L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    Premiers incidents post-congrès    La procédure enclenchée à l'APN    Large vague de dénonciation    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    Quand Bouchareb bloque le FLN    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qui après le Venezuela ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 01 - 2019

Aujourd'hui le Venezuela. Hier l'Irak, la Syrie, la Libye. Un mois plus tôt, le Congo, l'Iran, le Chili, le Liban. Et demain ? Quel sera le pays à déstabiliser, à mettre à feu et à sang pour changer un régime qui a dit non aux exigences israélo-américaines ? Si les peuples ne prennent pas garde, l'indépendance d'un pays n'est plus une question interne, elle se débat dans les salons feutrés de la diplomatie occidentale et le remède est fabriqué dans les officines des services spéciaux.
Washington, Paris, Madrid ou Londres s'arrogent le droit de parler au nom d'un pays souverain, exigeant des ultimatums et réclamant des réformes qui les arrangent. Après Chavez, Maduro n'a pas su endiguer un mouvement partisan fortement soutenu par les Etats-Unis d'Amérique et les manœuvres d'une opposition financée par les dollars américains ont fini par fragiliser le gouvernement en place et laisser place à la sédition. Il n'est pas dans notre propos de se faire l'avocat du régime chaviste ou de charger l'opposition mais de souligner qu'aucun pays n'est à l'abri d'un coup d'Etat fomenté de l'extérieur. Et là où les troubles sont, la croix de David n'est jamais loin. Et depuis ces dernières années, c'est les pays de l'Amérique du Sud qui sont particulièrement sujet à ces soulèvements et changements de régime dont la plupart étaient solidaires de la question palestinienne. Ces Etats sont délibérément ciblés pour provoquer la chute des gouvernements en place remplacés par des régimes pro-israéliens comme ce fut le cas pour le Brésil ou le Paraguay qui avait décidé de transférer son ambassade à El Qods avant de se rétracter déclenchant l'ire de Tel-Aviv. Ce choix de l'ingérence étrangère, à travers le cheval de Troie introduit par la porte de la démocratie, cache cette insidieuse volonté colonialiste à régenter un monde par la force militaire, financière, diplomatique ou par procuration.
Le monde occidental a toujours la nostalgie de ses anciennes colonies et cette pression exercée sur les pays en voie de développement contribue à faire perdurer cette mentalité de néo-colonialisme qui se nourrit toujours d'une collaboration interne aux relents nauséabonds de trahison. L'Algérie n'est pas à l'abri d'un tel scénario au même titre que les autres pays qui restent au bord du nouvel ordre mondial et n'importe quel prétexte est bon pour les faire voler en éclat. La guerre contre le terrorisme en Irak et en Afghanistan, le «printemps arabe» en Syrie ou en Libye et les scénarios ne manquent pas pour plonger le pays dans le chaos et intervenir en Zorro.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.