Présidentielle: les médias appelés à une contribution efficace et responsable pour la consécration du principe d'égalité    La communauté internationale exhortée à mettre fin à l'agression israélienne    Etiquetage "colonies": appliquer la décision de la CJUE aux produits sahraouis    Mondiaux de Para-athlétisme (Poids F32) : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Festival de danse contemporaine: une nouvelle génération de danseurs algériens émerge    JOURNEE MONDIALE DU DIABETE : Cinq millions d'Algériens sont diabétiques !    EDUCATION : Vers une grève de 3 jours renouvelable dans les primaires    LYCEE "OULD KABLIA SALIHA" (MOSTAGANEM) : Campagne de sensibilisation sur les risques du gaz    Zerouati participe jeudi et vendredi en Afrique du Sud à la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement    Emploi au Sud: Un plan d'action pour définir les entraves    Mise à jour. MC Alger – JS Kabylie : Le Mouloudia pour prendre le large    Port de l'emblème Amazigh : Le tribunal de Bab El Oued relaxe cinq jeunes détenus    Foot/Qualifications CAN-2021: Algérie-Zambie: éviter de trébucher d'entrée    Phase de Poules de la CAF : Le Paradou AC dans un groupe difficile    LFP – Sanctions : Huis clos pour le MCO et l'USMAn    Morales se réfugie au Mexique    Le SG de l'ONU appelle à "une coopération internationale"    La question des réfugiés sahraouis examinée lors de la Conférence parlementaire régionale pour l'Afrique    Six contrats gaziers renouvelés par Sonatrach    Les campus au rendez-vous    Appel au respect de l'itinéraire technique    Un collège fermé "à titre préventif" à Sétif    Le prononcé du jugement renvoyé au 26 novembre    Les étudiants ont marché pour le 38e mardi    Séance surréaliste à l'APN    Rupture et montée en gamme    Algérie-Chine: appel à la promotion des relations de coopération dans le domaine du tourisme    Que reste-t-il du grand clasico ?    La criminalité en hausse    Un mort et un sauvetage miraculeux de trois personnes    Amrouche convoque 25 joueurs    Vivre avec et contre le passé    Ecole de journalisme d'Alger : Quelle place pour la production amazighe dans les médias ?    Parc national du Djurdjura : Découverte d'ossements d'un ours brun    Economie: L'Algérie «dans le rouge»    Un conclave consacré aux dossiers du logement: Des instructions pour accélérer les travaux et l'affichage des listes    Le pari gagnant de l'Algérie    Lancement des Rencontres internationales du cinéma d'Oran: La phase des projections programmée pour février prochain    Personnes interdites de stade : Les modalités d'établissement du fichier national fixées    Un nouveau recours au " financement non conventionnel " est possible    Matérialisation des légitimes revendications populaires Les fondements directeurs de l'état de droit    Sidi Bel-Abbès: Marche de soutien à la présidentielle    Tunisie : Le Premier ministre Youssef Chahed à Paris et Rome    Maroc-MCC : Accord de coopération pour la mise en œuvre du projet de gouvernance du foncier    Place aux entreprises algériennes    CONSTANTINE : Développer des approches scientifiques de protection des vestiges submergés    10e Fica : Projection de "L'envers de l'histoire", parcours d'une militante en Serbie    La situation de la femme créatrice dans le domaine de l'industrie cinématographique en débat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2019

Le système de sécurité sociale en dépit de son déficit n'est pas en faillite. La question relative au déséquilibre financier de la Caisse nationale de sécurité sociale et ses incidences sur le système de retraite (500 milliards de dinars de déficit) refait en effet surface. Invité hier de la chaîne 3 de la radio algérienne, Noureddine Bouderba, ancien administrateur de la CNAS et expert en questions sociales, est catégorique. « Je ne pense pas du tout que nous soyons dans une situation où le système de sécurité sociale est au bord de la faillite ». L'invité de la rédaction a imputé clairement ce problème de déficit à une mauvaise gouvernance des responsables en charge du dossier. Il soulignera à ce sujet qu'en dépit de ce problème de déficit, il existe des solutions pour faire fonctionner les caisses de sécurité sociale sur une période de 20 à 30 années. « Il existe un potentiel énorme sur 20 ou 30 ans, permettant de pérenniser le fonctionnement des caisses de sécurité sociale », a-t-il déclaré, en soulignant toutefois que la solution doit consister à avoir une vision et une politique rationnelle de récolte des finances et de dépense de l'argent « là où il faut ». L'expert en questions sociales rappelle que la population algérienne est dans son ensemble très jeune, permettant ainsi d'assurer la pérennité du système de sécurité sociale 30 années durant. Il faut savoir que les Algériens à avoir dépassé les 60 ans d'âge ne représentent que 9% de la population et que, de plus, les dépenses complètes de retraite ne dépassent pas les 6% du PIB. M. Bouderba estime qu'il n'y a donc pas de nécessité à entreprendre des réformes « que l'on veut nous imposer ». L'invité de la rédaction soutient en outre que la situation créée dans le système de sécurité sociale l'a été pour une multitude de raisons. Il énumère notamment à ce sujet les départs massifs, à partir de 2002, de travailleurs à la retraite mais aussi les retraits abusifs effectués par l'ancien système qui a, dit-il, pompé sans compter dans les fonds de cette caisse.
Il explique que dans les années 80, le système a puisé indûment pour financer les structures de santé, sa politique sociale et d'appui à l'emploi et ira jusqu'à régler les pensions des enfants de chouhada et des anciens gardes communaux. L'intervenant observe que les pouvoirs publics n'ont rien fait pour mobiliser des ressources financières dormantes au profit de la CNAS, qu'il évalue approximativement à 600 milliards de dinars. Il pointe du doigt, d'autre part, les nombreuses dépenses effectuées aux dépens de la sécurité sociale, alors qu'«elles auraient dû être à la charge du Trésor public ». Enfin, Noureddine Bouderba critique sévèrement les frais de gestion « énormes » des caisses de sécurité sociale. Il estime que cet énorme argent peut être divisé en deux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.