La Ligue arabe soutient la Palestine    Attaque lancée par Haftar.. Le chef du gouvernement déçu par Paris    Belfodil le choix inéluctable de Belmadi !    Juventus - Tardelli : "Certains joueurs souffrent avec Cristiano Ronaldo"    Affaire de faux billets à Oran.. Deux étrangers arrêtés    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS ET DES TRANSPORTS A MOSTAGANEM : Inauguration de la trémie et du 1er tronçon de l'autoroute Est-Ouest    CONSULTATIONS POLITIQUES : Bensalah absent!    TROIS CHEFS D'ACCUSATION PESENT CONTRE LUI : Rebrab embarqué par la gendarmerie    Plusieurs hauts responsables à la barre des accusés    ANSEJ ET CNAC : Haddam décide de lever le gel sur certains projets    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    EFFONDREMENT D'UN IMMEUBLE A LA CASBAH : Un enfant de 3 ans et son père tués    SIDI BEL ABBES : La Sonelgaz organise une campagne de collecte de sang    1ERE REGION MILITAIRE A BLIDA : Gaïd Salah en visite de travail aujourd'hui    L'Algérie domine l'Islande et décroche la 7e place    Le bilan de l'agression sur Tripoli s'élève à 254 morts    6e édition de la Fête du fromage traditionnel de Bouhezza    Pour garantir la sécurité nationale, dépasser rapidement l'entropie actuelle    La 26e journée de Ligue 1 toute proche d'un bilan très contesté    Saisie de près de 11 kg de kif traité à khemis Miliana    Le retour au système «HLM » redevient inévitable !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    «Irfane» ou l'histoire d'une reconnaissance    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    JSE Skikda-GS Pétroliers en finale    FABB-présidents des clubs    Changement à la tête de la Direction de la sécurité intérieure    Vive indignation et condamnations unanimes    Le Soudan vire en tête    Un comédien favori face à l'impopulaire Porochenko    Belahcel convoque une session extraordinaire du conseil national    Des citoyens ont fait le guet devant le tribunal de Sidi-M'hamed    La Confédération des syndicats autonomes prévoit une marche à Alger    Une policière tuée par son ex-époux    Le congrès aura lieu les 21 et 22 juin    Les robes noires boycottent les audiences    Saïd Barkat : «Il faut que justice se fasse»    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    La meurtre d'une journaliste enflamme l'Irlande du Nord    "Attention aux règlements de comptes!"    Daesh revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Les bus de l'Etub ne circulent plus    Le vent du Hirak souffle sur le sport algérien    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    13 réalisatrices au festival de Cannes 2019    Tamazight prochainement disponible sur Google traduction    Deux livres pour revisiter le printemps berbère    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« L'Année miraculeuse » présenté à l'hôtel «Liberté»: Débats divergents autour du dernier roman de Mohamed Magani
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 01 - 2019

A travers son dernier roman, ‘l'Année miraculeuse', Mohamed Magani, auteur de romans, d'études en français et de nouvelles en anglais, a essayé de mettre la lumière sur la résilience de l'homme et sa capacité de reconstruire sa vie et son cœur après un échec. Certes, cela demande beaucoup de temps à l'individu, mais l'écrivain romancier démontre bel et bien, à travers le personnage de Smail, le héros du roman, qu'on peut, dira Mohamed Magani, lors de la rencontre-débat, organisée, samedi, à l'hôtel « Liberté », « s'inventer d'autres facettes à sa personnalité et effacer cette image de bureaucrate ». Car Smail était un haut fonctionnaire de l'administration, démis de ses fonctions dans les années 90 qui marquent, souligne l'auteur, la purge bureaucratique d'Ouyahia. Une situation qui va pousser Smail à atterrir à Amsterdam après un divorce pour y passer sa retraite.
C'est la déchéance, raconte le romancier. « Smail va disparaître complètement comme pour les Japonais qui disparaissent, sans laisser de traces, familiale ou sociale, à la suite d'une catastrophe naturelle. Il a été un haut fonctionnaire parti en mission à Amsterdam. Quelqu'un lui demande de lire la chute de Camus. Pourquoi ? Parce que ça se passe à Amsterdam. Il va donc reprendre la chute pour découvrir ce qu'il a de plus que Camus, parce que lui n'a pas aimé Amsterdam. Il va utiliser la chute comme un guide touristique. Il va réapprendre à vivre ». Interrogé par le professeur Lakhdar Barka, si c'est le choix de la langue qui a déterminé le récit ou l'inverse, « c'est d'abord la conception, le personnage ou le récit qui détermine le choix de la langue ». Pour Mohamed Magani, « Les langues, c'est comme Sindibad le marin qui avait fait le tour du monde par ses voyages. Les langues permettent surtout la rencontre de l'autre. C'est inestimable comme on peut s'approcher de l'autre par la langue, par la culture, par l'histoire, par le tourisme, par la gastronomie, aussi ».
Dans son roman, l'auteur va aussi questionner Camus avec des questions fondamentales. D'ailleurs le dernier chapitre est une discussion sur Camus. Il va essayer de confronter Camus à lui-même et faire même une rencontre Mersault, le personnage principal du roman de Camus « l'Etranger » et Clamence, le personnage de « la chute » d'Albert Camus aussi.
La présence de Camus dans ce roman a fait polémique dans la salle du fait que Camus n'a, à aucun moment parlé de la situation des Algériens, dans ses romans. Pour certains, le prix Nobel français est un Algérien, pour d'autres, il est colon. Une intervenante a souligné que « Magani a utilisé Camus pour montrer quelque chose que d'autres n'ont pas dite mais on se serait très bien passé de Camus pour montrer l'existence du déçu algérien. L'existence du malheur d'Algérie... A travers Magani ou à travers d'autres, on n'a pas besoin de faire intervenir des noms tels que Camus qui est devenu, à la mode. Si on a besoin d'avoir des références, nous avons des références algériennes, Dib, Feraoun, Kateb Yacine. Pourquoi aller vers un Camus qui est très controversé par les Algériens avant qu'il ne soit par d'autres ? ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.