Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Commerce: Rezig rencontre les producteurs et importateurs de fournitures scolaires    Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi électorale    Baisse des cas de contamination au coronavirus: Benbouzid se félicite des résultats obtenus    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Référendum sur la Constitution, une "étape cruciale" dans le processus d'édification de la nouvelle Algérie    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Le parquet général ouvre une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Pôle universitaire de Laghouat : Benziane inaugure plusieurs infrastructures scientifiques    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    Sauvetage de 19 harragas près des îles Habibas    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Une reprise avec une maîtrise des flux d'étudiants    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Abdelaziz Medjahed installé à la tête de l'Inesg    Marches à Djaâfra et à Ras El-Oued    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Marche symbolique des hirakistes    La tension monte au sein de l'Opep+    Salon de l'agriculture et des industries agroalimentaires : La Safex reprend ses activités    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Agression et trouble à l'ordre public, les auteurs sous mandat de dépôt    Une stratégie de promotion du recyclage en cours de développement: Près de 2 tonnes de déchets en plastique collectées par jour par les CET    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des habitants de la périphérie ouest d'Oran dénoncent: Des cités qui croulent sous les amas d'ordures
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2019

  Des habitants des cités essaimées à travers la périphérie ouest d'Oran, notamment celles de la zone englobant les quartiers Yaghmoracen et Maraval, ont exprimé leur écœurement au Quotidien d'Oran contre la situation de pourrissement, au sens propre du terme, enfantée par la flagrante irrégularité et la piteuse inefficacité de la collecte des ordures ménagères. En effet, selon le constat établi sur les lieux en question, des amas de toutes sortes de détritus d'où émane une puanteur exécrable à l'extrême, s'amoncèlent dans les coins de rues et au sein des cités. Les fameux bacs à ordures de couleur verte, branlants, fendus et noircis de saleté, entourés de tas de sachets en plastique bleus, éventrés par les animaux nuisibles et écrabouillés par les roues de véhicules, le tout embourbé dans un liquide visqueux et dégageant une odeur nauséeuse à donner le vertige au plus imperturbable et à faire fuir une portée de putois, exaspèrent grandement les habitants. « C'est un véritable lieu de reproduction pour différentes espèces d'insectes véhiculant des maladies. C'est aussi un garde-manger pour les rats, les chats de gouttière, les chiens errants nombreux dans notre lieu de résidence, qui s'y disputent rageusement la pitance et troublent notre sommeil avec leurs sérénades nocturnes », se sont indignés nos interlocuteurs avant de renchérir avec une pointe de dépit : « L'incivisme ajoute allègrement son affligeante touche sur ce piteux tableau et ce, en abandonnant au pied des immeubles ou sur le trottoir, son puant sachet bleu, dégoulinant d'ordures liquides nauséabondes ». Les marchands ambulants de fruits et légumes et de poissons, hantise pour un grand nombre de locataires desdites cités et tolérés par certains autres, participent, avec une humeur hilare, à cet innommable sordide, qui règne en maître absolu en ces lieux dans la stupide indifférence des responsables concernés.
Selon le même constat, les fruits et les légumes pourris écrasés ainsi que les poissons aplatis par des roues sur la chaussée, qui sont abandonnés par ces marchands, agressent déplorablement le regard et l'odorat. L'odeur de pourriture envahit les logements et irritent au plus haut point les locataires. « Nous n'avons pas à faire le travail des cantonniers.
Nos responsables tolèrent l'informel, alors ils devraient en principe assumer ces néfastes retombées sur notre cadre de vie et celui de l'environnement », ont encore fait remarquer nos interlocuteurs, qui signalent « d'avoir, à plusieurs reprises, adressé vainement des requêtes aux responsables concernés ». Toujours est-il que ce piteux désordre aux odeurs pestilentielles est majoré avec le puant phénomène des caves inondées dans les immeubles par les eaux usées, devenues le lieu de reproduction d'une diversité d'espèces d'insectes, un cauchemar pour les locataires des paliers inférieurs et notamment pour ceux dont les logements ont pignon sur rue et qui sont dans l'obligation de garder leurs fenêtres closes. Le grand boulevard Mekki Khalifa, qui longe une demi-douzaine d'ensembles de logements, toutes formules confondues, reflète fidèlement et piteusement l'image du sordide prévalant dans lesdites cités, mais qui, à priori, ne semble émouvoir personne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.