Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Et si c'était la solution ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 05 - 2019

L'appel pour une solution consensuelle lancé hier par Ali Yahia Abdennour, avocat et militant des droits de l'Homme, Ahmed Taleb Ibrahimi, ancien ministre, et Rachid Benyellès, général à la retraite, n'apporte rien de nouveau à l'équation de la crise algérienne apparemment insoluble pour le moment du fait de la détermination de l'état-major de s'en tenir à la feuille de route qui conduit aux présidentielles du 4 juillet prochain. L'appel des trois hommes n'est pas le premier du genre, puisque le trio avait écrit, le 7 octobre 2017, que « pour nous faire entendre et faire barrage à ceux qui ont confisqué notre destin depuis près de vingt ans, nous devons parler d'une seule voix et nous mobiliser derrière ceux des partis d'opposition qui s'engageront à respecter un programme d'action commun, visant l'instauration de la démocratie, l'application de la justice sociale et le respect des libertés individuelles et publiques ». Même s'ils se sont fait attaquer sur le fond et la forme à l'époque, leur appel avait ce quelque chose de mobilisateur, de prémonitoire. La solution consensuelle proposée par les trois personnalités nationales passe impérativement, selon eux, rejoignant d'autres avis de l'opposition, par « une période de transition de courte durée, conduite par des hommes et des femmes n'ayant jamais appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années » prélude à « l'instauration d'un Etat de droit et d'une véritable démocratie ». Une période nécessaire pour mettre en place le processus électoral, alternative rejetée par Gaïd Salah pour qui, la solution constitutionnelle est à même de garantir le respect des institutions en Algérie. Difficile donc de présager de l'avenir de cette initiative et si elle sera prise en considération, pourtant et avec la présence de Taleb Ibrahimi parmi les signataires, plusieurs interrogations s'imposent. En effet, l'ancien ministre des Affaires étrangères sous Chadli est donné comme le favori de l'armée pour présider un comité de transition politique. Ibrahimi devait même en principe annoncer, vendredi dernier, son projet de sortie de crise ou au plus tard aujourd'hui, dimanche. Et si cet appel était exactement cette solution consensuelle tant attendue malgré que la rue ait d'ores et déjà refusé d'adouber l'ancien apparatchik.
En signalant que les Algériens refusent de composer avec des hommes et des femmes qui ont appartenu au système profondément corrompu des vingt dernières années, allusion directe au gouvernement Bedoui et à Bensalah, le chef de l'Etat par intérim, cet appel rejoint l'idée d'un Ibrahimi, personnalité consensuelle, pouvant conduire cette transition.
L'implication même de Ali Yahia Abdenour sonne comme un engagement de la part de l'avocat à entériner cette proposition. Auquel cas, l'option du 4 juillet devient caduque et on se dirigera alors vers une période de transition chapeautée par Taleb Ibrahimi, comme le veut l'armée, sans les 3 B, comme l'exige la rue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.