Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    25 479 travailleurs non déclarés recensés au premier semestre de 2019    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    7 postulants ont pris rendez-vous    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    La Tunisie veut forcer son destin    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Les villageois d'El-Guelta Zerga dans le dénuement    Un guide pour évaluer le handicap    Entre les salles familiales et le reste !    Les jeunes cinéastes en vedette    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    "Dans mes œuvres, j'exprime les affres vécues par les réfugiés"    Début des Procès des détenus du hirak à Alger : Ferveur et émotion à Sidi M'hamed    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    Justice militaire : Djebbar Mehena placé sous mandat de dépôt    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Tlemcen: Le rôle des médias en question    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le dernier quart d'heure
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 01 - 2019

Il ne reste que quelques jours, disent les uns. Les autres affirment qu'il faut laisser le temps au temps. Cependant, les orthodoxes parlent de délais constitutionnels et de solennité de la loi. Ils disent que d'ici demain ou après-demain, le corps électoral va être convoqué pour aller au mois d'avril décider encore sur l'avenir, cette fois-ci de ses p'tits enfants. Le mien a été consommé autant de fois.
Ainsi l'on voit qu'il y a encore des gens qui savourent les mystères et pensent démêler les énigmes du sérail. Alors qu'ils ne savent même pas déchiffrer un bulletin météo.
Ce ne sera pas en bloquant sciemment les aiguilles d'une montre que l'on empêchera le temps d'avancer. Ou en changeant le tic-tac que l'on pourra transformer le concert de la postérité. L'histoire est comme le temps. Imprenable. Sans état d'âme. L'actualité est ainsi rendue imperceptible pour devenir un outil manipulatoire aux mains de ceux qui croient faire l'avenir d'une nation. Une manipulation politico-génétique. Que ce soit mis à leur profit d'embellir davantage le label historique, terni par les affres d'une chronologie lente et pesante, ou au secours d'une fin de règne mal-en-point ; le recours à l'opacité gestionnelle reste injustifiable à plus d'un titre.
Si la turpitude politique et l'excès de prudence tactique de nos politiciens s'attardent et se retardent à dégager clairement un choix, le questionnement absurde qu'il est mais réel et indiscutable suivant, reste de mise : que faire pour que l'avenir du pays ne soit plus sujet à hypothèque ? Les positions observées chez tous les acteurs nationaux, partis, pouvoir, opposition, élite à ce sujet ne se sont jusqu'à présent exprimées qu'à travers des positions simulées et suggérées par les médias. Que font ces sénateurs, ces députés ? A part pointer le nez dans une salle, une ouïe dans les coulisses et une main dans la poche de la cagnotte nationale.
Pendant ce temps, le temps est au profit du vide, à l'attentisme stérile et inadéquat, du moins à ses hommes. Ils se rassérènent, ces « attendeurs » de la diversion probable qui déchirerait les rangs mal serrés d'un pouvoir en phase de désunion.
Le président, comme tout homme imbu et fortifié par la chance systémique, eut d'abord l'idée de vouloir aplatir tout embryon d'idée de résistance pour pouvoir enfin imposer avec fermeté sa vision publique des choses, le contours des intérêts de sa nation et la recherche du bonheur à jamais perdu de son peuple. Bouteflika n'est plus le candidat de 1999. Peu loquace, discret et presque aphasique. Il ne signifie plus le consensus d'alors tant que la concorde n'eut pu embrasser toutes les frontières nationales. Il intercepte avec un vif pressentiment, l'avenir incertain qui, à la défaveur de la conjoncture internationale mettant en branle la logique de la puissance aux dépens du droit et de la légalité, ne peut se faire garantir un écoulement chronique heureux plein de bonne humeur, de santé et de prospérité. Il est toujours en droit de se porter candidat. L'histoire enseigne que le vœu ne se fige pas constamment à l'intention et que la politique est inlassablement liée au désir de la survivance. La fin d'un conte, idyllique soit-il, est toujours un commencement pour un autre. C'est pratiquement pareil en politique où les élections font le compte à contresens d'un conte qui peut durer cinq ans. Tous les mandats s'écourtent devant la vitesse du temps et le vieillissement des cellules qui ne donnent au temps que le temps d'un souvenir ramassé à un autre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.