PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Financement non conventionnel: L'Algérie renonce à la planche à billets
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassane Rabhi a affirmé, hier à Alger, que l'ère du financement non-conventionnel adopté par l'Algérie depuis quelques années, « était révolu ».
«Le gouvernement avait pris des mesures devant permettre au pays d'éviter les risques qui pourraient porter préjudice à l'Economie nationale». «La préservation de l'économie du pays et de ses institutions nationales est la responsabilité de tout un chacun », a souligné M. Rabhi en marge du lancement d'un programme de formation sur l'environnement au profit des journalistes.
Le gouvernement Bedoui vient, ainsi, remettre en cause la politique de financement non conventionnel, décidée par le gouvernement Ouyahia et qui a englouti, au 31 janvier 2019, 6.556 milliards de DA, selon des chiffres officiels. Décidée dans l'opacité la plus totale, la décision de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, d'actionner à plein régime la planche à billets, a été décriée par de nombreux économistes qui craignaient une hausse sans précédent de l'inflation.
Ahmed Ouyahia, aujourd'hui emprisonné à la prison d'El Harrach, pour des présumées affaires de corruption, avait expliqué la décision de recourir à ce type de financement dans un souci de préserver « la souveraineté économique » en évitant de recourir aux institutions financières internationale, à l'image du FMI.
Appelé à la rescousse, alors qu'il était le garant des équilibres budgétaires et de la politique monétaire du pays, le Gouverneur de la Banque d'Algérie (BA), Mohamed Loukal, avait soutenu la politique d'Ouyahia, en affirmant, en décembre dernier, que la gestion du mécanisme de financement non conventionnel était assurée jusque-là «avec succès» en dépit des risques liés notamment aux pressions inflationnistes.
Les déclarations du porte-parole du gouvernement, hier, soulèvent une question cruciale. Qu'est-ce qui a changé en l'espace de quelques mois pour remettre en cause une aussi lourde décision sachant que le maintien du financement non conventionnel, était régi par une loi qui permettait de prolonger l'opération jusqu'à 2022 ?
Il faut rappeler, également que la même loi ne fixait aucun plafond, et ce pour « laisser au gouvernement une marge de manœuvre lui permettant de recourir à ce mode selon les données financières et économiques». En somme, à son annonce le recours au financement non conventionnel a été présenté comme la seule issue pour éviter le chaos économique et social du pays. Il était destiné à relancer les leviers économiques qui devaient, par la suite, donner la possibilité à l'Etat de rembourser cette dette intérieure, et ce, à travers les retours d'investissement, la fiscalité ordinaire, et la fiscalité issue de l'activité des hydrocarbures. Aujourd'hui, nous savons où tout cet argent a été injecté. L'usage détourné de l'argent de la planche à billets, est sans conteste, si on se réfère à toutes les affaires traitées par la Justice qui a décidé de mettre en prison, hauts responsables et gros bonnets qui gravitaient autour du système et qui ont, grandement, profité de ces milliers de milliards de DA. Par ailleurs, répondant à une autre question sur un éventuel recours à l'endettement extérieur, le porte-parole du gouvernement a indiqué que « l'Algérie dispose de réserves de change lui permettant d'éviter ce scénario », se disant convaincu que l'Algérie se portera mieux avec « le travail sérieux, l'exploitation des atouts du pays et le renforcement du dialogue ». Là aussi le porte-parole reste évasif et ne donne aucune indication claire sur l'orientation de ce gouvernement, décrié, en outre, par des millions d'Algériens. Jusqu'à quand allons-nous émettre de l'argent sans contrepartie en productivité ? Et sur quelles bases et pour quel bilan ? Voilà les questions auxquelles devrait répondre le gouvernement, aujourd'hui concernant ce financement non conventionnel, décidé sans concertation comme si tout cet argent était un bien privé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.