jugeant ce document «incompatible» avec leur politique migratoire, a annoncé samedi la mission américaine auprès des Nations unies dans un communiqué, où ils ne varient pas d'un iota de la politique tracée par le Président Donald Trump. Dans le communiqué, les Américains soulignent que : «Nos décisions en matière de politique d'immigration doivent toujours être prises par les Américains et les Américains uniquement. Nous déciderons de la meilleure manière de contrôler nos frontières et qui sera autorisé à entrer dans notre pays.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.