Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 05 - 2019

La marche pacifique des étudiants, à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant, s'est déroulée hier sous une très haute surveillance policière. Des dizaines de policiers étaient postés sur plusieurs artères et places d'Alger centre. Le dispositif sécuritaire a été pratiquement doublé sur certains points du parcours habituel de la marche. Ainsi, dès le début de la matinée, un nombre impressionnant de policiers anti-émeutes étaient stationnés à la place Audin, alors que d'autres étaient devant le portail de la faculté centrale où les jeunes manifestants s'étaient rassemblés, dès 10h30, en attendant de grossir leur nombre pour démarrer la marche. La police avait également renforcé son dispositif pour empêcher l'accès à la Grande Poste. Des camions de « casques bleus » étaient déployés aussi sur d'autres artères, comme Asselah Hocine et Zighoud Youcef, bloquant carrément la circulation.
Bardés de leurs banderoles et drapeaux, des centaines d'étudiants ont démarré la marche vers 11h à partir de la faculté centrale. Aux classiques slogans exigeant le départ des « 3 B » (Bensalah, Bedoui, Bouchareb), symboles du pouvoir, et le rejet de la présidentielle du 4 juillet, se sont ajoutés ceux à l'encontre de Gaïd Salah, mais également des slogans de circonstance pour rappeler la grève générale du 19 mai 1956 menée par l'UGEMA. Des dizaines de pancartes étaient déployées, dont plusieurs reprenaient ce thème de la Journée nationale de l'étudiant : « 19 mai 1956 - 19 mai 2019, Nous avons appris qu'un droit s'arrache et ne s'accorde pas », « A ceux qui ont libéré le pays, vos petits-enfants vont libérer le peuple ».
La marche qui s'est dirigée vers la Grande Poste, qui a été interdite d'accès aux manifestants, a été vite réorientée par les organisateurs vers le boulevard Ben Boulaïd pour aller vers le tribunal Sidi M'hamed. Là aussi, surprise, des camions de la police bloquaient l'accès à la rue Asselah Hocine. Un dispositif similaire a été instauré pour empêcher les étudiants de passer du côté de l'APN où des camions barraient l'accès à Zighoud Youcef depuis le Parc Sofia jusqu'à la chambre basse du Parlement. Cela n'a pas empêché les centaines d'étudiants d'atteindre le tribunal Sidi M'hamed où ils ont observé une halte pour scander des slogans appelant à une « Justice indépendante».
Plus tard, vers 13h et plus, les étudiants se sont arrêtés devant le siège du Conseil de la Nation. A ce niveau de la manifestation, les policiers interviennent pour disperser les étudiants provoquant quelques échauffourées. Des informations non confirmées font état de l'interpellation de quelques étudiants.
A Constantine, les étudiants ont organisé, hier, une marche au centre-ville pour renouveler leur exigence du changement avec le départ des symboles du système politique qui a gouverné le pays durant ces vingt dernières années. Cette manifestation des étudiants qui intervient hors de leur rendez-vous hebdomadaire du mardi, coïncide avec la célébration du 19 Mai, la Journée de l'étudiant. Ainsi, les étudiants ont organisé leur propre célébration de cette journée mémorable en parallèle au maigre cérémonial officiel organisé par les autorités locales à l'occasion de la célébration du 19 Mai. Les étudiants, ainsi que des enseignants universitaires, ont observé un rassemblement devant le palais de la culture Med Laïd Al Khalifa, après une marche à travers le circuit habituel, soit le boulevard de la République et l'avenue Abane Ramdane. Comme à l'accoutumée, les manifestants portaient des affiches où l'on pouvait lire « dégagez », « Djazaïr djoumhouria machi mamlaka » (Algérie républicaine et non un royaume), sans s'arrêter de scander des slogans hostiles au gouvernement, contre le chef de l'Etat, Bensalah, et le Premier ministre, Bedoui.
Le cordon sécuritaire déployé au centre-ville a tout juste canalisé les manifestants, les empêchant de se diriger vers le siège de la wilaya, sans intervenir. Une manifestation qui s'est déroulée, donc, dans une atmosphère pacifique, « Silmia », comme le scandaient les étudiants, mis à part quelques accrochages entre des manifestants et des automobilistes qui ont tenté de passer à travers la masse des étudiants en marche sur la chaussée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.