Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui après le Venezuela ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 01 - 2019

Aujourd'hui le Venezuela. Hier l'Irak, la Syrie, la Libye. Un mois plus tôt, le Congo, l'Iran, le Chili, le Liban. Et demain ? Quel sera le pays à déstabiliser, à mettre à feu et à sang pour changer un régime qui a dit non aux exigences israélo-américaines ? Si les peuples ne prennent pas garde, l'indépendance d'un pays n'est plus une question interne, elle se débat dans les salons feutrés de la diplomatie occidentale et le remède est fabriqué dans les officines des services spéciaux.
Washington, Paris, Madrid ou Londres s'arrogent le droit de parler au nom d'un pays souverain, exigeant des ultimatums et réclamant des réformes qui les arrangent. Après Chavez, Maduro n'a pas su endiguer un mouvement partisan fortement soutenu par les Etats-Unis d'Amérique et les manœuvres d'une opposition financée par les dollars américains ont fini par fragiliser le gouvernement en place et laisser place à la sédition. Il n'est pas dans notre propos de se faire l'avocat du régime chaviste ou de charger l'opposition mais de souligner qu'aucun pays n'est à l'abri d'un coup d'Etat fomenté de l'extérieur. Et là où les troubles sont, la croix de David n'est jamais loin. Et depuis ces dernières années, c'est les pays de l'Amérique du Sud qui sont particulièrement sujet à ces soulèvements et changements de régime dont la plupart étaient solidaires de la question palestinienne. Ces Etats sont délibérément ciblés pour provoquer la chute des gouvernements en place remplacés par des régimes pro-israéliens comme ce fut le cas pour le Brésil ou le Paraguay qui avait décidé de transférer son ambassade à El Qods avant de se rétracter déclenchant l'ire de Tel-Aviv. Ce choix de l'ingérence étrangère, à travers le cheval de Troie introduit par la porte de la démocratie, cache cette insidieuse volonté colonialiste à régenter un monde par la force militaire, financière, diplomatique ou par procuration.
Le monde occidental a toujours la nostalgie de ses anciennes colonies et cette pression exercée sur les pays en voie de développement contribue à faire perdurer cette mentalité de néo-colonialisme qui se nourrit toujours d'une collaboration interne aux relents nauséabonds de trahison. L'Algérie n'est pas à l'abri d'un tel scénario au même titre que les autres pays qui restent au bord du nouvel ordre mondial et n'importe quel prétexte est bon pour les faire voler en éclat. La guerre contre le terrorisme en Irak et en Afghanistan, le «printemps arabe» en Syrie ou en Libye et les scénarios ne manquent pas pour plonger le pays dans le chaos et intervenir en Zorro.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.