POURSUIVI POUR « TRAFIC FONCIER » : Abdelkader Zoukh placé sous contrôle judiciaire    JSK : Belaïli : «Je suis doublement content»    MCA : Bakir tranchera son avenir avant la fin de la semaine    Ma réaction de citoyen au dernier discours du « Guide Suprême de la Nation », AGS !    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    La société civile pour une transition de «rupture»    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Une victoire pour se mettre au vert    Le cas Ounas divise les Verts    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Autopsie d'un complot    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    La crise, c'est eux!    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Dialogue… ?    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si c'était la solution ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 05 - 2019

L'appel pour une solution consensuelle lancé hier par Ali Yahia Abdennour, avocat et militant des droits de l'Homme, Ahmed Taleb Ibrahimi, ancien ministre, et Rachid Benyellès, général à la retraite, n'apporte rien de nouveau à l'équation de la crise algérienne apparemment insoluble pour le moment du fait de la détermination de l'état-major de s'en tenir à la feuille de route qui conduit aux présidentielles du 4 juillet prochain. L'appel des trois hommes n'est pas le premier du genre, puisque le trio avait écrit, le 7 octobre 2017, que « pour nous faire entendre et faire barrage à ceux qui ont confisqué notre destin depuis près de vingt ans, nous devons parler d'une seule voix et nous mobiliser derrière ceux des partis d'opposition qui s'engageront à respecter un programme d'action commun, visant l'instauration de la démocratie, l'application de la justice sociale et le respect des libertés individuelles et publiques ». Même s'ils se sont fait attaquer sur le fond et la forme à l'époque, leur appel avait ce quelque chose de mobilisateur, de prémonitoire. La solution consensuelle proposée par les trois personnalités nationales passe impérativement, selon eux, rejoignant d'autres avis de l'opposition, par « une période de transition de courte durée, conduite par des hommes et des femmes n'ayant jamais appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années » prélude à « l'instauration d'un Etat de droit et d'une véritable démocratie ». Une période nécessaire pour mettre en place le processus électoral, alternative rejetée par Gaïd Salah pour qui, la solution constitutionnelle est à même de garantir le respect des institutions en Algérie. Difficile donc de présager de l'avenir de cette initiative et si elle sera prise en considération, pourtant et avec la présence de Taleb Ibrahimi parmi les signataires, plusieurs interrogations s'imposent. En effet, l'ancien ministre des Affaires étrangères sous Chadli est donné comme le favori de l'armée pour présider un comité de transition politique. Ibrahimi devait même en principe annoncer, vendredi dernier, son projet de sortie de crise ou au plus tard aujourd'hui, dimanche. Et si cet appel était exactement cette solution consensuelle tant attendue malgré que la rue ait d'ores et déjà refusé d'adouber l'ancien apparatchik.
En signalant que les Algériens refusent de composer avec des hommes et des femmes qui ont appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années, allusion directe au gouvernement Bedoui et à Bensalah, le chef de l'Etat par intérim, cet appel rejoint l'idée d'un Ibrahimi, personnalité consensuelle, pouvant conduire cette transition.
L'implication même de Ali Yahia Abdenour sonne comme un engagement de la part de l'avocat à entériner cette proposition. Auquel cas, l'option du 4 juillet devient caduque et on se dirigera alors vers une période de transition chapeautée par Taleb Ibrahimi, comme le veut l'armée, sans les 3 B, comme l'exige la rue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.