Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    Quel sort pour le projet ?    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Medouar est devenu "encombrant" pour la FAF    La saga des victoires    «On peut faire encore plus mal»    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    En réaction à l'appel du report des élections    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Eliminatoires CHAN-2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    Amical, Algérie - Colombie 3-0 : Les Verts séduisent avant les choses sérieuses en novembre    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bataille d'El Djorf, 64 ans après
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2019

La commémoration de la bataille d'El Djorf (22-29 septembre 1955) fait revivre la flamme du combat juste, d'une épopée que les moudjahidine se rappellent encore.
Un épisode héroïque des djounoud et leurs chefs politiques et militaires, qui ont eu le courage de défier l'armée coloniale, quelques jours seulement après la bataille du nord-constantinois, menée de main de maitre par un autre stratège, Zighoud Youcef.
Chez ces hommes-là, le sacrifice n'a pas de prix. Un 64ème anniversaire d'une bataille mémorable, une suite logique du déclenchement de la révolution de libération du 1er Novembre 1954. Son retentissement se fera entendre dans toute la région d'Aurès Nememchas, puis d'une portée nationale, puisqu'elle était le creuset pour plusieurs combattants venus de partout. Plus encore, elle franchit les frontières pour envoyer un message d'un peuple en lutte pour son indépendance. La citadelle naturelle d'El Djorf, à une centaine de km à l'ouest de Tébessa, site où les stigmates des combats sont toujours visibles. De l'âpreté de l'affrontement, d'un face à face, là où l'armée coloniale avait concentré ses forces, chars et pièces d'artillerie, appuyées par l'aviation, elle comptait débusquer un groupe de combattants, encerclés dans leur antre, bien décidés à tenir tête à une armada de soldats. Les djounoud sachant leur nombre limité et peu pourvus en armements, harcelaient l'ennemi par petits groupes, au moment où les chefs de la révolution se réunissaient pour faire le point sur la situation, après moins d'un an du début du 1er Novembre. Mais le bunker naturel, dans lequel s'étaient retranchés les djounoud, résistait aux bombardements des canons et à l'usage de gaz mortels. Les héros refusaient de se rendre.
El Djorf sera un tournant décisif de la lutte de l'Algérie pour se défaire du joug colonial. Un engagement écrit au sang et au feu pour faire démentir la propagande des services de renseignements de l'armée coloniale. Les Bachir Chihani, Abbes Laghrour, Cheriet Lazhar, El Ouardi Gatel, et beaucoup d'autres chouhada et moudjahidin ont marqué de leur sceau indélébile, de leur vie, le tracé d'un parcours que la révolution empruntera plus tard, jusqu'à la libération du pays. Aujourd'hui, de tels événements historiques doivent retrouver leur valeur mémorielle. Les historiens et chercheurs universitaires devront éplucher les archives pour dépoussiérer certaines vérités et rendre à ces héros tombés au champ d'honneur leur véritable stature d'hommes qui s'étaient sacrifiés corps et âme pour un idéal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.