Au 1er trimestre 2022: Près de 48 millions d'abonnés à la téléphonie mobile    Couverture de 80% des besoins agricoles en 2023: L'Algérie se dote d'une banque des semences    Sonatrach: 11 milliards de $ affectés aux Industries pétrochimiques    Ghannouchi sur le départ ?    FAF-LFP-CNRL: Clubs endettés, décision le 16 août    Le football oranais en deuil: Khedim «Abrouk» n'est plus    Jusqu'à 46 degrés sur l'Ouest et le Centre    Tiaret: Cinq morts dans une collision    Bouira: 14 blessés dans un carambolage    New York : Salman Rushdie «poignardé au cou»    Réalisations structurantes ?    Antony Blinken au Rwanda    Saïd Chanegriha supervise les derniers préparatifs    On s'organise comme on peut    La Série A démarre aujourd'hui    Vahid Halilhodzic limogé    Zefizef «corrige» Lekjaâ    Un fleuron pour l'excellence technologique    Le Makhzen affame son peuple    L'Autorité nationale installée    Un policier assassiné    En constante amélioration    À doses homéopathiques    «Tebboune accorde un grand intérêt à la diaspora»    Le pays confronté à l'insécurité persistante    L'édition du retour...    Fondateur du roman algérien moderne    Echanges multiples    Wanda Nara sort la sulfateuse et menace le PSG    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 / Athlétisme : deux nouvelles médailles de bronze pour l'Algérie    Annaba: jeux de plage et concerts créent une ambiance estivale bon enfant    Coronavirus: 148 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    Les enfumades de Sebih à Chlef, un crime colonial ancré dans la Mémoire collective    Téléphonie mobile: 47,67 millions d'abonnés au 1er trimestre 2022 en Algérie    Sahara occidental: Joe Biden appelé à soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Des températures caniculaires annoncées samedi et dimanche sur l'Ouest et le Centre du pays    Sonatrach: 11 milliards Usd affectés au développement des industries pétrochimiques pour 2022-2026    Sahara occidental : la résolution du conflit tributaire de l'application du plan de règlement Onu-africain    11e Festival de la chanson Chaâbi : prestations de quatre ténors confirmés du genre    L'Algérie condamne "énergiquement" les attaques terroristes au Mali (MAE)    Autorité de protection des données à caractère personnel: "parachever la construction institutionnelle"    Chanegriha examine les derniers préparatifs du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    L'heure de la convergence patriotique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le panel piégé
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 08 - 2019

Après la gifle de mardi dernier, beaucoup se demandent de quelle crédibilité peut dorénavant se prévaloir un fragile panel chargé du dialogue national. Et quelle sera dorénavant sa marge de manœuvre et sa force de persuasion auprès d'une opinion publique non seulement désabusée, mais qui s'est déjà exprimée en réfutant au panel toute légitimité. Les temps sont très difficiles pour ce panel, une semaine seulement après son installation, car il y a eu d'abord l'attaque frontale du chef d'état-major de l'ANP qui l'a recadré sur ses exigences en l'orientant vers sa mission principale, celle de favoriser une sortie rapide de la crise politique. Ensuite un coup de gueule de certains de ses membres, dont deux se sont retirés, et la démission-simulacre de Karim Younès qui ont ébranlé en fin de semaine la jeune vie de cette instance chargée d'organiser un dialogue national devant ouvrir la voie à une sortie rapide de la crise politique et surtout satisfaire le Hirak, en mettant en place un gouvernement de transition.
Mais, contre vents et marées, le panel à l'issue d'une réunion de crise (déjà) jeudi, au cours de laquelle il a réitéré sa confiance en son coordinateur, a annoncé qu'il poursuit sa mission, celle que lui a dévolue le chef de l'Etat et donc le pouvoir. Mieux, les membres du panel restent convaincus de leur mission et de leur rôle historique dans cette phase politique cruciale pour l'avenir du pays et sa stabilité. Cependant, en acceptant de ne plus conditionner la poursuite de leur mission au préalable des mesures d'apaisement, les quatre membres restants du panel ont pratiquement hypothéqué leur crédibilité et, partant, leur force de frappe dans les futures négociations avec le pouvoir pour imposer sa vision de sortie de crise, dont la mise en place d'un gouvernement de transition et la libération des personnalités et manifestants arrêtés en lien avec le Hirak.
En abandonnant ses préalables, le panel a scié la branche sur laquelle il se maintenait difficilement et il a perdu définitivement, pour l'opposition et la société civile, ainsi que tous les « hirakistes » qui se recrutent au sein des cadres et de la classe moyenne, toute caution, toute crédibilité, toute confiance. Il a en quelque sorte adopté les objectifs du pouvoir, s'il ne va pas les revendiquer dans les prochains jours, à savoir l'organisation d'élections présidentielles avant toute discussion sur un autre ordre du jour politique de sortie de crise. Ce sont là les revendications de la présidence que le chef d'état-major de l'ANP, le général Ahmed Gaïd Salah, a défendues mardi dernier dans son intervention musclée contre tous ceux qui veulent organiser un dialogue national de sortie de crise assorti de conditions et de préalables «intolérables».
Abdelkader Bensalah, le chef de l'Etat, en gardant le silence et en ne réagissant pas au « niet » du général Gaïd Salah aux revendications du panel, a en quelque sorte non seulement entériné la démarche du chef d'état-major en ce qu'elle oblige tous les acteurs politiques à aller directement à des élections présidentielles pour sortir du marasme et de la confusion actuels, mais il l'a tacitement défendue. Piégés, Karim Younès et les membres du panel qui n'ont pas eu le courage politique de démissionner, vont fatalement défendre une autre voie que celle attendue par les « hirakistes ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.