JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    Quel sort pour le projet ?    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Medouar est devenu "encombrant" pour la FAF    La saga des victoires    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des habitants de la périphérie ouest d'Oran dénoncent: Des cités qui croulent sous les amas d'ordures
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2019

  Des habitants des cités essaimées à travers la périphérie ouest d'Oran, notamment celles de la zone englobant les quartiers Yaghmoracen et Maraval, ont exprimé leur écœurement au Quotidien d'Oran contre la situation de pourrissement, au sens propre du terme, enfantée par la flagrante irrégularité et la piteuse inefficacité de la collecte des ordures ménagères. En effet, selon le constat établi sur les lieux en question, des amas de toutes sortes de détritus d'où émane une puanteur exécrable à l'extrême, s'amoncèlent dans les coins de rues et au sein des cités. Les fameux bacs à ordures de couleur verte, branlants, fendus et noircis de saleté, entourés de tas de sachets en plastique bleus, éventrés par les animaux nuisibles et écrabouillés par les roues de véhicules, le tout embourbé dans un liquide visqueux et dégageant une odeur nauséeuse à donner le vertige au plus imperturbable et à faire fuir une portée de putois, exaspèrent grandement les habitants. « C'est un véritable lieu de reproduction pour différentes espèces d'insectes véhiculant des maladies. C'est aussi un garde-manger pour les rats, les chats de gouttière, les chiens errants nombreux dans notre lieu de résidence, qui s'y disputent rageusement la pitance et troublent notre sommeil avec leurs sérénades nocturnes », se sont indignés nos interlocuteurs avant de renchérir avec une pointe de dépit : « L'incivisme ajoute allègrement son affligeante touche sur ce piteux tableau et ce, en abandonnant au pied des immeubles ou sur le trottoir, son puant sachet bleu, dégoulinant d'ordures liquides nauséabondes ». Les marchands ambulants de fruits et légumes et de poissons, hantise pour un grand nombre de locataires desdites cités et tolérés par certains autres, participent, avec une humeur hilare, à cet innommable sordide, qui règne en maître absolu en ces lieux dans la stupide indifférence des responsables concernés.
Selon le même constat, les fruits et les légumes pourris écrasés ainsi que les poissons aplatis par des roues sur la chaussée, qui sont abandonnés par ces marchands, agressent déplorablement le regard et l'odorat. L'odeur de pourriture envahit les logements et irritent au plus haut point les locataires. « Nous n'avons pas à faire le travail des cantonniers.
Nos responsables tolèrent l'informel, alors ils devraient en principe assumer ces néfastes retombées sur notre cadre de vie et celui de l'environnement », ont encore fait remarquer nos interlocuteurs, qui signalent « d'avoir, à plusieurs reprises, adressé vainement des requêtes aux responsables concernés ». Toujours est-il que ce piteux désordre aux odeurs pestilentielles est majoré avec le puant phénomène des caves inondées dans les immeubles par les eaux usées, devenues le lieu de reproduction d'une diversité d'espèces d'insectes, un cauchemar pour les locataires des paliers inférieurs et notamment pour ceux dont les logements ont pignon sur rue et qui sont dans l'obligation de garder leurs fenêtres closes. Le grand boulevard Mekki Khalifa, qui longe une demi-douzaine d'ensembles de logements, toutes formules confondues, reflète fidèlement et piteusement l'image du sordide prévalant dans lesdites cités, mais qui, à priori, ne semble émouvoir personne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.