Crise politique et dialogue national: Une liste et des couacs     22ème vendredi de protestation: «Pas de dialogue sans la libération des détenus d'opinion»    Affaires Haddad et Tahkout: Ghoul en prison, Zoukh sous contrôle judiciaire    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Sénégal 0 - Algérie 1: Héroïques jusqu'au bout    Analyse - Un cocktail à l'algérienne    Comment ils ont joué    Bac: un taux de réussite de 49,06%    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Edition du 20/07/2019    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Le «Hirak» se hisse au sommet de l'Afrique des peuples !    6.800 agents et 25 laboratoires en alerte    Position du Collectif de la société civile du dialogue national    Le peuple tient le cap    Dix personnes incarcérées    Un intérêt soutenu pour la filière blé    Le groupe Sonelgaz accompagnera le programme national    Plusieurs vétérinaires pour le contrôle de la vente et de l'abattage    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Les téléspectateurs toujours emballés    Lancement de la 2e phase qualificative    Le casse-tête des médecins spécialistes    Entre satisfactions et défaillances…    Un diplomate turc tué à Erbil    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ORAN : Démantèlement d'un réseau de trafic de véhicules    PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Constantine : les lauréats du concours Cheikh Abdelhamid-Benbadis récompensés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Autre football
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 06 - 2019

Cela peut paraître inopportun ou inintéressant de parler de football en ces temps où la chronique judiciaire et l'actualité politique remplissent le quotidien des Algériens. Mais à l'approche de la Coupe d'Afrique des nations de football, les inconditionnels des Verts pensent déjà à s'équiper pour pouvoir suivre dans de bonnes conditions de confort et d'ambiance, les retransmissions des matchs et ne pas rater les prestations de la sélection nationale en Egypte.
Le pays organisateur de la CAN 2019, bien rodé dans ce genre de compétitions, a mis tous les moyens pour que les Egyptiens soient prêts pour ce rendez-vous africain. Il est question, pour eux, de fierté nationale, de gloire et de grandeur d'«Oum Dounia» qu'il faut défendre à tout prix. Pendant cette compétition, les Egyptiens vont vivre à fond cet évènement. Leurs soucis quotidiens seront reportés à la faveur du rouge et noir de leur équipe. Ils n'auront d'yeux que pour les Pharaons et Salah, l'idole de la ville qui a vu naître les Beatles sera le centre du monde égyptien, son autre pyramide. Tous les espoirs d'un peuple et l'espérance d'un pays reposent sur ce prodigieux joueur que les grands clubs européens désirent l'avoir avec eux. Il est le porte-joie et le porte-bonheur des masses qui s'arrachent ses maillots, ses posters et tous les articles portant son nom et sa photo. C'est fou le football. C'est magique. C'est euphorique. C'est l'opium des peuples que Marx n'a pas connu en son temps. Les politiques l'ont compris et l'utilisent comme dans la Rome antique lors des troubles sociaux. A cette époque, l'empereur distribuait du pain et organisait des jeux de cirque pour calmer les esprits et les hypnotiser. Panem et circenses, l'ancien Emir du Qatar l'a aussi compris. Il a su faire sortir son minuscule pays de l'anonymat, et s'il est connu aujourd'hui à travers la planète, c'est aussi grâce au football et à ses chaînes de télévision qui ont eu l'exclusivité de la retransmission des matchs des phases finales de la Coupe du monde de football et de plusieurs championnats continentaux, de l'achat de Paris SG et du sponsoring de grands clubs européens. En 2022, le petit émirat organisera le Mondial que peu de nations ont réussi à l'avoir chez elles. Sauf qu'à la place du pain (panem), l'Emir a distribué des chèques libellés en dollars us pour faire son cirque (circenses). Pendant que les dirigeants arabo-musulmans dépensent sans compter pour le football, ils ne le composent presque jamais au féminin, car la femme reste minorée sous le tutorat masculin et sa voix muselée ne compte pas dans les affaires de la cité. Malgré les avancées notables dans sa situation de femme rivalisant avec son alter ego dans tous les domaines du savoir, de l'innovation, de la créativité intellectuelle et dans le managérial, son statut la garde confinée entre quatre murs et cachée sous le voile. Elle reste cet objet précieux, cette génitrice qui assure la continuité du génome mais elle est aussi cette source de discorde pour les machistes et les sexistes de tous bords. Sa visibilité a toujours été intolérable et insupportable pour des raisons culturelles surchargées de bigoterie. Et si ce n'était pas l'intransigeance du Comité international olympique et des fédérations internationales, il n'y aurait certainement pas d'athlètes féminines participant aux Jeux olympiques et aux championnats du monde (tous sports confondus). Bien qu'en Afrique du Nord, le sport féminin -en individuel comme en équipe- ait eu ses moments de gloire avec des athlètes maghrébines médaillées aux Jeux olympiques et dans les Championnats du monde, le sport féminin semble prendre la courbe descendante allant droit vert l'extinction et l'on ne verra plus les Nawel El Moutawekel, Hassiba Boulmerka, Habiba Ghribi… Mais il ne faut pas croire que le conservatisme rétrograde est le propre des seuls Arabo-Musulmans. Le philosophe Alain Finkielkraut a dit cette semaine dans une interview : «Je n'aime pas le football féminin… C'est pas possible ! Mais après on va faire le rugby féminin?... Bien sûr l'égalité, mais un peu de différence ! C'est très bien que les femmes jouent au football... Ce n'est pas comme ça que j'ai envie de voir des femmes... Et après vous allez me demander de regarder un match de boxe entre femmes ?» Malheureusement, la bêtise n'est pas concentrée en un seul endroit, elle est métastasée dans tous les tissus pour pouvoir l'extirper et interdire ce qui n'est interdit qu'aux femmes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.