Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»    Un léger mieux mais... Le casse-tête de la liquidité bancaire    Le discours officiel à l'épreuve    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Sarkozy condamné à 3 ans de prison pour corruption    MCO - Licence professionnelle: Les supporters retiennent leur souffle    WA Tlemcen: Un état d'esprit à préserver    SCM Oran: Vers le dépôt des licences au niveau de la DJS    Disparition de Fekri: Un corps repêché à Cap Rousseau    Le confinement partiel reconduit    Ballotés entre la wilaya et l'APC: Les concessionnaires privés chargés de la collecte dans l'impasse    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Le Pr Djenouhat invite les épidémiologistes à approfondir les enquêtes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Après la défaite concédée face à la JSK : Amrani en sursis, les joueurs mis à l'index    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le tabac et la chicha pointés du doigt: Plus de 500 nouveaux cas de cancer du poumon chaque année
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 11 - 2019

  En Algérie, le cancer du poumon constitue un véritable fléau avec environ 35.000 nouveaux cas et 20.000 décès par an. Le cancer du poumon reste une affection fréquente, grave, de diagnostic très tardif et pose un véritable problème diagnostique et thérapeutique qui impose une réflexion raisonnable sur la meilleure prise en charge. Les spécialistes algériens et étrangers (Français et Tunisiens) tirent la sonnette d'alarme sur l'évolution fulgurante des cancers bronchiques et les broncho-pneumonies chroniques obstructives (BPCO).
Oran enregistre plus de 500 nouveaux cas de cancer du poumon chaque année. Un chiffre qui donne froid au dos, si l'on sait que ce type de cancer tue chaque année pas moins de 4.000 Algériens.
Il s'agit là d'une pathologie qui a pour cause le tabagisme, puisque 9 cancers du poumon sur 10 surviennent chez des sujets qui fument. Cette année pas moins de 150 nouveaux cas de cancer du poumon ont été enregistrés à l'EHU 1er-Novembre. Plus le diagnostic est précoce, plus le traitement sera bénéfique, surtout pour les cancers bronchiques. Avec 35.000 nouveaux cas de cancer broncho-pulmonaire chaque année en Algérie, la prévalence monte en flèche à cause du tabac en premier lieu et des facteurs extérieurs, tels que la pollution, le stress et le tabagisme passif. Il faut signaler que si le malade est pris en charge dans le mois, sa vie sera prolongée avec des traitements chimiques et cela lui évitera la chirurgie.
Ces chiffres sont appelés à connaître une ascension dans les années à venir, dans la mesure où les Oranais, comme tous Algériens, commencent à découvrir un nouveau phénomène «fumer la chicha». La consommation de la «chicha » s'est imposée comme un vrai phénomène de société. Preuve en est les cafés-narguilés, ces salons de thé et autres cafétérias proposant ce produit moyennant 250 DA, voire 500 dinars, qui prolifèrent un peu partout. A Oran il existe en fait une trentaine de cafés proposant la «chicha» qui est composée de 25% de tabac mélangée à de la mélasse et un arôme de fruits. Mais derrière ce goût suave et exquis de fraise, de kiwi, de cerise ou de miel, se cachent de vrais «tueurs». Muni d'un long tuyau communiquant avec un flacon d'eau aromatisée que la fumée traverse avant d'arriver à la bouche du fumeur, le narguilé est très dangereux. Le fumeur de narguilé est exposé à de plus importantes quantités de nicotine, de monoxyde de carbone et d'autres toxines que le fumeur de cigarettes. La fumée d'une heure de chicha équivaut à 100 ou à 200 cigarettes. Bien que peu répandu en Algérie comme dans les autres pays arabo-musulmans, le phénomène de la chicha suscite déjà moult interrogations. L'arrivée de cette pipe orientale en Algérie, ses effets sur la santé du consommateur en sont les principales. Le phénomène de la consommation de la «chicha» dans les cafés et les lieux publics semble prendre de l'ampleur surtout parmi les jeunes. Le nombre de cafés qui servent le narguilé progresse de mois en mois. Cette sensation agréable parfumée trompe tous ceux qui fument la «chicha», car ils n'imaginent pas que les nombreux produits toxiques inhalés peuvent avoir des effets sur la santé. En effet, selon des enquêtes réalisées par les services de la santé pas moins de 19% de jeunes entre 16 et 25 ans sont accros à la chicha à Oran.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.