En France, la fête jusqu'au bout de la nuit…    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    L'Alliance présidentielle décapitée    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    La présidence dit oui    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    La cérémonie en Egypte    Pas de représentant algérien à la CAF    Les syndicats ne cachent pas leur colère    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ALGER N'EST PAS L'ALGERIE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 17 - 06 - 2019

Il faudra bien d'abord convenir d'une grande vérité : Alger n'est pas l'Algérie. Quelles que soient l'épaisseur de son rôle névralgique et la latitude de son pouvoir de regroupement des élites, son profil de capitale politique n'a d'égal et de consistance que la vague portée, prêtée par l'Algérie profonde. Il en est de même pour ce que l'on retient aujourd'hui de société civile. La culture citoyenne étant ce qu'elle est, les citoyens lambda du Tell ou de l'Ouarsenis ont des perceptions très mitigées, souvent faites de soupçons sinon de rejet sur ceux qui ont la prétention de les représenter. Les éléments et les associations qui la composent ne sauraient être en cause et ceux qui suent à Alger à trouver des solutions en ce moment avec sérieux et constance pour ancrer tous les Algériens dans le bonheur et la prospérité sont dans leur majorité des personnes respectables pétries d'une bonne foi incontestable. Il va donc de soi que les propositions toutes aussi intéressantes les unes comme les autres, formulées par ceux qui se sont avancés pour représenter le mouvement de contestation nationale, sont à retenir et à prendre en considération.
Cependant au cœur de la floraison des positions et des propositions de ceux qui s'affichent en représentants du Hirak, le problème de la représentativité s'interpose comme une embûche insurmontable tout au long de leurs réunions des dernières semaines. N'est pas, en effet et en toute logique, porte-parole d'un peuple qui veut, et malgré le bien-fondé de sa légitimité, l'activisme positif au demeurant d'associations reconnues légales et officielles ne saurait à lui seul assumer le rôle lourd et délicat de parler au nom de la grande majorité des Algériens.
Cette majorité a envahi la Rue avec une dignité et une sagesse qui ont ébahi le monde entier. Dans le sillage d'une élection présidentielle hâtive, il est improbable qu'elle puisse se conformer unanimement à la seule bravoure de quelques prétendants.
Ne serait-il pas plus judicieux de s'inspirer des acceptables démocraties d'à travers le monde et commencer par dissoudre le Parlement et ouvrir des législatives avec toutes les garanties qui s'imposent.
Notre élite s'armerait d'un œil de lynx et les millions du Hirak entreprendraient une autre marche en gardant son esprit, pour le choix de représentants avec une légitimité sans faille. Ainsi sera pousée à son extrême la responsabilité des marcheurs.
Alors le reste pourrait suivre dans la sérénité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.