DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Foot/Algérie - Colombie : les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Les Verts à la croisée des chemins !    Petite défaite face aux Pharaons    Un nul sépare les deux Corées, le choc historique    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les protestations se poursuivent: Bouteflika ne convainc pas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 03 - 2019

«Moi, je suis sortie manifester contre le 5ème mandat», affirme une jeune étudiante à Blida, qui a vécu dans la soirée de dimanche une nuit mouvementée, avec des manifestations de jeunes après l'annonce de la candidature du Président Bouteflika à sa propre succession.
A Blida, les gens s'interrogent surtout si le fait de déposer sa candidature par une autre personne, même mandatée, est légal «au regard de la constitution». «On ne sait même pas s'il sera capable de rester, vu son âge et son état de santé, plus d'une année», explique un vieil homme, à son voisin, assis à côté de lui à la place ‘Ettout', point de rencontre des retraités et des anciens de l'USMBlida. Si la ville est calme, en cette journée printanière, à quelques dizaines de kilomètres, le campus universitaire Saâd Dahleb est agité par une seconde manifestation d'étudiants, empêchés de sortir dans la rue par des détachements de gendarmes. «Y en a marre de cette misère» scandaient les étudiants de l'Université de Blida pour la seconde journée consécutive. Même climat de contestation à Alger, où les étudiants ont scandé «non au 5ème mandat», «ce peuple ne veut pas de Bouteflika et Said», ou du FLN, «Ouyahia, dégage». Dimanche et lundi, les étudiants sont sortis, en force, pour manifester contre le 5ème mandat, à travers l'ensemble des campus universitaires. Les étudiants à Alger qui jouaient au chat et à la souris, avec les forces de police, scandaient notamment «non au 5ème mandat», alors que d'autres groupes criaient de leur côté «Pouvoir assassin», ou «FLN dégage». Dans les campus algérois, la contestation politique est lancée: «Les étudiants sont en colère, ils refusent le 5ème mandat» répétaient, à l'envi, les manifestants à Bab Ezzouar, dimanche. Sur les réseaux sociaux, c'est le direct sur les différentes manifestations populaires contre le 5àme mandat. A Guelma, c'est «El Hogra, barakat!», scandaient les étudiants dans une ville submergée par des milliers d'étudiants, qui ont manifesté dans le calme. «Ya Bouteflika, barakat», criaient-ils lors d'une marche à travers la ville. Ailleurs dans le pays, des marches populaires contre le 5ème mandat ont été également organisées, en particulier à Batna, où plus de 100.000 personnes avaient manifesté, selon les organisateurs. Pour autant, ce sont surtout les commentaires qui fusent de la rue qui sont les plus expressifs de la situation sociale et politique, dans laquelle est embrigadé actuellement le pays. Pour les plus modérés, «rien n'a changé dans ce pays depuis l'indépendance : le pouvoir ne veut pas s'en aller», estiment des habitants de Blida. A Alger, la colère est encore plus profonde : «moi, Bouteflika, je ne le connais pas. La hogra, oui», explique ce jeune, revendeur à la sauvette dans les vieux quartiers d'Alger. «Barakat el hogra ! Les jeunes meurent en mer, ils partent, car ici ils n'ont aucun avenir», ajoute t-il, affirmant avec une grande fierté avoir «marché vendredi 1er mars, et j'irai manifester ma colère vendredi prochain.» «Le pouvoir doit tomber, sinon changer», nous dit un homme, la cinquantaine, qui se dit «exaspéré par la situation actuelle du pays.» «Qu'un président insiste pour aller vers une présidence à vie, alors que son état de santé ne le lui permet pas, est un grand mystère pour moi». «Je n'ai rien compris à tout ce qui se passe : comment un président malade, peut-il se présenter comme candidat à sa succession ? Cela serait-il possible dans un pays qui se respecte ?», s'interroge un autre, qui flânait à Alger, du côté du Front de mer, en face de la vieille médina.
Les étudiants des Universités des Constantine ont organisé, hier, des marches à l'intérieur des campus, scandant des slogans contre la candidature de Bouteflika à un 5ème mandat. L'adhésion n'était pas aussi massive que les précédentes marches, poussant certains manifestants jusqu'à aller chasser des étudiants des amphithéâtres et des salles de cours à l'Université ‘Salah Boubnider Constantine ‘3', et les fermer, pour pousser ces étudiants studieux, du moins se considérant non concernés par la marche, à rejoindre les rangs des manifestants. Il faut relever que les résidences universitaires se sont vidées de leurs occupants, car pratiquement tous les étudiants résidents hors wilayas ont rejoint leur domicile, en attendant que les choses reviennent à la normale, nous ont affirmé des étudiants qui se dirigeaient vers la gare routière pour rentrer chez eux, pour au moins une semaine. Enfin, le petit groupe formé au départ de la manifestation deviendra plus imposant au fil des minutes. Puis, la marche à l'intérieur des campus a débordé dans la rue, malgré la tentative des agents de sécurité et des services d'ordre, déployés à l'extérieur du campus, pour les empêcher d'investir la rue. Des manifestants rejoindront, ainsi le centre-ville de Constantine, où ils observeront un rassemblement devant le palais de la Culture Mohamed Laïd Al Khalifa. Avant de se disperser dans le calme.
A Oran, des manifestations ont été enregistrées, dimanche soir, en plusieurs lieux. Que ce soit à Blida, Alger, Oran ou dans les autres villes ou villages du pays, c'est le même sentiment qui se dégage : non au 5ème mandat.
Dimanche soir, Abdelghani Zaalane, directeur de campagne de Bouteflika a déposé le dossier du chef de l'Etat sortant. Zaâlane a lu, à cette occasion, une lettre de Abdelaziz Bouteflika, dans laquelle ce dernier s'est engagé à organiser une élection présidentielle anticipée, dont la date sera arrêtée par la conférence nationale, élection à laquelle il ne prendra pas part.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.