Man United : Le vestiaire n'est pas au beau fixe...    Le fiasco Bensalah    "C'est une épreuve provocatrice et humiliante"    Sous le spectre du boycott    Abdelkader Zoukh remplacé par Abdelkhalek Sayouda    De lourdes charges contre les Kouninef    La croissance économique de l'Algérie ne suit pas    Washington resserre l'étau autour de Téhéran    Complément différentiel et montant-revalorisation    Dur sera le Ramadhan à Boumerdès    Les manifestants soudanais maintiennent la pression    Le bilan des combats à Tripoli s'élève à 254 morts    Aide mensuelle de 100 millions de dollars pour la Palestine    La justice militaire passe à l'acte    Le maintien encore possible    Inédite mobilisation pour secourir les supporters blessés    Décès d'un supporter    Oussama Sahnoune réussit les minima du 100 et 50m NL    Belamri se blesse    5 morts dans l'effondrement d'un immeuble de la Basse-Casbah    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    Cinq morts et sept blessés dans une collision    Démantèlement d'une bande de malfaiteurs    Arrestation de trois dealers et saisie de 1962 comprimés psychotropes    Les étudiants maintiennent la pression    …sortir…sortir…sortir…    Zoukh sprinteur    Loin des yeux, près des cœurs ! (fin)    USMA: Kebir regrette d'avoir fait jouer Ibara    ESS - Sidhoum: «On peut renverser la vapeur à Béjaïa»    Sri Lanka: le bilan des victimes s'alourdit à 310 morts    Erosion, déversements des eaux, pollution, accès difficile...: Une plage «artificielle»... avec des problèmes «réels»    Selon Djilali Hadjadj: Près de 60 milliards de dollars détournés en Algérie en 15 ans    L'exception algérienne    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Recettes douanières : Hausse de plus de 2% en 2018    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Ça chauffe à Aïn Berda    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    La condition féminine en débat    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La semaine de la langue espagnole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les protestations se poursuivent: Bouteflika ne convainc pas
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 03 - 2019

«Moi, je suis sortie manifester contre le 5ème mandat», affirme une jeune étudiante à Blida, qui a vécu dans la soirée de dimanche une nuit mouvementée, avec des manifestations de jeunes après l'annonce de la candidature du Président Bouteflika à sa propre succession.
A Blida, les gens s'interrogent surtout si le fait de déposer sa candidature par une autre personne, même mandatée, est légal «au regard de la constitution». «On ne sait même pas s'il sera capable de rester, vu son âge et son état de santé, plus d'une année», explique un vieil homme, à son voisin, assis à côté de lui à la place ‘Ettout', point de rencontre des retraités et des anciens de l'USMBlida. Si la ville est calme, en cette journée printanière, à quelques dizaines de kilomètres, le campus universitaire Saâd Dahleb est agité par une seconde manifestation d'étudiants, empêchés de sortir dans la rue par des détachements de gendarmes. «Y en a marre de cette misère» scandaient les étudiants de l'Université de Blida pour la seconde journée consécutive. Même climat de contestation à Alger, où les étudiants ont scandé «non au 5ème mandat», «ce peuple ne veut pas de Bouteflika et Said», ou du FLN, «Ouyahia, dégage». Dimanche et lundi, les étudiants sont sortis, en force, pour manifester contre le 5ème mandat, à travers l'ensemble des campus universitaires. Les étudiants à Alger qui jouaient au chat et à la souris, avec les forces de police, scandaient notamment «non au 5ème mandat», alors que d'autres groupes criaient de leur côté «Pouvoir assassin», ou «FLN dégage». Dans les campus algérois, la contestation politique est lancée: «Les étudiants sont en colère, ils refusent le 5ème mandat» répétaient, à l'envi, les manifestants à Bab Ezzouar, dimanche. Sur les réseaux sociaux, c'est le direct sur les différentes manifestations populaires contre le 5àme mandat. A Guelma, c'est «El Hogra, barakat!», scandaient les étudiants dans une ville submergée par des milliers d'étudiants, qui ont manifesté dans le calme. «Ya Bouteflika, barakat», criaient-ils lors d'une marche à travers la ville. Ailleurs dans le pays, des marches populaires contre le 5ème mandat ont été également organisées, en particulier à Batna, où plus de 100.000 personnes avaient manifesté, selon les organisateurs. Pour autant, ce sont surtout les commentaires qui fusent de la rue qui sont les plus expressifs de la situation sociale et politique, dans laquelle est embrigadé actuellement le pays. Pour les plus modérés, «rien n'a changé dans ce pays depuis l'indépendance : le pouvoir ne veut pas s'en aller», estiment des habitants de Blida. A Alger, la colère est encore plus profonde : «moi, Bouteflika, je ne le connais pas. La hogra, oui», explique ce jeune, revendeur à la sauvette dans les vieux quartiers d'Alger. «Barakat el hogra ! Les jeunes meurent en mer, ils partent, car ici ils n'ont aucun avenir», ajoute t-il, affirmant avec une grande fierté avoir «marché vendredi 1er mars, et j'irai manifester ma colère vendredi prochain.» «Le pouvoir doit tomber, sinon changer», nous dit un homme, la cinquantaine, qui se dit «exaspéré par la situation actuelle du pays.» «Qu'un président insiste pour aller vers une présidence à vie, alors que son état de santé ne le lui permet pas, est un grand mystère pour moi». «Je n'ai rien compris à tout ce qui se passe : comment un président malade, peut-il se présenter comme candidat à sa succession ? Cela serait-il possible dans un pays qui se respecte ?», s'interroge un autre, qui flânait à Alger, du côté du Front de mer, en face de la vieille médina.
Les étudiants des Universités des Constantine ont organisé, hier, des marches à l'intérieur des campus, scandant des slogans contre la candidature de Bouteflika à un 5ème mandat. L'adhésion n'était pas aussi massive que les précédentes marches, poussant certains manifestants jusqu'à aller chasser des étudiants des amphithéâtres et des salles de cours à l'Université ‘Salah Boubnider Constantine ‘3', et les fermer, pour pousser ces étudiants studieux, du moins se considérant non concernés par la marche, à rejoindre les rangs des manifestants. Il faut relever que les résidences universitaires se sont vidées de leurs occupants, car pratiquement tous les étudiants résidents hors wilayas ont rejoint leur domicile, en attendant que les choses reviennent à la normale, nous ont affirmé des étudiants qui se dirigeaient vers la gare routière pour rentrer chez eux, pour au moins une semaine. Enfin, le petit groupe formé au départ de la manifestation deviendra plus imposant au fil des minutes. Puis, la marche à l'intérieur des campus a débordé dans la rue, malgré la tentative des agents de sécurité et des services d'ordre, déployés à l'extérieur du campus, pour les empêcher d'investir la rue. Des manifestants rejoindront, ainsi le centre-ville de Constantine, où ils observeront un rassemblement devant le palais de la Culture Mohamed Laïd Al Khalifa. Avant de se disperser dans le calme.
A Oran, des manifestations ont été enregistrées, dimanche soir, en plusieurs lieux. Que ce soit à Blida, Alger, Oran ou dans les autres villes ou villages du pays, c'est le même sentiment qui se dégage : non au 5ème mandat.
Dimanche soir, Abdelghani Zaalane, directeur de campagne de Bouteflika a déposé le dossier du chef de l'Etat sortant. Zaâlane a lu, à cette occasion, une lettre de Abdelaziz Bouteflika, dans laquelle ce dernier s'est engagé à organiser une élection présidentielle anticipée, dont la date sera arrêtée par la conférence nationale, élection à laquelle il ne prendra pas part.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.