El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE DICTAT DU TEMPS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 15 - 10 - 2019

Ce n'est pas faire preuve de pessimisme que de croire que les plus fortes de nos récriminations ne sont que des coups d'épée dans l'eau. Il nous arrive souvent de nous surprendre aux prises avec le temps nourrissant un acoquinement presque indéfinissable pour qu'à la fin de la vie nous nous rendons compte que nous avons été victimes d'un drôle de proxénétisme sans nom. La pire des tares de l'espèce humaine est de flirter avec l'instant. Nous déifions le présent, mais curieusement le moment le plus circonspect est celui quand nos proches s'éteignent et disparaissent, indéfectibles connaissances avec lesquelles nous avons tissé notre existence, et quand nous sommes accaparés par un doute en nous demandant s'ils avaient vraiment existé et s'ils n'auraient été seulement qu'un mirage qui se serait évaporé.
Il faut croire que ce qui régente l'humain conditionne aussi les peuples. Du nord au sud, de l'ouest à l'est, toutes les peuplades sont figées dans l'instant manipulant le momentané croyant construire le futur sans tenir compte des roublardises du temps. Fauves particuliers, parfois voraces, parfois indolents, tous sacralisent des territoires convaincus qu'ils sont des attributs éternels. L'histoire de l'humanité doit être lassée par les perpétuelles tares létales que l'homme ne cesse de créer.
Le drame est cette inconséquence entre la fausse conviction d'une éternité garantie et le dictat du temps. Chaque humain ne fait que passer. Chacun s'éteint et disparaît. Cette vérité intangible doit nous recommander qu'aller à la rencontre de l'autre en toute bonne foi, et en toute conscience sur la consistance de la vie, pour l'enrichir et alors se rendre compte que ce voyage est l'enrichissement de soi-même.
L'ouverture sur l'autre, sur tous les autres est la plus sublime forme de la concitoyenneté. Il n'y a pas plus mortel que les nationalismes étroits. Si le monde est malmené par le temps qui ignore ce qu'est la fidélité et la complicité, c'est que les humains où qu'ils se trouvent et quels qu'ils soient n'ont jamais compris que l'existence dans la paix et la sérénité a besoin d'une plus large redéfinition de la concitoyenneté. Elle ne peut en aucun cas être une histoire de territorialité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.