Les procès de 14 anciens ministres s'ouvrent prochainement    REUNION PERIODIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES : Les secteurs des Mines,de la Santé et des Finances au menu    RESSOURCES EN EAU : Arezki Berraki veut lutter contre la bureaucratie    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers l'adoption de l'enseignement à distance    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : L'Etat financera "la campagne électorale des jeunes''    PROTECTION CIVILE DE MOSTAGANEM : Plus de 265 interventions en une semaine    EL-BAYADH : La BRI arrête 4 individus faisant l'objet de mandats d'arrêt    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Révision de la loi électorale : La Commission a deux mois et demi pour soumettre son travail    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    Un élément abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Report du procès en appel de l'affaire Ali Haddad    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    Colère des transporteurs privés    Communiqué du Conseil des ministres (Texte intégral)    Fédération algérienne de handball : l'assemblée générale ordinaire fixée au 25 septembre    Foire agricole du 23 au 27 septembre à Alger: une occasion pour écouler les méventes    Coronavirus: 203 nouveaux cas, 124 guérisons et 7 décès    Webinaire sur les opportunités du tourisme à l'ère du Covid-19    Farès en colère contre la direction de la Lazio    Real : Un couac avant le premier match de Liga face à la Sociedad    Ligue 1 : Paris se ressaisit et s'impose face à Nice    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    La justice à la recherche des complices de Haddad    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Où est l'Algérie ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En dépit du déficit: «Le système de sécurité sociale n'est pas en faillite»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2019

Le système de sécurité sociale en dépit de son déficit n'est pas en faillite. La question relative au déséquilibre financier de la Caisse nationale de sécurité sociale et ses incidences sur le système de retraite (500 milliards de dinars de déficit) refait en effet surface. Invité hier de la chaîne 3 de la radio algérienne, Noureddine Bouderba, ancien administrateur de la CNAS et expert en questions sociales, est catégorique. « Je ne pense pas du tout que nous soyons dans une situation où le système de sécurité sociale est au bord de la faillite ». L'invité de la rédaction a imputé clairement ce problème de déficit à une mauvaise gouvernance des responsables en charge du dossier. Il soulignera à ce sujet qu'en dépit de ce problème de déficit, il existe des solutions pour faire fonctionner les caisses de sécurité sociale sur une période de 20 à 30 années. « Il existe un potentiel énorme sur 20 ou 30 ans, permettant de pérenniser le fonctionnement des caisses de sécurité sociale », a-t-il déclaré, en soulignant toutefois que la solution doit consister à avoir une vision et une politique rationnelle de récolte des finances et de dépense de l'argent « là où il faut ». L'expert en questions sociales rappelle que la population algérienne est dans son ensemble très jeune, permettant ainsi d'assurer la pérennité du système de sécurité sociale 30 années durant. Il faut savoir que les Algériens à avoir dépassé les 60 ans d'âge ne représentent que 9% de la population et que, de plus, les dépenses complètes de retraite ne dépassent pas les 6% du PIB. M. Bouderba estime qu'il n'y a donc pas de nécessité à entreprendre des réformes « que l'on veut nous imposer ». L'invité de la rédaction soutient en outre que la situation créée dans le système de sécurité sociale l'a été pour une multitude de raisons. Il énumère notamment à ce sujet les départs massifs, à partir de 2002, de travailleurs à la retraite mais aussi les retraits abusifs effectués par l'ancien système qui a, dit-il, pompé sans compter dans les fonds de cette caisse.
Il explique que dans les années 80, le système a puisé indûment pour financer les structures de santé, sa politique sociale et d'appui à l'emploi et ira jusqu'à régler les pensions des enfants de chouhada et des anciens gardes communaux. L'intervenant observe que les pouvoirs publics n'ont rien fait pour mobiliser des ressources financières dormantes au profit de la CNAS, qu'il évalue approximativement à 600 milliards de dinars. Il pointe du doigt, d'autre part, les nombreuses dépenses effectuées aux dépens de la sécurité sociale, alors qu'«elles auraient dû être à la charge du Trésor public ». Enfin, Noureddine Bouderba critique sévèrement les frais de gestion « énormes » des caisses de sécurité sociale. Il estime que cet énorme argent peut être divisé en deux.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.