Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 08 - 2019

Dans sa tentative désespérée d'assurer la survie politique du FLN en pleine tourmente dans le sillage de la révolution pacifique ayant mis à bas le régime Bouteflika dont il a été le pilier politico-partisan central, Mohamed Djemaï, son actuel secrétaire général, fait feu de tout bois pour d'une part amadouer le mouvement populaire et de l'autre convaincre les autres parties prenantes de la crise politique qu'elles font fausse route en prônant la disqualification de l'ex-parti unique et le refus de sa participation au dialogue voué à la sortie de crise.
Que l'inénarrable secrétaire général du FLN s'adonne à cet exercice n'est pas pour surprendre, mais il est offusquant en martelant des déclarations qui suintent d'arrogance et de la prétention à attribuer à son parti d'être encore acteur clef sur la scène politique et qu'à le dénier les autres parties de cette scène fourvoient le pays dans l'aventure politique. Le clownesque et néanmoins sulfureux « patron » du FLN pense asséner une vérité en soutenant que son parti est et restera incontournable dans toute option qui prévaudra pour l'alternative au régime en voie de déchéance irrémédiable. Une vérité qu'il décline tantôt en de mielleuses professions de foi sur l'aptitude du FLN à prendre en compte les revendications de la révolution citoyenne pacifique, tantôt en menaçant de ses imaginaires foudres les voix qui prônent la mise à l'écart de l'ex-parti unique au motif qu'il a sinistrement démontré qu'il est définitivement inamendable car encore et résolument à la remorque du pouvoir de fait comme en atteste l'allégeance qu'il proclame à son endroit. Et tantôt en usant de la surenchère en termes de revendications qu'il sait pouvant capter l'adhésion populaire.
Dans ce dernier registre, le sulfureux et honni secrétaire général du FLN croit avoir dégainé «l'arme fatale» qui replacerait son parti au centre du jeu politique maintenant et dans la suite de l'évolution de la crise politique. Cette arme, il pense l'avoir trouvée en interpellant l'impuissant et désarmé gouvernement Bedoui pour qu'il procède à l'augmentation des salaires à la rentrée sociale. Une interpellation significative de la piètre opinion qu'il a des millions d'Algériens qui entretiennent la révolution pacifique sur la base de revendications politiques.
Pour ce sinistre personnage, ces millions d'Algériens en révolte citoyenne ne seraient que des « ventres » qu'il faut satisfaire en leur jetant quelques appâts dont l'augmentation des salaires. Ce qu'il espère exorciser en interpellant de la sorte le gouvernement Bedoui, c'est l'inéluctable et déjà en voie mort politique du FLN et sa disparition de la scène algérienne que ces mêmes manifestants réclament et persisteront à le faire quels que soient les oripeaux sous lesquels ce parti s'essayera de survivre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.