Nouvelles accusation contre Anis Rahmani    Le procès de Hamel reporté    Les grévistes suspendus    Le DG aurait été expulsé par les autorités algériennes    Chakib Khelil et Amar Ghoul bientôt devant la Cour suprême !    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    Berraf dénonce un 'montage'    Polémique autour de la délimitation des frontières maritimes    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Montpellier : Delort retourne le couteau dans la plaie du PSG    Sétif: démantèlement d'un réseau de trafic de pièces archéologiques datant de l'époque romaine    Le ministère du Commerce disposé à apporter toute l'aide nécessaire aux éleveurs    Libye: le règlement de la crise est lié à l'engagement des parties libyennes    ACCIDENTS DE LA CIRCULATION : 45 décès et 1494 blessés en une semaine    Mouvement de protestation du PNC: poursuite des perturbations des vols d'Air Algérie    Presse électronique: nécessaire régularisation juridique pour mettre fin aux "ambiguïtés"    Ferhat Ait Ali charge les opérateurs de l'électroménager    LUTTE CONTRE LE COMMERCE INFORMEL DES OISEAUX PROTEGES : Vers l'installation d'une commission mixte à Oran    RECUPERATION DES FONDS TRANSFERES VERS L'ETRANGER : Un dispositif sous tutelle du ministère de la Justice    OUVERTURE D'UN CONSULAT IVOIRIEN AU SAHARA OCCIDENTAL : L'Algérie dénonce une violation du droit international    L'an II de la révolution algérienne .Les mots du Hirak    Ennahda, «l'homme malade» de la politique tunisienne    Le procès de l'ancien DGSN, Abdelghani Hamel, reporté au 11 mars    L'année du sacre du Chabab ?    Belhocini file en tête avec 10 buts    "C'est frustrant d'avoir perdu deux points face au PAC"    Le Targui    Poutine limoge l'un de ses conseillers emblématiques    La communauté indigène visée par un autre assassinat    Un an d'assiduité au hirak    Lancement prochain d'une opération de pêche préventive    Près de 1 900 morts, mais l'OMS se veut rassurante    Hausse des frais du visa aux consulats algériens    Les Sang et Or n'y arrivent plus    ACTUCULT    Exposition géante sur la guerre d'Algérie dans l'Oise    Mouni Benkhodja expose le "Corpo" et ses tourments    L'engagement de Mouloud Feraoun durant la guerre en débat    LFP/Sanctions : Cinq entraîneurs suspendus    Le Président Tebboune reçoit le Directeur du département Moyen-Orient, Afrique du Nord et Asie centrale au FMI    Procès de Kaddour Chouicha à Oran: Verdict le 3 mars    En réaction à la «répression policière»: Les enseignants du primaire appellent à une action nationale    Blida: 15.400 logements en construction à Meftah    El-Bayadh - Projets en retard : des responsables mis en demeure    Amnesty Algérie: Le Hirak, une mobilisation «exceptionnelle»    Tlemcen: Une caravane pas comme les autres dans les écoles    Un charnier découvert dans la Ghouta orientale    "Je ne suis pas mort"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réquisitoire d'un des fondateurs de l'association des concessionnaires: Le montage automobile est un échec
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 04 - 2019

  La gestion de l'ex-ministre de l'Industrie et des Mines, Abdeslam Bouchouareb, du dossier du montage de véhicules en Algérie a été dénoncée, hier lundi, sur les ondes de la radio nationale par un des membres fondateurs de l'association des concessionnaires automobiles (AC2A), Abderahmane Achaibou. Il a dénoncé la «stratégie du montage automobile», imposée par «un cahier des charges non signé et non publié de 7 pages». Le montage automobile «n'est pas rentable». Il a expliqué que «les experts se sont exprimés sur le montage de véhicules en Algérie». Pour M. Achaïbou, «les prix du véhicule sont très prohibitifs, alors que pour le Trésor public, il y a un manque à gagner de 40%». Selon les chiffres communiqués par M. Achaïbou, à fin 2018 la facture des importations de véhicules en SKD/CKD (véhicules en kits) s'est établie à 3,7 milliards de dollars pour 180.000 véhicules montés. «Avec la même somme, on aurait pu importer 300.000 véhicules et garder les 100.000 emplois perdus», explique-t-il en soulignant que le montage automobile n'emploie que 10.000 personnes. «C'est un échec total. On aurait pu bénéficier de 1,5 milliard de dollars qui ne rentrent pas au Trésor». M. Achaïbou dit «parler en tant que quelqu'un qui a été exclu de manière arbitraire par Bouchouareb de la liste des constructeurs de véhicules.
Je suis le doyen dans le secteur automobile, j'employais plus de 1700 travailleurs. Aujourd'hui, le groupe n'a que 500 employés pour la maintenance». Il explique par ailleurs que le montage de véhicules en SKD/CKD, une politique industrielle imposée par l'ex-ministre Bouchouraeb, «n'est pas rentable parce que le véhicule est monté par le constructeur, puis démonté, et remonté pour arriver en Algérie. Cela a un coût, car il y a des sociétés spécialisées pour faire ce travail». «Le véhicule sort de l'usine pour aller vers le démontage puis expédié en Algérie. On ne peut pas faire du SKD et CKD en quelques mois», détaille M. Achaïbou.
Quant au cahier des charges de 2015, il a été amendé deux mois après sa confection, et «ce cahier des charges n'a jamais été fait avec l'association des constructeurs automobiles», souligne-t-il. «Nous étions contre ce que faisait l'ex-ministre de l'Industrie, Bouchouareb. Et quand le cahier des charges a été amendé, toutes les importations de véhicules ont été bloquées». Selon M. Achaïbou, «il y a eu de la précipitation dans l'application d'un cahier des charges de 7 pages, car le vrai cahier des charges a été fait en 2017». Pour lui, le SKD/CKD «n'est pas rentable, et le véhicule coûte 40% plus cher». Il estime que «cette politique de l'industrie automobile est un échec total avec le désordre au ministère de l'Industrie» du temps de Bouchouareb.
Ce cahier des charges de 7 pages a été fait «en catimini et a permis aux Tahkout et autres de faire du montage automobile», accuse-t-il avant de rappeler que l'éphémère ministre de l'Industrie, Mahdjoub Beda, qui avait succédé à Bouchouareb, avait estimé que le montage automobile pratiqué en Algérie est «de l'importation déguisée».
Selon un bilan des douanes communiqué au mois de février dernier, la facture d'importation des collections CKD destinées à l'industrie de montage des véhicules de tourisme s'est établie en 2018 à 3 milliards de dollars contre 1,67 milliard de dollars en 2017. Quant à la production de véhicules montés localement, elle s'est établie à la même période à 180.000 véhicules contre 110.000 en 2017, en plus de la production de 4.500 véhicules industriels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.