CAN 2021. Botswana 0 – Algérie 1 (Groupe H) : Les Verts terminent l'année en beauté    L'Algérie rejette les positions considérant les colonies israéliennes comme "ne contrevenant pas au droit international"    Code barres: plus de 400.000 produits sont codifiés en Algérie    Gaïd Salah: le peuple algérien a prouvé qu'il est "un peuple des grands défis"    L'économie du savoir permet la diversification de la production hors hydrocarbures    Chlef: quatre personnes arrêtées et saisie de plus de 53.000 unités de boissons alcoolisées    ILS TENTAIENT DE RALLIER DES GROUPES TERRORISTES AU SAHEL : Huit individus arrêtés à Relizane et Ghardaïa    Accidents de la route : 38 morts et 954 blessés en une semaine    COUVERTURE DE LA PRESIDENTIELLE : Les médias tenus de respecter les lois    Eucoco/Sahara occidental: plusieurs ateliers et rencontres au programme de la Conférence    CNAS D'ALGER : Plus de 82 millions de DA d'indemnisations pour les maladies professionnelles    ORAN : Démantèlement de deux réseaux de trafic de cocaïne    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 13ème journée    Les Européens divisés sur la réforme de l'élargissement à l'Est    18 200 unités vendues à fin octobre 2019    Octavia 4-G : le modèle qui avance, la gamme qui monte !    Opération ville morte à Tichy    Détends-toi ! Ménage tes nerfs ! Cool !    Début des travaux au stade du 5-Juillet    A la conquête de l'Amérique    Les permanences des candidats en stand-by    Les candidats, cible des étudiants    Le Président prêt à inclure des représentants du mouvement populaire au gouvernement    L'ONU «préoccupée» par les grâces de Trump aux militaires    Les services de la santé rassurent    «2049, l'année du serpent de terre…»    Venise sort la tête de l'eau après des inondations historiques    Schématisme et morale néolibérale    Parution d'"Une paix et amitié perpétuelles", de Tobjorn Odegaard    Les essais nucléaires de Reggane à travers la photo    Annulation des stages à l'étranger : Les universitaires s'indignent    LFP – Sanctions : Bouchar suspendu un match    JSMB – RCR : Victoire impérative pour les Béjaouis    Infos Campus    El Oued: Benflis rejette tout lien avec l'ancien système    Blida: Bengrina s'engage à éradiquer la corruption    Fonds détournés vers l'étranger: «Les autorités ont mis beaucoup de temps à agir»    Football - Ligue 2: Plusieurs duels intéressants à l'affiche    4 manifestants condamnés    Grève dans les écoles    Volkswagen investit pied au plancher    400 millions de dollars à l'horizon    Le ministre des Finances estime : "L'importance d'amender la Loi organique relative aux lois de Finances"    Ryad Mahrez parmi les 100 joueurs les plus précieux du monde    CAF : Waberi Hassan menace de démissionner    Journées d'Art Contemporain de Carthage 2019 (JACC) : " Les galeries à l'œuvre "    Cinéma : Les Misérables, un film social coup de poing sur la banlieue    Alger (Fondation Casbah): Recensement de 330 bâtisses menaçant ruine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Financement non conventionnel: L'Algérie renonce à la planche à billets
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassane Rabhi a affirmé, hier à Alger, que l'ère du financement non-conventionnel adopté par l'Algérie depuis quelques années, « était révolu ».
«Le gouvernement avait pris des mesures devant permettre au pays d'éviter les risques qui pourraient porter préjudice à l'Economie nationale». «La préservation de l'économie du pays et de ses institutions nationales est la responsabilité de tout un chacun », a souligné M. Rabhi en marge du lancement d'un programme de formation sur l'environnement au profit des journalistes.
Le gouvernement Bedoui vient, ainsi, remettre en cause la politique de financement non conventionnel, décidée par le gouvernement Ouyahia et qui a englouti, au 31 janvier 2019, 6.556 milliards de DA, selon des chiffres officiels. Décidée dans l'opacité la plus totale, la décision de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, d'actionner à plein régime la planche à billets, a été décriée par de nombreux économistes qui craignaient une hausse sans précédent de l'inflation.
Ahmed Ouyahia, aujourd'hui emprisonné à la prison d'El Harrach, pour des présumées affaires de corruption, avait expliqué la décision de recourir à ce type de financement dans un souci de préserver « la souveraineté économique » en évitant de recourir aux institutions financières internationale, à l'image du FMI.
Appelé à la rescousse, alors qu'il était le garant des équilibres budgétaires et de la politique monétaire du pays, le Gouverneur de la Banque d'Algérie (BA), Mohamed Loukal, avait soutenu la politique d'Ouyahia, en affirmant, en décembre dernier, que la gestion du mécanisme de financement non conventionnel était assurée jusque-là «avec succès» en dépit des risques liés notamment aux pressions inflationnistes.
Les déclarations du porte-parole du gouvernement, hier, soulèvent une question cruciale. Qu'est-ce qui a changé en l'espace de quelques mois pour remettre en cause une aussi lourde décision sachant que le maintien du financement non conventionnel, était régi par une loi qui permettait de prolonger l'opération jusqu'à 2022 ?
Il faut rappeler, également que la même loi ne fixait aucun plafond, et ce pour « laisser au gouvernement une marge de manœuvre lui permettant de recourir à ce mode selon les données financières et économiques». En somme, à son annonce le recours au financement non conventionnel a été présenté comme la seule issue pour éviter le chaos économique et social du pays. Il était destiné à relancer les leviers économiques qui devaient, par la suite, donner la possibilité à l'Etat de rembourser cette dette intérieure, et ce, à travers les retours d'investissement, la fiscalité ordinaire, et la fiscalité issue de l'activité des hydrocarbures. Aujourd'hui, nous savons où tout cet argent a été injecté. L'usage détourné de l'argent de la planche à billets, est sans conteste, si on se réfère à toutes les affaires traitées par la Justice qui a décidé de mettre en prison, hauts responsables et gros bonnets qui gravitaient autour du système et qui ont, grandement, profité de ces milliers de milliards de DA. Par ailleurs, répondant à une autre question sur un éventuel recours à l'endettement extérieur, le porte-parole du gouvernement a indiqué que « l'Algérie dispose de réserves de change lui permettant d'éviter ce scénario », se disant convaincu que l'Algérie se portera mieux avec « le travail sérieux, l'exploitation des atouts du pays et le renforcement du dialogue ». Là aussi le porte-parole reste évasif et ne donne aucune indication claire sur l'orientation de ce gouvernement, décrié, en outre, par des millions d'Algériens. Jusqu'à quand allons-nous émettre de l'argent sans contrepartie en productivité ? Et sur quelles bases et pour quel bilan ? Voilà les questions auxquelles devrait répondre le gouvernement, aujourd'hui concernant ce financement non conventionnel, décidé sans concertation comme si tout cet argent était un bien privé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.