Boukadoum appelle l'UA à assumer sa responsabilité face aux graves développements de la situation au Sahara occidental    Real : Pochettino candidat idéal en cas de départ de Zidane    Union parlementaire arabe: la résolution du Parlement européen loin de refléter la réalité en Algérie    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les bases militaires de l'occupation marocaine    Accord Opep+: poursuite des discussions mercredi avant la prise de décision finale jeudi    ANSEJ : le dispositif élargi à d'autres catégories outre les chômeurs    Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"    Le sergent-chef Lelmaya Sifeddine tombe en martyr au champ d'honneur à Jijel    Sahara occidental : des partis politiques réitèrent leur soutien au peuple sahraoui    Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    OGC Nice : Le coach d'Atal et Boudaoui bientôt viré ?    Tlemcen : Un couple asphyxié par le monoxyde de carbone    RESOLUTION DU PARLEMENT EUROPEEN SUR l'ALGERIE : Le tiers présidentiel au Sénat dénonce    C'EST LE MINISTRE DES FINANCES QUI LE DIT : Pas de bureaux de change en Algérie    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Nekkaz demande à Zeghmati de le remettre en liberté    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    EDUCATION NATIONALE : 50 000 DA pour le personnel touché par le Covid    ORAN : Démolition de cabanons à la plage Calypso d'Ain Feranine    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Report au 16 décembre du procès en appel des frères Kouninef    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Ouverture de nouvelles spécialités en master économie    Bayon, un autre SUV en préparation    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Le procès de Merzoug Touati renvoyé au 26 janvier 2021    L'opinion politique à l'appréciation des juges    Les travailleurs de l'Eniem investissent la rue    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Inquiétude des bénéficiaires    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    Décès de Mgr Teissier : la scène religieuse perd "un de ses fidèles serviteurs"    SADEG Bologhine : Presque 5 milliards DA de factures impayées    Ecole El Merdja Djedida à Baraki : Les parents d'élèves irrités par la dégradation    USM Bel-Abbès: Dans l'attente de solutions miracles    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    Indifférence aux prix    Devant être la rampe de lancement du développement national durable: l'école algérienne doit revoir sa copie (5ème partie)    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Financement non conventionnel: L'Algérie renonce à la planche à billets
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

Le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Hassane Rabhi a affirmé, hier à Alger, que l'ère du financement non-conventionnel adopté par l'Algérie depuis quelques années, « était révolu ».
«Le gouvernement avait pris des mesures devant permettre au pays d'éviter les risques qui pourraient porter préjudice à l'Economie nationale». «La préservation de l'économie du pays et de ses institutions nationales est la responsabilité de tout un chacun », a souligné M. Rabhi en marge du lancement d'un programme de formation sur l'environnement au profit des journalistes.
Le gouvernement Bedoui vient, ainsi, remettre en cause la politique de financement non conventionnel, décidée par le gouvernement Ouyahia et qui a englouti, au 31 janvier 2019, 6.556 milliards de DA, selon des chiffres officiels. Décidée dans l'opacité la plus totale, la décision de l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia, d'actionner à plein régime la planche à billets, a été décriée par de nombreux économistes qui craignaient une hausse sans précédent de l'inflation.
Ahmed Ouyahia, aujourd'hui emprisonné à la prison d'El Harrach, pour des présumées affaires de corruption, avait expliqué la décision de recourir à ce type de financement dans un souci de préserver « la souveraineté économique » en évitant de recourir aux institutions financières internationale, à l'image du FMI.
Appelé à la rescousse, alors qu'il était le garant des équilibres budgétaires et de la politique monétaire du pays, le Gouverneur de la Banque d'Algérie (BA), Mohamed Loukal, avait soutenu la politique d'Ouyahia, en affirmant, en décembre dernier, que la gestion du mécanisme de financement non conventionnel était assurée jusque-là «avec succès» en dépit des risques liés notamment aux pressions inflationnistes.
Les déclarations du porte-parole du gouvernement, hier, soulèvent une question cruciale. Qu'est-ce qui a changé en l'espace de quelques mois pour remettre en cause une aussi lourde décision sachant que le maintien du financement non conventionnel, était régi par une loi qui permettait de prolonger l'opération jusqu'à 2022 ?
Il faut rappeler, également que la même loi ne fixait aucun plafond, et ce pour « laisser au gouvernement une marge de manœuvre lui permettant de recourir à ce mode selon les données financières et économiques». En somme, à son annonce le recours au financement non conventionnel a été présenté comme la seule issue pour éviter le chaos économique et social du pays. Il était destiné à relancer les leviers économiques qui devaient, par la suite, donner la possibilité à l'Etat de rembourser cette dette intérieure, et ce, à travers les retours d'investissement, la fiscalité ordinaire, et la fiscalité issue de l'activité des hydrocarbures. Aujourd'hui, nous savons où tout cet argent a été injecté. L'usage détourné de l'argent de la planche à billets, est sans conteste, si on se réfère à toutes les affaires traitées par la Justice qui a décidé de mettre en prison, hauts responsables et gros bonnets qui gravitaient autour du système et qui ont, grandement, profité de ces milliers de milliards de DA. Par ailleurs, répondant à une autre question sur un éventuel recours à l'endettement extérieur, le porte-parole du gouvernement a indiqué que « l'Algérie dispose de réserves de change lui permettant d'éviter ce scénario », se disant convaincu que l'Algérie se portera mieux avec « le travail sérieux, l'exploitation des atouts du pays et le renforcement du dialogue ». Là aussi le porte-parole reste évasif et ne donne aucune indication claire sur l'orientation de ce gouvernement, décrié, en outre, par des millions d'Algériens. Jusqu'à quand allons-nous émettre de l'argent sans contrepartie en productivité ? Et sur quelles bases et pour quel bilan ? Voilà les questions auxquelles devrait répondre le gouvernement, aujourd'hui concernant ce financement non conventionnel, décidé sans concertation comme si tout cet argent était un bien privé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.