JUSTICE : Le RCD appelle à juger Bouteflika    FAUTE DE CANDIDATS, LA PRESIDENTIELLE ANNULEE : La présidence de Bensalah prolongée    Nouvelles nominations à la tête de Sonelgaz, l'EPTV, l'ANEP et l'ARAV    SAISON ESTIVALE A ORAN : 17, 5 milliards de cts pour l'aménagement des plages    Retour des djihadistes maghrebins constitue une réelle menace pour le vieux continent    Programme de classification et de restauration    Libération de deux journalistes libyens enlevés par les pro-Haftar    Le ministère opte pour un dispositif spécial    Chelsea : Lampard pour remplacer Sarri ?    Confusion autour de l'expiration du délai    La revanche posthume de Ferhat Abbas    L'intimidation n'a pas payé    Oman tente de "calmer les tensions"    Le Brexit fait tomber Theresa May    Démission surprise de l'émissaire de l'ONU    Les Algérois signent l'acte 14 de la contestation    Une compétition internationale par club    Kebir : "Il faut sortir le grand jeu face au CSC"    «Le régime est aux abois et la victoire est toute proche !»    Après l'automobile, l'Exécutif tranche dans l'alimentaire    Pas moins de 690 familles exclues de la liste du logement social    Oran : 9 familles se réfugient à la mosquée Pacha    Une mineure de 13 ans libérée par la police    Le souci des sans-bourses…    Le quota global plafonné à 2 milliards de dollars    Gaïd Salah élude la question du scrutin présidentiel    Man City évoque la rumeur qui envoie Guardiola à la Juventus    Kwiret esselk, du goût et des forces    JSK - Mellal: «J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    L'école des gourous    Création d'un comité de surveillance    L'Ukraine en l'espace d'un iftar à Alger    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    Facebook supprime trois milliards de comptes    La candidature de Berraf acceptée    Huawei prépare son propre système d'exploitation    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    Projections de films documentaires au Ciné-planète    Divertissement garanti!    Un Iftar en l'honneur des médias    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réquisitoire d'un des fondateurs de l'association des concessionnaires: Le montage automobile est un échec
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 04 - 2019

  La gestion de l'ex-ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, du dossier du montage de véhicules en Algérie a été dénoncée, hier lundi, sur les ondes de la radio nationale par un des membres fondateurs de l'association des concessionnaires automobiles (AC2A), Abderahmane Achaibou. Il a dénoncé la «stratégie du montage automobile», imposée par «un cahier des charges non signé et non publié de 7 pages». Le montage automobile «n'est pas rentable». Il a expliqué que «les experts se sont exprimés sur le montage de véhicules en Algérie». Pour M. Achaïbou, «les prix du véhicule sont très prohibitifs, alors que pour le Trésor public, il y a un manque à gagner de 40%». Selon les chiffres communiqués par M. Achaïbou, à fin 2018 la facture des importations de véhicules en SKD/CKD (véhicules en kits) s'est établie à 3,7 milliards de dollars pour 180.000 véhicules montés. «Avec la même somme, on aurait pu importer 300.000 véhicules et garder les 100.000 emplois perdus», explique-t-il en soulignant que le montage automobile n'emploie que 10.000 personnes. «C'est un échec total. On aurait pu bénéficier de 1,5 milliard de dollars qui ne rentrent pas au Trésor». M. Achaïbou dit «parler en tant que quelqu'un qui a été exclu de manière arbitraire par Bouchouareb de la liste des constructeurs de véhicules.
Je suis le doyen dans le secteur automobile, j'employais plus de 1700 travailleurs. Aujourd'hui, le groupe n'a que 500 employés pour la maintenance». Il explique par ailleurs que le montage de véhicules en SKD/CKD, une politique industrielle imposée par l'ex-ministre Bouchouraeb, «n'est pas rentable parce que le véhicule est monté par le constructeur, puis démonté, et remonté pour arriver en Algérie. Cela a un coût, car il y a des sociétés spécialisées pour faire ce travail». «Le véhicule sort de l'usine pour aller vers le démontage puis expédié en Algérie. On ne peut pas faire du SKD et CKD en quelques mois», détaille M. Achaïbou.
Quant au cahier des charges de 2015, il a été amendé deux mois après sa confection, et «ce cahier des charges n'a jamais été fait avec l'association des constructeurs automobiles», souligne-t-il. «Nous étions contre ce que faisait l'ex-ministre de l'Industrie, Bouchouareb. Et quand le cahier des charges a été amendé, toutes les importations de véhicules ont été bloquées». Selon M. Achaïbou, «il y a eu de la précipitation dans l'application d'un cahier des charges de 7 pages, car le vrai cahier des charges a été fait en 2017». Pour lui, le SKD/CKD «n'est pas rentable, et le véhicule coûte 40% plus cher». Il estime que «cette politique de l'industrie automobile est un échec total avec le désordre au ministère de l'Industrie» du temps de Bouchouareb.
Ce cahier des charges de 7 pages a été fait «en catimini et a permis aux Tahkout et autres de faire du montage automobile», accuse-t-il avant de rappeler que l'éphémère ministre de l'Industrie, Mahdjoub Beda, qui avait succédé à Bouchouareb, avait estimé que le montage automobile pratiqué en Algérie est «de l'importation déguisée».
Selon un bilan des douanes communiqué au mois de février dernier, la facture d'importation des collections CKD destinées à l'industrie de montage des véhicules de tourisme s'est établie en 2018 à 3 milliards de dollars contre 1,67 milliard de dollars en 2017. Quant à la production de véhicules montés localement, elle s'est établie à la même période à 180.000 véhicules contre 110.000 en 2017, en plus de la production de 4.500 véhicules industriels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.