RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un pacte mondial sur les migrants mort-né
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2018

Profitant de la célébration de la Journée internationale de la Déclaration internationale des droits de l'Homme, proclamée en 1948, il y a à présent 70 ans, et pourtant, les droits les plus élémentaires, et des plus inaliénables, sont quotidiennement bafoués à travers les cinq continents, et fait nouveau, par les pays se réclamant dépositaires des valeurs humaines les plus élémentaires.
Pourtant, à en croire les discours souvent vides d'intentions de les mettre en pratique, et qu'ils placent comme fondamentaux de leurs actions, envers leurs propres compatriotes, comme envers les migrants, force est de constater que les idéaux figurant dans la déclaration universelle de droits de l'Homme appelant à la paix, au respect de la dignité humaine, à la justice, à la liberté, à l'éradication de la traite des humains, au progrès, à l'accès pour tous à la culture, et à l'instruction, ne sont pas pris en considération, et que les objectifs du développement durable est sérieusement compromis, malgré les intentions bienveillantes des politiciens. Aujourd'hui 10 décembre, le Pacte mondial des Nations unies sur les migrations a été approuvé par les pays participants à la conférence de Marrakech, au Maroc, et quoique ce document sur les migrations ne soit pas contraignant, beaucoup de pays ont manifesté leurs réserves sur la possibilité de mieux gérer les mouvements des candidats à l'exil. Emmanuel Macron qui devait participer aux travaux de Marrakech n'y est pas allé à cause probablement des manifestations massives des gilets jaunes, qui réclament un traitement plus digne de leur condition sociale.
Le président Macron, aurait apporté son soutien au «Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières». De source diplomatique, écrit L'Opinion, on souligne la «simplicité» du soutien français au pacte : «On le soutient pour ce qu'il est, c'est-à-dire une déclaration politique qui est juridiquement non contraignante, qui se fait à droit constant et qui ne crée aucunement un ‘'droit à la migration'' comme on peut l'entendre». «La migration sera d'autant plus acceptée qu'elle se fera dans le respect des règles. En dépit des réserves formulées par plusieurs délégations, les réticences aux 23 objectifs de coopération ont été politiquement entachés de xénophobie et de politique de repli sur soi. Ainsi, plusieurs pays comme le note ‘'L'Opinion'' : tels Israël, l'Australie, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Bulgarie, l'Autriche et la Pologne ont déjà annoncé qu'ils ne le signeraient pas.
Le Chili s'est ajouté dimanche à la liste des pays qui refusent de signer le texte. Le pacte a, par ailleurs, provoqué une crise politique en Belgique où les nationalistes flamands de la N-VA ont quitté le gouvernement de coalition du Premier ministre Charles Michel qui se retrouve en minorité. Quand aux USA, ils ont décidé de se retirer du Pacte mondial devant améliorer la gestion internationale de la question des migrants et réfugiés, jugeant ce document «incompatible» avec leur politique migratoire, a annoncé samedi la mission américaine auprès des Nations unies dans un communiqué, où ils ne varient pas d'un iota de la politique tracée par le Président Donald Trump. Dans le communiqué, les Américains soulignent que : «Nos décisions en matière de politique d'immigration doivent toujours être prises par les Américains et les Américains uniquement. Nous déciderons de la meilleure manière de contrôler nos frontières et qui sera autorisé à entrer dans notre pays.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.