Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Tizi-Ouzou: 2 oléiculteurs locaux primés au concours national Djaffar Aloum    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Les nouveaux membres de la CRTF installés hier    Projet de musée dédié au costume traditionnel    Le manque de médecins gynécologues, justifié par leur choix du secteur privé    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Décès de Abdelmadjid Merdaci: le Président Tebboune présente ses condoléances    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Le développement des zones d'ombre passe par la promotion de leurs habitants    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Le Président opère un mouvement partiel dans le corps diplomatique    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    La dernière ligne droite    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    Fin des épreuves aujourd'hui    13 décès et 232 nouveaux cas en 24 heures    76 harragas interceptés en 24 heures    75 permis de chasse délivrés    Régime sec    Le dernier délai fixé au 5 octobre    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Recours introduit pour la sanction de Mellal    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    Tizi Ouzou : Les distributeurs de lait saisissent les autorités    Les non-dits    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La France regrette que le gouvernement ne soit toujours pas formé    La fille des Aurès    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    La Protection civile dresse son bilan: Plus de 7 millions d'estivants et 7 noyades depuis le 15 août    Paix et subterfuges    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Le Président Tebboune honore un engagement fondamental    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre la « Proclamation » du Premier Novembre et la « Plate-forme » du Congrès de la Soummam, faut-il vraiment choisir ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 08 - 2019

Lors des débats et les prises de position concernant des sujets touchant à la vie politique du pays, on constate souvent que beaucoup de nos compatriotes prennent comme référence unique soit la « Proclamation » du Premier Novembre 1954, pour les uns, soit la «Plate-forme» du Congrès de la Soummam, pour les autres.
En effet, si les uns trouvent dans la Proclamation le texte fondateur de l'Etat algérien «moderne», car c'est par son biais que les initiateurs de la Guerre de libération nationale ont rendu public leur projet libérateur et réussi à mobiliser le peuple pour la récupération de sa souveraineté, les autres pensent que c'est la Plate-forme qui mérite ce statut. Car ils considèrent que c'est lors de ce célèbre congrès que la Révolution avait pris réellement forme et qu'elle a été dotée d'un «vrai» programme politique. Bien sûr, chacune des deux parties, par son choix, opte en fait pour un «projet de société», pensant que ce dernier est différent selon qu'il s'agit de la Proclamation ou de la Plate-forme. La présente contribution, dont l'auteur ne prétend nullement être un historien mais un simple citoyen voulant donner son point de vue concernant cette importante question, tente justement de répondre à la question suivante: faut-il vraiment choisir entre ces deux textes importants dans l'histoire récente de notre pays ?
Commençons par la «Proclamation» du Premier novembre 1954. J'estime qu'une grande majorité d'Algériens pensent, et quoi qu'en disent les opposants à cette thèse, que cet « Appel » est incontestablement le document fondateur et de la Guerre de libération et, par voie de conséquence, de l'Etat national au sein duquel nous vivons plus ou moins dignement aujourd'hui. C'est beaucoup plus que le reflet d'un « acte détonateur » comme l'ont dit certains. Certes, ceux qui semblent lui préférer la Plate-forme de la Soummam pensent que la Proclamation serait le résultat d'une action « précipitée », dictée par une volonté de sortie de crise dont le PPA/MTLD faisait l'objet et par laquelle ses auteurs ont voulu mettre les antagonistes devant leur responsabilité historique. Non, ce point de vue ne semble pas convaincant. Car, ce texte, selon des historiens, a bel et bien fait l'objet d'une « longue discussion entre ses initiateurs » avant d'être définitivement rédigé, imprimé et publié.
L'acte de déclenchement de la lutte armée et l'Appel qui l'a rendu public sont à la fois l'aboutissement et le dépassement de toute l'histoire du mouvement national. Certes, ce texte n'a pas été l'œuvre de grands penseurs, que le régime colonial avait, en tout cas, tout fait pour en empêcher l'émergence, mais d'un groupe de jeunes militants décidés à passer à l'action armée pour libérer le pays.
Cependant, cela n'empêche aucunement de croire que ces militants, de par leur attachement et leur dévouement à la cause nationale, de par leur parfaite connaissance des conditions de vie quotidienne misérables des larges couches populaires dont ils sont généralement issus, de par leur activité et leur formation politiques, etc., ont parfaitement réussi à exprimer, à leur manière, et en quelques mots seulement, les profondes aspirations de leur peuple. La preuve en est donnée par la suite des évènements eux-mêmes. N'ont-ils pas réussi à déclencher enfin ce processus historique qui a permis de réaliser ce qui était impensable quelques mois, voire quelques semaines, auparavant ?
Quant à la fameuse « Plate-forme du congrès de la Soummam ». J'estime également, et quoi qu'en pensent les opposants à ce texte, que ce document est d'une importance capitale dans l'histoire de la Guerre de libération nationale et de l'Etat qui en est l'aboutissement. Il contient, on le sait, les principales décisions qui ont été prises durant le « Congrès » de la vallée dont il porte le nom et dont les travaux se sont déroulés pendant quelques jours de ce mois d'août 1956. Congrès qui a permis à la Révolution de se doter, entre autres, d'une organisation efficace, d'instances dirigeantes claires, d'un programme politique, etc. Certains de ceux qui avaient participé à l'« acte détonateur » lui-même y étaient présents. Y étaient des acteurs principaux et étaient des signataires de la « Plate-forme » qui en a résumé les principales résolutions. Mais pourquoi alors des Algériens se sont divisés et se divisent encore par rapport à ces deux textes historiques ?
En fait, nous connaissons tous les raisons de cette divergence. C'est sur certains points essentiels en effet que le désaccord était né et se poursuit encore aujourd'hui. Il s'agit surtout, si on veut résumer, des points concernant : d'abord l'abrogation ou la disparition, dans la Plate-forme, de la mention : « dans le cadre des principes islamiques », contenue dans la Proclamation. « Principes » que les auteurs du déclenchement de la Guerre de libération nationale avaient tenu de mentionner comme référence civilisationelle et culturelle pour l'Etat qu'ils avaient ambitionné de fonder après le recouvrement de l'indépendance. Il s'agit principalement ensuite des deux points relatifs à « la primauté » de l'intérieur sur l'extérieur et du politique sur le militaire. Si le désaccord sur la question de la primauté de l'intérieur sur l'extérieur est actuellement dépassé, me semble-t-il, celui portant sur la question de la primauté du politique sur le militaire et surtout la références aux « principes islamiques » demeure encore très vivace aujourd'hui et explique pour l'essentiel le choix qu'opèrent les uns ou les autres pour l'un ou l'autre des deux textes.
A mon avis, opter pour l'un de ces deux « textes-évènements » et dénigrer, ou même seulement négliger l'autre, est loin d'être un acte bénéfique pour le sort de notre idéal commun : la construction d'un « Etat national moderne ». Ce choix ne me semble pas non plus nécessaire. En effet, pourquoi opter pour l'un ou l'autre, alors que les deux textes font légitimement partie du même processus historique et peuvent même être considérés comme complémentaires, au moins sur beaucoup de points essentiels ? Pourquoi opter pour l'un ou pour l'autre, alors que les deux étaient, en grande partie, l'œuvre des mêmes acteurs historiques ? Acteurs qui nous ont permis de vivre, quoi qu'en disent les uns ou les autres, dans un pays libre et indépendant. Toutefois, la question qui peut se poser ici est la suivante : comment pourrait-on se déclarer en accord avec les deux textes alors que des divergences existent bel et bien entre eux. J'estime que celui qui tient à ne nier aucune de ces deux références est amené à prendre en considération les remarques suivantes.
D'abord, il doit reconnaître que la Proclamation est le texte fondateur de notre Etat national. En cela aucun autre texte, aucun autre évènement, ne peut lui être égal. Dire que le texte n'est pas suffisamment élaboré idéologiquement, ne contient pas de détails sur la nature de l'Etat que voulaient bâtir ses auteurs ou toute autre remarque semblable, peut être compris. Mais aller jusqu'à prétendre qu'il a été le résultat d'un acte « précipité » ou quelque chose de ce genre est, à mon humble avis, un manque de lucidité ou tout simplement une manœuvre par laquelle on veut justifier une position idéologique que le texte semble ne pas approuver. Je le dis encore une fois, certes le texte n'a pas été élaboré par de grands penseurs ou idéologues mais cela n'interdit pas de dire aussi que ses auteurs avaient eu, en le rédigeant, une intuition et un esprit de synthèse historique hors du commun. Ils ont su, en quelques mots, disais-je, exprimer l'essentiel de ce qui a pu rassembler et mobiliser le plus grand nombre d'Algériens, de toutes les régions, pour s'engager dans un processus révolutionnaire que tous les indices donnaient pour irréalisable.
En effet, si les uns trouvent la mention « dans le cadre des principes islamiques », anachronique et en contradiction avec la construction d'un « Etat moderne », on peut leur répondre ceci : d'abord, que l'acte de son abrogation, sans l'accord d'une grande majorité des acteurs de la Guerre de libération, car il faut reconnaître que la question est extrêmement importante et une bonne partie n'y était pas présente, lors du congrès d'août 1956, est lui aussi en contradiction avec les principes de l'Etat moderne. Car, cela ne semble pas conforme aux principes démocratiques que les auteurs de la Proclamation avaient mentionnés comme l'un des principes fondamentaux de l'Etat qu'il avait projeté.
En plus de cela, la réintégration de cette référence, une année après, par une majorité écrasante des membres présents du C.N.R.A., organe suprême, prévu par le congrès de la Soummam lui-même, ne constituait-elle pas un acte légitime qui aurait en principe clos ce débat au moins sur le plan « historico-légal » ?
Ensuite, on peut leur dire aussi que penser que cette mention n'aurait pas dû être mentionnée car elle était en désaccord avec les principes de la modernité, ne semble pas non plus convaincant. Certes, l'édification d'un Etat théocratique n'aurait pas été envisageable ni souhaitable, comme l'avaient souligné les « congressistes» de la Soummam, mais les auteurs de la Proclamation ne l'avaient pas, eux non plus, pensé une seule seconde. Tout ce qu'ils avaient prévu, à mon avis, c'était que le futur Etat national ne ferait pas partie de la civilisation occidentale, mais de la civilisation islamique à laquelle leur pays avait appartenu et de laquelle la colonisation française avait tenté d'arracher.
Certes, la Guerre de libération nationale n'était pas une guerre de religion, comme on peut le lire dans la Plate-forme, mais elle était une guerre entre un Etat appartenant à une ère civilisationnelle différente de celle à laquelle appartenait et appartient toujours le peuple algérien. Même si ce peuple a aussi ses spécificités historiques, culturelles et géographiques par rapport aux autres peuples musulmans. N'a-t-on pas insisté et n'insiste-t-on pas toujours aujourd'hui sur les origines chrétiennes de l'Europe ou de tel ou tel autre pays européen, y compris la France, pays par excellence de la laïcité dit-on?
Quant à la question relative à la « primauté du politique sur le militaire », il me semble qu'elle est, elle aussi, dépassée. Car, si la majorité des membres présents à la séance du C.N.R.A. d'août 1957 avaient décidé l'égalité entre « ceux qui participent à la lutte libératrice, avec ou sans uniforme », et quelle que soit notre position par rapport à cette résolution, cela n'avait concerné que la période que durerait la Guerre de libération nationale. Celle-ci étant terminée, personnellement, je ne vois pas l'utilité des querelles actuelles que cette question soulève. Certes, on peut rétorquer que le débat est toujours d'actualité sous la forme du rôle de l'institution militaire dans la vie politique du pays. Mais il faut reconnaître que le problème n'est vraiment plus le même.
Car, si l'égalité du statut entre ceux qui avaient participé à la Guerre de libération, civils ou militaires, avait été décidée et clairement mentionnée dans les procès-verbaux et autres documents des instances de la Révolution, il n'en est plus le cas aujourd'hui. L'accomplissement de la mission de l'Armée sous l'autorité des instances politiques légitimes et légalement élues est clairement mentionné dans les textes officiels dont la Constitution du pays. Si on me dit que les choses sur le terrain ne sont pas aussi tranchées que cela, je répondrais encore une fois : oui. Mais il faut reconnaître que le problème n'est toujours pas le même. Car, il est celui de savoir comment pourrait-on réduire l'écart entre le reconnu, le légal, le constitutionnel, d'une part, et la réalité du terrain, d'autre part. Autrement dit, le problème me semble être aujourd'hui plutôt socio-culturo-politique et non légal ou constitutionnel et mérite donc d'être traité comme tel. C'est le fait de croire que la solution réside dans le choix, comme référence unique, entre la « Proclamation » et la « Plate-forme » qui me semble erroné et même irrespectueux vis-à-vis des hommes exceptionnels qui avaient déclenché, organisé et dirigé la Guerre de libération nationale.
En conclusion, on peut donc dire que l'option pour l'un des deux textes seulement est loin d'être inévitable et même désirable. Considérer la « Proclamation » comme le document fondateur de l'Etat national moderne n'est aucunement en contradiction avec la « Plate-forme ». Si le premier document a contenu tout ce qui avait permis le rassemblement du plus grand nombre d'Algériens pour s'engager dans ce qui s'est avéré un processus libérateur, la « Plate-forme » a contenu les décisions qui ont doté ce processus de ce dont il avait le plus besoin à un moment crucial de son évolution. Une organisation et des instances dirigeantes qui avaient permis de mener le mouvement à réaliser ce pourquoi tout le processus révolutionnaire avait été mis en branle : l'indépendance du pays. Certes, et comme l'avait dit l'un des principaux acteurs de ces évènements historiques, Hocine Aït Ahmed, on peut discuter « les lacunes et les insuffisances » du congrès de la Soummam, Mais il faut reconnaître que cette rencontre avaient réussi « une première » : « les structures de l'ALN et du FLN ont été précisées. » Des différents et des divergences entre les acteurs de ces évènements avaient été soulevés et réglés. Où est l'anormal dans tout cela ? Bien sûr, il a y eu des tragédies que l'on doit déplorer voire condamner. Mais cela m'empêche pas de considérer que ces deux textes sont en fait complémentaires. Si les auteurs de la Plate-forme avaient estimé que mentionner l'instauration de l'Etat national « dans le cadre des principes islamiques » était en contradiction avec la modernité et que les membres du C.N.R.A. avaient décidé de réintroduire cette mention, il faut se rappeler que dans la Proclamation on y lit aussi que l'Etat national souverain projeté devrait assurer une chose très importante : « Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de race ni de confession. » Cette mention, à mon avis, était suffisante pour préciser à tous que l'Etat qui a été prévu lors du déclenchement de la Guerre de libération était un Etat « moderne » et aurait, par la même occasion, donné la garantie que les auteurs de l' « acte détonateur » était très conscients eux aussi des aspirations des Algériens et du moment historique qu'ils vivaient.
Et si, enfin, certains de nos concitoyens font observer que quelle que soit l'importance de ces évènements et de ces documents, le peuple a tout de même le droit d'en revoir telle ou telle partie, telle ou telle question, ma réponse sera, bien entendu, affirmative. Mais j'estime en même temps que cela ne doit pas nécessairement se faire en rejetant ou en niant l'un ou l'autre document et, surtout, dans le respect mutuel en acceptant de se plier à la décision de la majorité, quelle que soit cette décision, tel que l'exigent les principes démocratiques.
Principes que ni les auteurs de la Proclamation ni ceux de la Plate-forme n'avaient oublié de mentionner comme l'un des piliers fondamentaux sur lesquels reposerait de l'Etat national tant souhaité. Etat dont les auteurs de la Guerre de libération nationale, au-delà de leurs divergences, avaient légitimement rêvé et pour lequel, entre autres, ils se sont héroïquement sacrifiés.
*Université d'Annaba


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.