Manipulation de l'image par M6: l'ARAV exprime sa "totale réprobation"    Un terroriste se rend aux autorités militaires à Ouargla    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Le niveau de l'eau en baisse significative    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Un projet pour autonomiser les femmes en Algérie    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Secteur de la jeunesse et des sports : Réalisation de 41 piscines olympiques avant la fin 2021    La rentrée scolaire s'annonce compliquée à Bouira    Opération d'enlèvement des déchets inertes    Le projet en voie d'achèvement    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    7 symptômes qui démontrent que votre cœur ne travaille pas comme il le devrait    Le Barça officialise le départ de Suarez pour l'Atlético Madrid    La démocratie et ses travestissements    L'action publique : quelques incohérences ?    En l'espace de trois jours: Près de 450 harraga débarquent sur les côtes espagnoles    Ces conducteurs « manchots » qui passent « inaperçus »    Les travailleurs de contrats de préemploi reviennent à la charge: Vers un sit-in national pour réclamer leur titularisation    Pourquoi et comment faire participer le citoyen résidant à la gestion de la ville ?    Sur la nécessité de réinventer le gouvernement en Algérie    Poker gagnant pour l'Histoire    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    La distribution de dizaines de milliers de logements programmée    3 ans de prison requis contre Mohamed Djemai    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    Des peines de 12 à 20 ans de prison ferme    La très lente décrue se poursuit    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    Le ministère de la Communication dépose une plainte contre M6    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bataille d'El Djorf, 64 ans après
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 09 - 2019

La commémoration de la bataille d'El Djorf (22-29 septembre 1955) fait revivre la flamme du combat juste, d'une épopée que les moudjahidine se rappellent encore.
Un épisode héroïque des djounoud et leurs chefs politiques et militaires, qui ont eu le courage de défier l'armée coloniale, quelques jours seulement après la bataille du nord-constantinois, menée de main de maitre par un autre stratège, Zighoud Youcef.
Chez ces hommes-là, le sacrifice n'a pas de prix. Un 64ème anniversaire d'une bataille mémorable, une suite logique du déclenchement de la révolution de libération du 1er Novembre 1954. Son retentissement se fera entendre dans toute la région d'Aurès Nememchas, puis d'une portée nationale, puisqu'elle était le creuset pour plusieurs combattants venus de partout. Plus encore, elle franchit les frontières pour envoyer un message d'un peuple en lutte pour son indépendance. La citadelle naturelle d'El Djorf, à une centaine de km à l'ouest de Tébessa, site où les stigmates des combats sont toujours visibles. De l'âpreté de l'affrontement, d'un face à face, là où l'armée coloniale avait concentré ses forces, chars et pièces d'artillerie, appuyées par l'aviation, elle comptait débusquer un groupe de combattants, encerclés dans leur antre, bien décidés à tenir tête à une armada de soldats. Les djounoud sachant leur nombre limité et peu pourvus en armements, harcelaient l'ennemi par petits groupes, au moment où les chefs de la révolution se réunissaient pour faire le point sur la situation, après moins d'un an du début du 1er Novembre. Mais le bunker naturel, dans lequel s'étaient retranchés les djounoud, résistait aux bombardements des canons et à l'usage de gaz mortels. Les héros refusaient de se rendre.
El Djorf sera un tournant décisif de la lutte de l'Algérie pour se défaire du joug colonial. Un engagement écrit au sang et au feu pour faire démentir la propagande des services de renseignements de l'armée coloniale. Les Bachir Chihani, Abbes Laghrour, Cheriet Lazhar, El Ouardi Gatel, et beaucoup d'autres chouhada et moudjahidin ont marqué de leur sceau indélébile, de leur vie, le tracé d'un parcours que la révolution empruntera plus tard, jusqu'à la libération du pays. Aujourd'hui, de tels événements historiques doivent retrouver leur valeur mémorielle. Les historiens et chercheurs universitaires devront éplucher les archives pour dépoussiérer certaines vérités et rendre à ces héros tombés au champ d'honneur leur véritable stature d'hommes qui s'étaient sacrifiés corps et âme pour un idéal.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.