Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    L'agression féodale et le Hirak.    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    LIBYE : L'Algérie salue l'accord de cessez-le-feu global    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    Série A: la Sampdoria s'offre l'Atalanta    Clasico: encore un record pour Fati !    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Le chef de l'ONU s'inquiète d'une «situation tendue»    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Oran : Plantation d'arbres à l'université    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Concours du meilleur joueur de mandole algérien : Appel à Candidature    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Par-delà l'image    Le FMI inévitable?    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vive la Malaisie, à bas le désert !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 14 - 01 - 2019

Et si on délocalisait La Mecque en Malaisie ? L'idée est tentante et peut faire son petit bout de chemin pour peu qu'on décide de l'exposer sérieusement.
Kuala Lumpur a de nouveau refusé l'octroi de visas d'entrée sur son territoire à des athlètes israéliens, la démarche étant fidèle à la politique extérieure du gouvernement malaisien. Et dans ce climat d'une normalisation forcée avec l'Etat sioniste, le geste des Malaisiens est juste classe face à cette course effrénée des royaumes du Golfe à entretenir des relations presque normales avec Tel-Aviv. Les images de responsables arabes faisant des courbettes aux officiels israéliens ont ce quelque chose de férocement révoltant, de dégradant, sonnant la fin de la clandestinité d'une relation affichée et assumée au grand jour.
On ne se cache plus pour rencontrer l'ennemi juré, celui qui assassine chaque jour des civils palestiniens en toute impunité. Celui qui bombarde Ghaza au phosphore blanc puis lâche ses chiens de garde intellectuels pour dénoncer l'antisémitisme à chaque fois que la politique génocidaire d'un Etat terroriste est dénoncée. Bahreïn, les Emirats arabes unis, l'Arabie saoudite, Oman, l'Egypte, la Jordanie et le Qatar entretiennent des relations décomplexées avec Israël sous le parapluie bienveillant de Washington et l'instigation de Riyad et Abu Dhabi.
Trump ne s'est pas trompé en affirmant que l'existence de ces régimes à la tête de ces bantoustans pétroliers n'est tolérée que parce qu'ils assurent la sécurité de l'Etat hébreu. Si Trump dérange, ses punchlines ont, au moins, le mérite d'être suffisamment clairs pour comprendre la stratégie géopolitique des States au cœur des folkloriques monarchies arabes. Pourtant, il est naïf de croire que le monde arabo-musulman peut encore s'arranger avec les vieilles mentalités qui excluaient même l'existence d'un pays appelé Israël. Mais de là à ce que la priorité de sa politique extérieure soit la course à la normalisation, il n'y a qu'un pas que les monarchies pétrolières ont allègrement franchi.
La légitimité internationale aura plus à gagner si les Sionistes étaient condamnés pour leurs actes criminels envers les Palestiniens, les poursuivant un peu partout aux quatre coins du globe. Un terrorisme d'Etat entretenu avec la complicité de l'ONU qui cible le génocide d'un peuple apatride, chassé de ses terres alors qu'il serait plus juste qu'on réitère la politique d'exclusion pratiquée contre l'Afrique du Sud du temps de l'apartheid. Mais Israël est une tout autre histoire de repentir jamais assouvie et d'un sentiment de culpabilité européenne alimenté par une propagande agressive des défenseurs de la shoah.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.