Les femmes-mères travailleuses entre le four et le moulin    1 500 milliards de DA hors circuit    Pas d'impacts de la crise financière    Pour l'annulation des poursuites judiciaires    Varsovie attend des excuses d'Israël    Le sénateur démocrate Bernie Sanders annonce sa candidature pour 2020    Pauvre Finkielkraut    Le Gambien Bakary Gassama au sifflet    Feghouli et Bennacer dans le Onze type africain de la semaine    Les présidents de l'ASAM et l'O Médéa suspendus    Le plan de Benghabrit pour faire face à la grève    Violences contre les femmes et trafic de drogue en hausse    Gâteau renversé aux agrumes    La « main étrangère » au service du régime illégitime d'Alger durant la « sale guerre ».    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Liberté de la presse : Le Maroc renoue avec les méthodes de barbouzes    Aïn El Hammam : Un commerce informel encombrant    Boufarik : 32 Omras octroyées par l'association Ennour    Opposition unie, un rêve ?    Tiaret: Un réseau de vol de véhicules démantelé    EN - La liste des joueurs à retenir: Un casse-tête pour Belmadi    Ligue 2 - Probabilités de relégation: Le temps de la calculette est arrivé !    UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»    Le vendredi de tous les dangers    Boumerdès: Un véhicule de transport de fonds attaqué, 15 milliards volés    Le mot du Chahid à ces gens-là...    Sebaâ et Haniched renforcent la DTS    Les acteurs politiques face aux risques de dérapages    «L'assiette destinée au centre de formation du club est prête»    Trois médailles, dont une en or, pour l'Algérie    Le développement de l'Afrique, un enjeu géostratégique au XXIe siècle»    Avec Ooredoo, suivez votre consommation d'eau sur votre mobile grâce au nouveau service exclusif «SEAAL Mobile»    Comment renforcer les capacités des bureaux d'hygiène    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    La Ligue arabe condamne les prélèvements par l'occupant israélien sur les revenus d'impôts palestiniens    Retour des «djihadistes», un vrai casse-tête pour les autorités françaises    Où est le programme ?    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    Exportation de 860.000 œufs vers la Libye    Influence de la cuisine orientale sur la cuisine européenne du Moyen-âge    Bedoui dénonce des tentatives de "gâcher" l'élection    Formation professionnelle : Réception de 40 nouveaux établissements pour la rentrée de février    17 personnes décédées et 1.242 autres blessées en une semaine    Déclaration de politique générale : M. Ouyahia la présentera lundi prochain devant l'APN    Augmentation de la bourse et suppression des réfectoires    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« L'Année miraculeuse » présenté à l'hôtel «Liberté»: Débats divergents autour du dernier roman de Mohamed Magani
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 01 - 2019

A travers son dernier roman, ‘l'Année miraculeuse', Mohamed Magani, auteur de romans, d'études en français et de nouvelles en anglais, a essayé de mettre la lumière sur la résilience de l'homme et sa capacité de reconstruire sa vie et son cœur après un échec. Certes, cela demande beaucoup de temps à l'individu, mais l'écrivain romancier démontre bel et bien, à travers le personnage de Smail, le héros du roman, qu'on peut, dira Mohamed Magani, lors de la rencontre-débat, organisée, samedi, à l'hôtel « Liberté », « s'inventer d'autres facettes à sa personnalité et effacer cette image de bureaucrate ». Car Smail était un haut fonctionnaire de l'administration, démis de ses fonctions dans les années 90 qui marquent, souligne l'auteur, la purge bureaucratique d'Ouyahia. Une situation qui va pousser Smail à atterrir à Amsterdam après un divorce pour y passer sa retraite.
C'est la déchéance, raconte le romancier. « Smail va disparaître complètement comme pour les Japonais qui disparaissent, sans laisser de traces, familiale ou sociale, à la suite d'une catastrophe naturelle. Il a été un haut fonctionnaire parti en mission à Amsterdam. Quelqu'un lui demande de lire la chute de Camus. Pourquoi ? Parce que ça se passe à Amsterdam. Il va donc reprendre la chute pour découvrir ce qu'il a de plus que Camus, parce que lui n'a pas aimé Amsterdam. Il va utiliser la chute comme un guide touristique. Il va réapprendre à vivre ». Interrogé par le professeur Lakhdar Barka, si c'est le choix de la langue qui a déterminé le récit ou l'inverse, « c'est d'abord la conception, le personnage ou le récit qui détermine le choix de la langue ». Pour Mohamed Magani, « Les langues, c'est comme Sindibad le marin qui avait fait le tour du monde par ses voyages. Les langues permettent surtout la rencontre de l'autre. C'est inestimable comme on peut s'approcher de l'autre par la langue, par la culture, par l'histoire, par le tourisme, par la gastronomie, aussi ».
Dans son roman, l'auteur va aussi questionner Camus avec des questions fondamentales. D'ailleurs le dernier chapitre est une discussion sur Camus. Il va essayer de confronter Camus à lui-même et faire même une rencontre Mersault, le personnage principal du roman de Camus « l'Etranger » et Clamence, le personnage de « la chute » d'Albert Camus aussi.
La présence de Camus dans ce roman a fait polémique dans la salle du fait que Camus n'a, à aucun moment parlé de la situation des Algériens, dans ses romans. Pour certains, le prix Nobel français est un Algérien, pour d'autres, il est colon. Une intervenante a souligné que « Magani a utilisé Camus pour montrer quelque chose que d'autres n'ont pas dite mais on se serait très bien passé de Camus pour montrer l'existence du déçu algérien. L'existence du malheur d'Algérie... A travers Magani ou à travers d'autres, on n'a pas besoin de faire intervenir des noms tels que Camus qui est devenu, à la mode. Si on a besoin d'avoir des références, nous avons des références algériennes, Dib, Feraoun, Kateb Yacine. Pourquoi aller vers un Camus qui est très controversé par les Algériens avant qu'il ne soit par d'autres ? ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.