CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    483 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Covid-19/sétif: appel aux volontaires médecins et paramédicaux pour prêter main forte au staff médical en activité    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    TAMANRASSET : Un terroriste capturé à In M'guel    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Cap sur les mines    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Démission du ministre de la Justice    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vers une hausse du prix du poulet
Réorganisation de la filière avicole
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2016

En plus de l'informel, cette activité enregistre de « grosses pertes en matière de mortalité due à de multiples maladies », a alerté Mohamed Aidouni, membre chargé du segment élevage au sein du Conseil national interprofessionnel de la filière aviculture (CNIFA). Pour parer à ce dysfonctionnement, une nouvelle réorganisation sera mise en place. Celle-ci sera appliquée conformément à la feuille de route arrêtée par le ministère de l'Agriculture, du Développement rural et de la Pêche en concertation avec le CNIFA lors d'une réunion tenue le 31 décembre 2015. Ainsi, il est question de consolider et d'enrichir les propositions du Conseil interprofessionnel de la filière avicole, de réunir les conditions d'anticipation des interventions publiques et privées pour la régulation et l'organisation de la filière avicole entre le ministère, les professionnels de la filière et les institutions, les banques et les dispositifs d'accompagnement à l'investissement. Il est également question de lancer un plan d'action et des mesures déclinées en échéances de court, moyen et long terme. Ce plan d'action sera consolidé et partagé entre les différents intervenants, publics et privés, de la filière au courant du mois de janvier. Selon un membre du CNIFA, onze préoccupations ont été soulevées à cette occasion par le ministre. Les professionnels demandent un accompagnement en vue de réorganiser la filière caractérisée par « l'anarchie » due à l'informel « qui se taille la part du lion de l'activité dépassant les 50% », affirme Aidouni.
En outre, le CNIFA a souligné l'importance de la réhabilitation du système de régulation des produits agricoles de large consommation (Syrpalac). En outre, les professionnels de la filière ont demandé à être associés dans l'établissement des programmes d'importation des poussins de chair et de reproduction. « Cela nous permettra d'anticiper sur les productions, et par conséquent, de réguler la production et de stabiliser les prix ». Et d'ajouter : « Il est nécessaire d'instaurer le respect des quotas des facteurs de production pour éviter aux éleveurs de travailler à perte. » Prenant en exemple les œufs, le prix idéal de vente devrait se situer, selon Aidouni, entre 260 et 270 DA la plaquette de 30 en contrepartie d'un prix de revient de 240 DA. Pour le poulet vif, le prix de vente devra être fixé à 280 DA/kg avec un maximum de 300 DA/kg. « Ce qui est recherché, c'est l'instauration d'un prix de référence et un autre prix plafonné. Ce qui arrangerait et les consommateurs et les éleveurs », soutient-il.
Les vaccins utilisés inefficaces
L'autre problème auquel sont confrontés les éleveurs est d'ordre sanitaire. Selon le CNIFA, des pertes considérables en termes de quantité et de gains ont été enregistrées suite aux maladies qui ont touché le cheptel telles la Newcastle, la bronchite infectieuse et la salmonelle.
« Nous devons coordonner nos actions avec les services vétérinaires comme il est impératif de respecter le programme prophylactique, car les vaccins importés ne sont pas efficaces », souligne Aidouni. Concernant la production de viande blanche, elle est de l'ordre de 400.000 tonnes par an, selon les chiffres de l'administration.
« Si on l'additionne à la production du circuit informel, cette quantité derva atteindre le double », souligne le responsable du CNIFA, précisant que la consommation du poulet est de l'ordre de 18/kg/habitant /an alors que celle des œufs avoisine les 300/habitant/an.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.