L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Le procès de Zoukh, l'ex-wali d'Alger, reporté au 17 novembre    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Sélection algérienne: "Le contrat de Belmadi a déjà été prolongé"    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    Nouveau rassemblement de soutien à Khaled Drareni    LE GENERAL CHANEGRIHA AFFIRME : ‘'L'Algérie sortira gagnante''    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Une caravane médicale au profit des populations nomades    Le 10 novembre, dernier délai pour le dépôt des demandes de licences    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Risque de covid-19 : Regroupements dangereux des parents devant les écoles    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    BMS Corona    L'hôpital Nedjma d'Oran équipé de 14 lits de réanimation    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    ES Sétif: La stabilité enfin payante ?    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    Mascara: Des terres agricoles non exploitées seront récupérées    Bouira: Apprendre à reconnaître les «fake news»    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre société civile et partis politiques: A la recherche d'une solution consensuelle à la crise
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 08 - 2019

La deuxième rencontre entre les acteurs de la société civile, des chefs de partis politiques et des personnalités politiques s'est tenue, hier, pour mettre en œuvre les recommandations de la Conférence nationale des dynamiques de la société civile du 15 juin dernier. Le coordinateur de la Confédération des syndicats algériens (CSA), Lyes Merabet, a affirmé pour sa part que ce rendez-vous tend à «rapprocher les vues pour parvenir à une solution consensuelle » permettant une sortie de la crise politique actuelle. Intervenant lors des travaux de cette rencontre de concertation, il a précisé que cette réunion est le couronnement des rencontres marathoniennes nécessaires pour le rapprochement des vues dans le but de trouver une solution consensuelle à la crise politique que connaît le pays, a-t-il ajouté. Le président du Syndicat national des praticiens de la santé publique (SNPSP) a également tenu à souligner, à ce propos, la conviction des dynamiques de la société civile de « l'importance de la communication et de la rencontre de toutes les initiatives afin de travailler sérieusement à rapprocher les vues et à recueillir les propositions pour une sortie de crise ». Il a estimé que la société civile peut, aujourd'hui, proposer des instruments de soutien au Hirak populaire pacifique et de le représenter en vue de faire renaître l'espoir de parvenir à la solution idoine à la crise que vit notre pays.
Ont pris part à cette rencontre, des représentants de plusieurs partis politiques et de la société civile ainsi que des enseignants universitaires et des personnalités politiques dont Mustapha Bouchachi, Sofiane Djilali, Karim Tabou ou encore Abdelaziz Rahabi, alors que les représentants des catégories juvéniles et estudiantines n'ont pas été invités car « non structurés », selon le coordinateur national de la CSA. Cette rencontre programmée dans un premier temps pour le 13 août dernier, devait réunir les principaux partis d'opposition, dont le FFS, le RCD, le PT et Jil Jadid ainsi que Talaie El-Houriat et l'UFSP de Noureddine Bahbouh ainsi que 20 personnalités nationales qui avaient déjà donné leur accord pour y prendre part. L'objectif étant de rassembler les propositions et leurs initiateurs autour d'un document de principes généraux où convergent tous les points consensuels de solution à la crise. Messaoud Boudiba, le représentant de la dynamique de la société civile, avait expliqué à la presse que cette démarche s'est fixé pour but de « ramener tout le monde à s'asseoir autour de la même table et autour du même espace, ce qui n'a pas été fait jusqu'à présent. Chacun y va de son vécu et de ses objectifs, avec une proposition de sortie de crise, mais nous sommes tous convaincus que quelle que soit la proposition s'il n'y a pas autour une coalition ou un front rassemblé autour d'une feuille de route ou d'une proposition, nous ne pourrons pas avancer. Que la solution soit celle de ceux qui représentent le pouvoir aujourd'hui, imposée par la force s'il le faut, nous sommes convaincus que cela ne pourra pas résoudre le problème auquel nous sommes confrontés aujourd'hui ». Et d'ajouter que « dans un premier temps nous allons commencer par une rencontre de concertation et nous proposons de travailler sur les points communs qui font consensus, et pourquoi pas mettre en place un document appelé charte d'engagement.
Au cours de cette rencontre nous mettrons en place les principes généraux. Nous essayerons à travers ces rencontres, puisqu'il y en aura une deuxième et une troisième, d'arriver à une rencontre nationale d'où nous sortirons avec une feuille de route consensuelle et un plan d'action à proposer aux vis-à-vis pour sortir de cette situation de crise politique dans le pays ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.