Syndicat national des magistrats: Des élections régulières, garantes de la légitimité populaire    Présidentielle du 12 décembre : Révision exceptionnelle des listes électorales dès ce dimanche    USA: La Fed baisse son taux directeur, la suite reste incertaine    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    L'impasse iranienne met en lumière un fossé croissant entre l'UE et les Etats-Unis    Match amical Algérie - Colombie : La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Supercoupe d'Algérie de hand : Le CRBBA (messieurs) et le GSP (dames) vainqueurs    Incident de Oued Rhiou: Le parquet de la République ouvre une enquête    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    Apple dévoile 3 nouveaux iPhones et un nouvel iPad    14 postulants ont retiré les formulaires de souscription    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Les nouveaux walis délégués installés    Horreur à Oum El-Bouaghi    Des contrats gaziers à long terme prochainement renouvelés    7e Festival du melhoun du 25 au 27 septembre à Mostaganem    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    L'Algérie 4e en Afrique et 38e au niveau mondial    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    MCO : Suite à la suspension de CEO... Les Hamraoua en colère !    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 04 - 2019

Inlassables, les citoyens algériens ont investi en force les espaces publics, à travers les wilayas du pays, en ce 9ème vendredi consécutif avec le mot d'ordre « l'Algérie unie et indivisible ! Soyons ensemble », pour le départ du système, pour le changement pacifique et pour l'édification d'une deuxième République.
Bien que certaines forces anti-révolution ont, encore une fois, joué la carte identitaire et de régionalisme pour casser le hirak, quelques jours avant ce vendredi, la conscience des citoyens a déterminé la voie de ce mouvement populaire en marche. Le drapeau national a été brandi avec fierté par les manifestants à Alger, comme partout ailleurs à travers le pays, à côté du drapeau amazigh. « Khawa, khawa », «Silmiya, silmiya» (Pacifique, pacifique) scandaient les manifestants qui ont investi tôt le matin la Grande Poste d'Alger et la place Maurice Audin ainsi que la place Emir Abdelkader. Les manifestants affluaient vers la capitale au fil des heures, en dépit des barrages filtrants mis en place par les services de la gendarmerie, notamment du côté Est d'Alger, à Dar El Beïda et au niveau du point de contrôle des Bananiers.
Et pour éviter le scénario « catastrophique » du vendredi dernier, où des gaz lacrymogènes ont été lancés dans le Tunnel des facultés entraînant des blessures et des étouffements dans les rangs des manifestants et de la police, les éléments anti-émeute ont carrément barricadé l'entrée et la sortie du tunnel pour empêcher les manifestants d'y passer. Il faut le reconnaître, les services de la police étaient plus « cléments » que le vendredi dernier. Un retour à la normale si on ose dire, des sourires affichés sur les visages de certains policiers qui ont juste veillé à assurer la sécurité des manifestants et à les encadrer.
Les pancartes brandies résumaient les aspirations du peuple et qui attendent d'être exhaussées. Sur des banderoles et des pancartes on pouvait lire : « de 1999-2019, normalement c'est l'heure de la vidange », « on doit s'organiser au niveau de chaque commune, douar ou quartier pour élire des représentants du peuple ». Sur d'autres banderoles s'est écrit « le peuple vigilant face à l'intox », « le système doit dégager dans son ensemble ». Les manifestant grands et petits scandaient ensemble « c'est le balayage, Bensalah dégage » ou « Gaïd Salah t'est où, le gang est toujours en liberté ».
Il faut préciser que mis à part les jeunes secouristes volontaires présents en force lors de cette marche, il y avait aussi des jeunes bénévoles portant des gilets oranges sur lesquels il est écrit « silmiya » qui ont dressé des fils ou un barrage entre les manifestants et les services de sécurité pour empêcher toute confrontation. Contrairement au vendredi passé, aucun incident n'a été enregistré hier à Alger jusqu'à 17h30.
Une transition sans les symboles du système
A Oran, ni la baisse du thermomètre ni les pluies qui ont commencé à tomber depuis la veille n'ont ébranlé la mobilisation des manifestants à cette marche du neuvième vendredi du hirak. Pourtant, durant les premières minutes ayant suivi la fin de la prière du vendredi, rien ne semblait indiquer une affluence comme celle des semaines précédentes. Beaucoup de citoyens ont ainsi choisi de manifester en famille mais circulant en voiture. A la rue Larbi Ben M'hidi, de petits groupes composés de trois à quatre personnes attendaient patiemment l'arrivée des premiers convois de manifestants en provenance de la place du 1er Novembre. Une arrivée qui a quelque peu tardé, laissant présager une mobilisation plutôt timide pour cette semaine, à cause des mauvaises conditions météo. Mais une demi-heure plus tard, la marche commence à montrer le bout du nez et les chants se font entendre au loin. Au fur et à mesure que le temps passe, la foule commence à grossir, et pour couronner le tout, la pluie cesse enfin de tomber, laissant place aux premiers rayons de soleil qui font leur apparition.
La marche emprunte son itinéraire habituel : Place d'Armes-Larbi Ben M'hidi-Miramar-Pont Zabana-Front de Mer- Place du 1er Novembre. Côté slogans, le fameux « yetnahaw gaâ » (Qu'ils dégagent tous) est toujours de mise de même que le célèbre chant « la Casa d'El Mouradia » devenu au fil des semaines l'hymne officiel du mouvement. De nouveaux slogans font en revanche leur apparition. Beaucoup font référence au corps magistral comme celui qui « appelle les juges à s'occuper des enquêtes sur la corruption plutôt que d'annoncer leur boycott d'éventuelles élections ». Cette dernière question a justement constitué un vrai débat improvisé dans la rue de certains groupes de manifestants avant le début de la marche. Si pour certains une élection présidentielle à la date du 4 juillet prochain est un scénario tout à fait envisageable pourvu que les symboles de l'ancien régime ne fassent pas partie de la transition, pour d'autres, en revanche, une solution viable à la crise nécessite un assainissement en profondeur des institutions, de l'administration et des textes, donc forcément plus de temps avant d'envisager véritablement des élections libres et transparentes.
« Ni Bensalah ni Bedoui, nous ne voulons pas de la gouvernance des symboles de Bouteflika », criait, à Constantine, une foule immense en ce 9e vendredi consécutif de manifestations. Aux environs de 14h30, le centre-ville de l'antique Cirta grouillait de monde, avec l'emblème national qui flottait au vent là où on pouvait jeter un œil. Organisés dans des carrés, les manifestants reprenaient en chœur les slogans chers au mouvement populaire, en l'occurrence « système dégage ». Sur une large banderole, on pouvait voir les photos des responsables de partis politiques de l'ex-alliance présidentielle, Ouyahia, Bouchareb, Ghoul et Benyounes, ou encore de Bensalah et Bedoui, avec des croix rouges qui barraient leurs portraits. Le message est clair, « dégagez tous autant que vous êtes », certains iront jusqu'à les conjurer au nom de Dieu, « par Dieu partez, ne restez pas plus longtemps », pouvait-on lire sur une large banderole. Un autre manifestant habillé en tenue représentant un diable portait une pancarte sur laquelle il était écrit « je ne vous ai pas demandé de voler l'argent du peuple, moi le diable je suis innocent de vos méfaits ».
Dans un carré, on a pris le temps de s'arrêter devant un dispositif de sécurité pour rappeler le caractère pacifique de la manifestation, lancer devant les policiers « Chorta, chaab, khawa khawa » (police et peuple frères), et d'autres fois chanter l'hymne national Qassaman, avec des enfants en tête qui mènent le chant. La mobilisation populaire ne faiblit pas malgré les tergiversations face aux revendications, le départ des principaux ‘2B', Bensalah et Bedoui. On ne manquera pas également de dénoncer à gorges déployées les voleurs qui ont dépouillé le pays (klitou labled ya sarakine). Les milliers de citoyens, toutes catégories confondues, qui, comme d'habitude, ont afflué de tous les quartiers vers le centre-ville pour participer à cette 9e marche, maintiennent la pression pour changer radicalement le système politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.