Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    Le Polisario bombarde la zone de Guerguerat    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Les saillies d'une réforme prévue "avant la fin de l'année"    La terre a tremblé à Batna et Tizi-Ouzou    227 nouveaux cas et 2 décès en 24h    Timides avancées et grandes désillusions    Arsenal : La réaction d'Arteta au départ d'Özil    Tournoi de l'UNAF (U17): l'Algérie valide son billet pour la CAN 2021    Arsenal : Mikel Arteta évoque le dossier Martin Odegaard    Le parquet demande la confirmation de la peine de trois ans de prison contre Kechida    La sardine et le charlatan    Un ministre au cœur de la polémique    Les propositions du mouvement El-Islah    Madoui prend le relais    La «seconde jeunesse» de Koudri    Toujours pas de conclusions    La situation sanitaire s'aggrave    La RASD exprime sa gratitude à la Namibie    Masque anti-âge avec de la vaseline    Régime et hypertension artérielle    139 corps découverts dans les charniers de Tarhounah    Flâneries, émerveillement et regrets !    Après 77 jours d'isolement à Florence, Michel-Ange et Raphaël enfin déconfinés    Vente d'un manuscrit unique sur la bataille d'Austerlitz annoté par Napoléon    Mohamed Baba-Nedjar transféré à l'hôpital    Les joueurs de nouveau en grève    Mourad Karouf, nouvel entraîneur    Le MJS gèle les suspensions prononcées depuis juin 2020    Ourida Lounis. Avocate : «Nous plaidons pour la réhabilitation des victimes»    Visite d'inspection du ministre des Travaux publics : Mise en service de plusieurs infrastructures    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    Le procès commencera la deuxième semaine de février    Les rebelles pointés du doigt par l'ONU    Les souscripteurs AADL 1 crient leur ras-le-bol    Gel des importations des viandes rouges : Quel impact sur le marché local ?    Le FFS se prononce sur le climat politique : «Les élections ne sont pas une solution à la crise actuelle»    Un an de prison ferme requis    "Nous avons gagné la guerre, nous ne sommes pas demandeurs d'excuses..."    Hosni Kitouni. Chercheur en histoire et auteur : «Ce qui nous importe, c'est le jugement que nous portons nous-mêmes sur la colonisation»    Abdelmadjid Guemguem, alias Guem, est décédé    De la philosophie comme remède à l'Institut français d'Alger    Bouira - Covid-19 : 12 transporteurs verbalisés    Quand un vol de bétail se termine par un drame    Banque mondiale: Vers une reprise partielle de l'économie algérienne    La pâleur d'une façade    Vingt-cinq doses de vaccin Covid-19    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aviculture: La consommation de volaille en hausse de 10 % par an
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 05 - 2019

  La consommation de la volaille en Algérie a enregistré une augmentation permanente au cours des vingt dernières années, estimée à 10 % chaque année, contre 2 à 3% au niveau mondial, a indiqué à l'APS un membre du Conseil interprofessionnel de la filière avicole (CNIFA), Dr. Nadjib Tekfa. «En l'an 2000, avec 30 millions d'habitants, nous consommions environ 10kg de viande blanche par habitant annuellement. Aujourd'hui avec une population de 42 millions, nous en sommes à 20kg/habitant», a expliqué le Dr Tekfa, en estimant que cette tendance haussière devrait se poursuivre du fait de la croissance de la population. Soulignant le rôle incontournable de la filière avicole dans la sécurité alimentaire du pays, cet ancien directeur des services vétérinaires au ministère de l'Agriculture, a avancé que la volaille restait le seul modèle à croissance rapide pour satisfaire la demande nationale en protéine animale, étant donné que les surfaces agricoles et les ressources en eau sont limitées. «Il faut 1,7 kilogramme (kg) d'aliment pour faire un (1) kg de viande blanche, contre 8 kg d'aliment pour faire un (1) kg de viande rouge», a-t-il fait valoir.
A l'échelle internationale, les généticiens ont pu développer, grâce aux nouvelles technologies (génomique, numérisation), un poulet plus résistant aux maladies pour diminuer l'usage d'antibiotique. La tendance actuelle est zéro antibiotiques dés que possible, a-t-il fait observer. En Algérie l'élevage avicole «s'est améliorée au fil du temps», a affirmé le Dr Tekfa, expliquant qu'à la naissance de l'aviculture moderne nationale vers 1980, l'aliment, destiné au poulet de chaire contenait un antibiotique pour accélérer la croissance de l'animal. «Mais la législation Européenne s'est améliorée avec le temps en bannissant les antibiotiques facteurs de croissance et législation algérienne a suivi en interdisant les antibiotiques dans l'aliment des volailles», a-t-il fait savoir.
L'Algérien doit changer ses habitudes de consommation
Il a, cependant, admis que la disparition du monopole de l'Etat sur le médicament vétérinaire, à compter de 1998, avait mené à une «utilisation abusive» des antibiotiques du fait de «la manipulation des firmes pharmaceutique étrangères». Cette période a vu la naissance de plusieurs sociétés d'importation de vaccins et de produits vétérinaires, a-t-il rappelé. Pour s'imposer auprès de leurs fournisseurs, qui sont les multinationales du médicament, ces sociétés importatrices devaient prouver leur poids sur le marché en faisant le plus gros chiffre d'affaires possible. «C'est ainsi que ces multinationales ont diffusé et vulgarisé des programme de vaccination et de traitements où l'usage des antibiotiques était scandaleux», a-t-il dénoncé, regrettant le fait qu'elles aient réussi à faire admettre aussi bien aux vétérinaires qu'aux éleveurs qu'il était indispensable de donner aux animaux des antibiotiques, à titre préventif, ce qui était en réalité contre le bon sens scientifique et médical. Cette «phase de manipulation» au cours de laquelle l'esprit commercial a totalement dominé la médecine vétérinaire a perduré pendant 20 ans, a-t-il relevé. «Mais actuellement les choses ont évolué positivement grâce au niveau de maturité et d'expérience des éleveurs, la maîtrise des techniques d'élevage, les investissements dans des infrastructures modernes. Aussi, l'usage des antibiotiques ne se fait qu'à titre curatif», a-t-il assuré. Par ailleurs, «l'exigence des consommateurs sur les normes de qualité du poulet de chair industriel et le souci croissant de préservation de la santé publique, obligent les aviculteurs à se conformer à la règlementation et aux normes de qualité, en limitant de plus en plus l'usage de telles substances, y compris en Algérie», a-t-il assuré. L'Algérien, a-t-il préconisé, doit changer ses habitudes de consommation en cessant d'exiger un gros poulet bon marché, en soutenant que l'idéal, serait de consommer un poulet à croissance lente, résistant et plus gouteux. Seulement ce poulet à croissance lente, résistant et plus gouteux, coûte plus cher et «n'est pas accepté par le marché national». Pour preuve, son introduction en Algérie au début des années 2000, a été «un échec», a-t-il argumenté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.